Les drogues dures

Pendant la réforme des retraites, le trafic continue.

Il y a des seringues qui trainent partout, qui jonchent le sol. Nous sommes dans les entresols et les sous-sols d’un monde luxuriant, sous la surface qui se dore au soleil… villas et yachts de luxe, îles paradisiaques et paradis fiscaux, grosses voitures, gros cigares et petites pépées.

 

Dessous, la vie n’est pas facile. Des fins de mois qui commencent le 15, les gosses branchés youtube qui foutent rien à l’école et le dentiste qui est trop cher.

Parfois un petit boulot avec des horaires impossibles et un petit chef comme un pitbull.

Au mieux, 20 ans de galère pour acheter un terrain puis 20 ans de galère encore pour rembourser l’emprunt de la maison. Et à la sortie une retraite qu’on nous grignote.

 

Heureusement, pour tenir, on a le foot, Griezmann, Kylian et les autres… On a eu aussi la mort de Johnny, l’affaire du petit Grégory qui revient de temps en temps, les accidents de la route, les tempêtes et les éruptions volcaniques, les inondations, le téléthon, le concours de l’eurovision et Bilal. Sans oublier les amours du prince Harry, la naissance d’un panda, miss France et la lutte à mort de Laura et David contre Laetitia… encore Johnny.

On a « les grandes gueules », le tour de France et « Plus Belle la Vie » gratoche. On a le forfait 2h avec sms illimités et « Games of Thrones » pour pas cher, l’iphone et youtube, facebook, snapchat, twiter et tous les autres.

On n’est pas en manque, on peut même se faire des selfies, c’est le pied. Heureusement.

Heureusement, si non, on serait bien malheureux.

Et puis y’a noël, c’est bien noël.

Y’a des trucs pas trop chers à La Foirfouille ou à Gifi pour faire plaisir aux gamins et à Lidl ou Aldis pour faire un bon réveillon.

 

L’emmerdant c’est les seringues qui trainent partout, ça fait dégueulasse.

Y’en a pour tous les goûts, des bien grosses et des plus fines, RMC, TF1, BFM, France2, Canal et LCI ou Netflix, et plein d’autres encore. Dès qu’on a pris notre dose quotidienne, hop, ils les rechargent toutes et s’est reparti le lendemain.

A Rodez on a même des seringues exprès pour nous, à nos petits soins, Centre Presse et Totem en particulier.

C’est vous dire si on peut s’en mettre.

Surtout quand ça va pas. Et ça va pas souvent.

 

Sûr qu’il nous faudrait une bonne cure de désintox, mais avec les autres là haut qui se foutent de notre gueule en se dorant au soleil avec notre fric, ça serait tellement dur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.