Au révélateur de l'assassinat.

Je viens de lire l'article de Pauline Graulle sur "la chasse aux sorcières". En évitant soigneusement le fil des commentaires. Tout ce que j'avais vu/lu précédemment, ici, dans les "colonnes" de Médiapart et de son club était déjà amplement suffisant.

Après l’attentat de Conflans, à gauche, une atmosphère de «chasse aux sorcières»

On ajoutera pour faire déborder la coupe, la chronique de Samuel Gontier pour Télérama.

Ce que nous disent les réactions hystériques à cette abominable évènement, c'est l'immense et très profonde régression de la délibération publique, dominée par la course à l'échalote électorale et le réflexe national pavlovien, sous les auspices funestes d'un régime constitutionnel antidémocratique, c'est à dire criminel au droit de la promesse émancipatrice républicaine et du préambule constitutionnel lui-même.

Mais il ne faut pas s'en tenir à cette évidence beaucoup trop nationalo-centrée. On ne saurait comprendre à défaut de considérer d'abord et surtout le saccage culturel planétaire (et ses conséquences) accompli par, et depuis, le triomphe du consumérisme.

C'est dire si ces démêlés et gesticulations électoralistes des "gauches" que chronique Pauline Graulle sont à la ramasse.
C'est désolant.

Et la désolation s'ajoute à l'horreur.

En 2004, il y a 16 ans, le très regretté Bernard Stiegler publiait "Mécréance et discrédit - La décadence des démocraties industrielles".

"Nos" gauches ont-elles un brin de lucidité ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.