Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

629 Billets

3 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2021

Nucléaire : plutôt mourir que renoncer

L'objet est de se disputer, pour continuer comme avant... drôle de gauche.

Jean-Claude Charrié
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout le monde le sait, c'est de notoriété publique et parfaitement documenté, notre mode de vie consumériste n'est pas compatible avec les équilibres qui ont permis à la vie d'apparaître sur terre. 
S'il devait se généraliser à l'ensemble de l'humanité on ne compte plus le nombre de terres qu'il faudrait pour y subvenir.
Pourtant il ne saurait être question d'y renoncer, tel est le message que nous envoient les adeptes du nucléaire.

Il s'agit paraît-il de produire une énergie propre. 
On ne va pas rentrer dans le débat sur le "propre". Pour ne rester qu'en France, La Hague et Bure suffiront aux amateurs.

Non, la vraie question est plutôt, pourquoi faire ? 

La réponse semble claire, pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre en produisant de l'électricité décarbonée. Car pour continuer comme avant nous aurons toujours besoin d'autant d'énergie, mais d'énergie "propre". Nous allons donc avoir de plus en plus besoin d'électricité.

Nous sommes en France et dans le cadre d'une campagne électorale présidentielle. L'objet est de se disputer, pour continuer comme avant, les bulletins de vote des citoyens toujours moins nombreux à s'obstiner devant les urnes.
Et dans la dispute voici que prennent rang pour la défense de "ce mode de vie qui nous est si cher" quelques prétendant se revendiquant de gauche. (et le fil de commentaire vaut sont pesant de cacahouètes)

Ce mode de vie qui nous est si cher et que nous envie légitimement cette autre partie de l'humanité beaucoup plus nombreuse qui vit dans la misère et vient se fracasser contre nos Le Pen, Sarkozy, Zemmour, Macron et consorts, contre nos murs, barbelés, et polices des frontières.
Ce mode de vie auquel ont peu à peu accédé, par mimétisme et matraquage publicitaire, les cohortes de feu notre prolétariat. Ce mode de vie auquel nous avons tous accédé et qui nous est si cher.
Ce mode de vie auquel il serait donc bien curieux de refuser aujourd'hui l'accès aux cohortes du "sud".  
   
Mais nous n'avons qu'une terre.
Le message est aussi clair que la réponse au pourquoi : plutôt mourir que renoncer.
Encore qu'il y est quelque imprécision.
Qui doit mourir ?

Drôle de gauche.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux