Jean-Claude DIEBOLT
Prof retraité philo et français-Chercheur-Ecrivain de saga SF autoéditée
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2021

Relance à l’Appel sur le fond documentaire citoyen qui manque à Mediapart

Si l’objectif est de mobiliser un maximum de citoyens en vue de se doter de représentants élus et de structures participatives qui accompagnent leurs missions, alors une condition est à remplir impérativement : diffuser un large accès à une instruction civique éclairée et renouvelée

Jean-Claude DIEBOLT
Prof retraité philo et français-Chercheur-Ecrivain de saga SF autoéditée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parmi les facteurs sociaux qui compromettent radicalement que la formule de notre devise républicaine en tant qu’idéal démocratique s’accomplisse véritablement, figurent non seulement la résorption des inégalités de patrimoine et de revenus, le dépassement des discriminations ethniques, de genre, d’âge, mais peut-être d’abord les fossés et fractures concernant formation et accès égal de tous à une instruction la plus élevée possible.

S’il en est très peu question dans l’espace public en général, ainsi que dans Mediapart, cela s’interprèterait en invoquant deux paramètres majeurs. D’une part, peu de citoyens ont emprunté la voie d’une formation personnelle aux connaissances développées au cours des siècles antérieurs ; d’autre part, nos institutions scolaires, par leurs programmes et leurs offres de cursus, ont saucissonné parcours individuels et diplômes en « spécialités » cloisonnées. De ces facteurs résulte une inculture politique grave, qui handicape et appauvrit considérablement la réflexion commune sur la politique.

Le journalisme lui-même est affecté en profondeur par la superficialité, l’insuffisance conceptuelle, régnantes dans l’espace public qu’il occupe. Soucieux de s’adapter à leur lectorat, les organes de presse n’entreprennent pas d’acquérir ni donc de divulguer des connaissances basiques pourtant, que la situation et les défis mondiaux exigent pourtant de maîtriser. Même des revues se bornent à transmettre à leurs lecteurs des thèses et publications théoriques spécialisées, indifférentes à se confronter aux autres disciplines. Une telle optique correspond à se contenter d’un « bien commun » au rabais, renonçant ainsi à l’obligation citoyenne d’opérer l’actualisation, aux 20° et 21° siècles, du modèle de « l’honnête homme » du 17° siècle, ou encore de l’idéal qui guidait le Siècle "des Lumières, avec, entre autres, l’Encyclopédie…

Il est admissible de juger que remédier à une carence de cette dimension est déraisonnable, inatteignable. Il n’empêche qu’une réflexion là-dessus s’impose pour qui prétend mener une analyse rationnelle sur nos institutions. Au cours de ma vie professionnelle de prof de philo, j’ai choisi d’orienter mon enseignement vers la métaphysique, analyse critique des pensées adossée sur l’épistémologie, en tant que réflexion précise sur toutes les sciences. En cela, j’ai participé au GREPH de Derrida, Groupe de Recherches sur l’Enseignement de la Philosophie, lequel « déconstruisait » l’institutionnalisation au Second Empire, par Victor Cousin, des cours en classe terminale survolant superficiellement ce type de réflexion, le pervertissant par des normes et des modes à impact idéologique…

Collectivement, aucune chance ne se dessine de faire connaître une formation citoyenne à la critique par une initiative aussi marginale ! Par conséquent, grâce à Médiapart, j’ai aperçu enfin une occasion possible d’interpeller des auteurs de blogs soucieux de propager des réflexions sur nos responsabilités de démocrates… Pas évident toutefois ! Donc, mon questionnement se bornera à soumettre une sorte de bibliographie formatrice à des blogueurs Mediapartiens dont j’ai apprécié les billets. Consultant leurs notes bibliographiques, j’ai archivé 77 références d’auteurs cités par eux.

Comme je ne partage que 7 auteurs avec ce corpus relevé, m’est venue l’idée de renouveler mon interpellation, cette fois en invitation à se situer mutuellement dans un référencement partagé d’auteurs jugés fondamentaux dans l’itinéraire personnel de réflexion.

Ma demande est-elle assez claire ? Si oui, j’attends qui me fera retour, dans les 101 auxquels j’envoie ce courriel, sur sa propre liste d’auteurs basiques.

Si non, j’attends également qu’on m’indique ce qui est confus, ou encore importun, débile, dans ma démarche… En en proposant une autre à la place ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Liste d’ouvrages essentiels à mes analyses

1/- Emmanuel Kant « Critique de la Raison Pure » - Tome 1

2/- Cornélius Castoriadis « Les carrefours du labyrinthe »

3/- René Thom « Esquisse d’une sémiophysique » et « Apologie du logos »

4/- Edgar Morin « La méthode » (6 volumes)

5/- Collectif 1974 « La science et la logique »

6/- Emile Borel « Le hasard »

7/- Robert Blanché « L’axiomatique »

8/- Hubert Reeves « Patience dans l’azur » ou « Poussière d’étoiles »

9/- Gilles Cohen-Tannoudji « Les constantes universelles »

10/- Etienne Klein « Conversations avec le Sphinx, les paradoxes en physique » et Sous l'atome, les particules »

11/- Jean-Marie Pelt « Les langages secrets de la nature » et « C’est vert et ça marche ! »

12/- Oswald Ducrot « Dire et ne pas dire » (les actes de parole)

13/- Roman Jakobson « Essais de linguistique générale » (sur les fonctions de la communication)

14/- Christian Metz « Les Essais sémiotiques » (les 8 variables de l’image)

15/- Henry Lévy-Bruhl « Sociologie du droit » (4 formes du droit) Qua sais-je ? et « Traité de sociologie » de Gurvitch

16/- Emile Durkheim « De la division du travail social » (solidarités mécanique et organique)

17/- Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron « Les héritiers : les étudiants et la culture » – « La misère du monde » - « Science de la science et réflexivité »

18/- Claude Lévi-Strauss « Race et Histoire » et « L’anthropologie structurale »

19/- Sigmund Freud « Malaise dans la civilisation » et « L’avenir d’une illusion »

20/- Paul Fraysse « Manuel pratique de psychologie expérimentale »

21/- Léon Festinger et Daniel Katz « Les méthodes de recherche dans les sciences sociales » (4 types de méthodes)

22/- Gilbert Simondon « Du mode d'existence des objets techniques »

23/- Roland Barthes « Mythologies »

24/- Marcel Mauss « Essai sur le don » (Potlatch)

D’autres ressources sont aussi à mentionner, concernant les sociétés « natives » et leurs sagesses, les Prédateurs milliardaires qui asphyxient nos sociétés :

Jack Weatherford « Ce que nous devons aux Indiens d’Amérique »

Cédric Biagini, Pierre Thiesset, David Murray « Aux origines de la décroissance – 50 Penseurs »

Cédric Durand « Techno-féodalisme - Critique de l’économie numérique »

Shoshana Zuboff avec « L’âge du capitalisme de surveillance »

Monique Pinçon-Charlot, « Les Ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces »

Denis Robert « Larry et moi. Comment Blackrock nous aime, nous surveille et nous détruit »

Également : Roger Caillois sur la fête et la guerre, René Girard sur le bouc émissaire, Leroi-Gourhan sur la geste et la parole (langages, pensées, corps actif).

Deux ajouts me tiennent à cœur, en raison de leur intérêt majeur. Un : comme l’imprégnation des contenus de ces 33 ouvrages mentionnés ne va pas de soi, eu égard à leur complexité et aux parcours scolaires requis pour s’y adonner, il existe une voie littéraire qui y prépare. D’Homère à Malraux et Camus, en passant par Rabelais, La Bruyère, La Fontaine, Voltaire, Rousseau, Diderot et les romanciers du 19° siècle, des chefs-d’œuvres de créations romanesques et théâtrales éveillent aux ressorts qui structurent nos consciences, nos collectivités, nos cultures, nos langages. Sans oublier des genres littéraires tels que science-fiction et romans dits « noirs » : par exemple, les « Fondations » d’Isaac Asimov, les polars de Dashiel Hammett, Raymond Chandler, Chester Himes, Jean-Patrick Manchette.

Deux : Sans du tout prétendre m’inscrire parmi ces auteurs majeurs, j’ai grand besoin de recueillir des avis sur mes essais littéraires en cours de réalisation. Trois Tomes d’une sorte de saga-conte mettant en scène les défis et enjeux avec lesquels nous sommes aux prises sont déjà achevés, mais sans être parus ni distribués, faute d’éditeurs, aucun n’ayant répondu à mes sollicitations ! Cette impasse éditoriale me fait recourir à Mediapart : mon site www.cheminements-solidaires est consultable, où des 4° de couvertures présentent ces Tomes. Et par le mail contact@cheminements-solidaires.com je peux fournir le fichier Word ou PDF de l’un de ces Tomes.

Par la voie de notre communauté de réflexion Mediapart, m’est offerte, me semble-t-il, l’occasion d’obtenir des retours sur la validité de mon entreprise créative hors normes, sa lisibilité, sa pertinence ; ainsi que des suggestions sur ce qui serait à modifier, à réécrire afin d’améliorer mon premier jet (pourtant très travaillé !).

Remerciant par avance ceux des destinataires de cet Appel qui me feraient un retour, soit à propos de leurs propres références bibliographiques à joindre aux miennes dans un pôle Mediapart à construire, soit au sujet de mon projet littéraire en cours d’exécution, j’assure chacune et chacun de mes sentiments les plus fraternels,

Jean-Claude Diébolt

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran