Jean-Claude Joseph
architecte, c'est mon métier ; scientifique ma démarche. (seul mon travail me fait vivre.)
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2020

la fin du confinement, le retour du virus

un article pour rien

Jean-Claude Joseph
architecte, c'est mon métier ; scientifique ma démarche. (seul mon travail me fait vivre.)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

belle envolée dans cet article qui prédit la reprise de l'épidémie en fin de confinement.

Mais une case est ici vide, volontairement probablement : que se passerait-il si on apprenait à côtoyer le virus, comme on a appris à côtoyer le paludisme,?

la diffusion pour tous de doses individuelles de sulfate d'hydroxychloroquine ne ferait pas disparaître le virus, mais ferait disparaître l'infection, le temps de chercher des moyens de ne plus avoir besoin de cette protection.

Il est ahurissant de voir , que  dans la presse même la plus indépendante, absolument personne  ne soutient cette idée pourtant d'évidence et qui a souvent  été pratiquée pendant les pics du paludisme. 

Bien plus efficace que le confinement, économiquement 1000 à 300.000 fois moins coûteuse, la  protection faute de mieux par le sulfate d'hqn

donnerait le temps de penser autrement qu'en termes qui ne conduisent qu''à sacrifier des franges de la population, "les plus fragiles" ,...

Dans le même temps, le dépistage précoce permet  un traitement sans souci, pourquoi en est-on encore à acheter plus de masques de fin de vie que de moyens de dépister et de stocks de vrai traitement?. 

Pourquoi accepte-t-on que les assassins au pouvoir freinent par tout moyen la mise à disposition, au moins des médecins  de viele  , via les pharmacies, des médicaments nécessaires , pourquoi les réserve-t-on aux cas graves, pour lesquels le traitement vient en général bien trop tard?

ne serait-ce pas parce que les traitements de fin de vie coûtent environ 1000 fois plus cher (entendre mille fois plus de bénéfice pour les labos) 

et cerise sur le gâteau, résorbent une partie du problème politique des retraites!

Je veux bien comprendre que les stocks de traitement d' hydroxychloroquine sulfate+ azythromycine+ sulfate de zinc sont insuffisants pour tous, mais au moins qui'on administre de suite des doses préventives aux plus fragiles! 

même les labos qui travaillent usuellement pour le docteur bobo peuvent s'y mettre, plutôt que de pointer au chômage,  et il ne faudrait pas longtemps pour que la production mondiale soit doublée, ce qui serait suffisant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre