Des bruits suintaient dans les sacristies ces jours derniers, on a d’abord cru croire à une rumeur latine (le coup du latin !) mal interprétée par des ecclésiastiques usés par le vin de messe. Monseigneur Stiegler l’a pourtant confirmé : « Il faut moderniser l’Église, et d’abord à travers ses organes (de presse). Instiller à tout prix un pharmakon * dans cette institution rancie. » Le diacre Gaillot insiste : « L’entriste Plenel est le seul à pouvoir faire admettre le mariage pour tous à la communauté catholique. » « Nous avons besoin de lui ! » cria-t-on partout, mais sans un mot, de Notre Dame de la Cité à la Crypte camouflée de Taverny.
Pour l’heure, la rédaction de Mediapart reste coite. Quel renversement !
Quoique désormais lointain, Bruno Frappat se signerait des quatre mains.

Concomitamment, encore impensable il y a deux jours, jusqu’à l’étreinte télévisuelle de On n’est pas couchés, on commence à parler de l’arrivée de Henri Gaino à la rédaction de Mediapart. Un coup dur pour les abonnés mélenchonistes, qui n’en finissent plus d’avaler des Tugny de travers. Prions pour que ces échauffés reviennent enfin à la raison, sans dire laquelle.
L’heure est grave mais le leurre doit être absolu. S'il a toujours excellé dans l'art et la bannière, la dernière ruse de Plenel ne vous en épate pas moins, eh bien je le confesse : moi aussi !

* rappelons qu'en Grèce ancienne ce terme désigne à la fois le remède et le poisson, et le bouc émissaire.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.