Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

342 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 sept. 2022

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Quand l’anti-fasciste Menno ter Braak (1902-1940) ciblait la rancune

« La rancune est l’un des phénomènes majeures de notre culture, à laquelle elle est indissolublement liée… »

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« J’espère qu’il y a encore lieu de rire de cette élévation artificielle d’une petite espèce d’homme, qui s’érige en mesure absolue des choses. ? » F. Nietzsche

Dans un contexte de fortes pressions politiques et idéologiques, alors que nombre de personnalités essaient d’accompagner la montée des fascisme et nazisme, ou de ses équivalents alentours (le parti national-socialiste hollandais…), dans un court et vif essai qu’il publie en 1937, le jeune écrivain hollandais Menno ter Braak condamne toute excuse accordée à cette force montante, tout en s’attachant à découvrir sinon à trancher le nœud gordien du phénomène.

Et son approche ne craint pas de paraître dérangeante ; en effet, pour lui, les démocraties libérales ont certes pris en charge l’instruction générale, mais elles ont négligé l’évolution du ressentiment qui s’ensuivrait pour beaucoup. Il instruit le procès de la mise en œuvre irresponsable du projet égalitaire. Pour ter Braak, une société qui prône l’égalité des droits pour tous les citoyens, mais ne peut satisfaire cette légitime aspiration, engendre inévitablement de la jalousie et de la rancune. Là où certains verront de l’émulation profitable, la meilleure place possiblement pour tous, on peut voir aussi bien une machine à fabriquer des « perdants par injustice ». L’auteur de ce livret surprenant déclare sans ambages : « La rancune est l’un des phénomènes majeurs de notre culture, à laquelle elle est indissolublement liée… » Tout simplement, parce que l’égalité demeure inatteignable autrement que sur le plan théorique, on a tout juste négligé de la concrétiser.

« Le national-socialisme, par l’absence de proposition positive dans son programme et par l’avalanche de promesses qu’il fait à tout un chacun, trahit le fait qu’il est, dans l’Europe démocratique, la première « doctrine » née du ressentiment de tous contre tous… » Les bienfaits de l’éducation pour tous aurait-elle rendu un grand nombre de personnes aptes à comprendre un discours simpliste et à s’en contenter ? « Ainsi, lorsque le ressentiment de tous contre tous se retourne contre ces institutions [écoles, universités, bibliothèques publiques], l’on ne peut que se mordre les doigts d’avoir réchauffé le serpent en son sein. »

On se souvient qu’en 2006, Hans Magnus Enzensberger publiait un court essai, Le perdant radical, qui devait susciter des polémiques, mais il mettait surtout en évidence cette figure de l’humilié, de celui qui se sent humilié, considéré ou se considérant alors comme perdant, avec la haine de soi et le ressentiment qui en découle, jusqu’à, dans certains cas, commettre un possible attentat suicide.

Soixante-dix ans plus tôt, ter Braak, nourri de Nietzsche et de Max Scheler 1, insiste sur le fait que les porteurs de ressentiment qui s’expriment dans les partis revanchards ne veulent pas vraiment ce qu’ils prétendent vouloir, et qu’au lieu de réduire ce qu’ils considèrent comme un mal, ils cherchent au contraire à s’en servir comme force de destruction. C’est bien pourquoi il ne peut être question de négocier avec ce qui n’aspire en fait qu’à la mort.

« Ainsi la prétendue doctrine raciale n’est-elle que l’habillage phraséologique du ressentiment projeté sur l’éternel bouc émissaire, le juif. L’élément premier est la haine, l’antisémitisme vient ensuite et, en troisième position l’argumentation « scientifique ». »

C’est ce ressentiment qu’il faut soigner en premier dans la société, sous peine que, tant qu’il sera présent, il encouragera, et même créera « des injustices afin de trouver un prétexte pour justifier son existence ». Ter Braak souligne au passage l’absence totale d’humour de ces tristes acteurs politiques sommairement axés sur la rancune. « Que la formule selon laquelle ‘‘le ridicule tue’’ ait perdu toute pertinence au regard du national-socialisme est une preuve du pouvoir qu’exerce le ressentiment sur les âmes, pouvoir que l’on doit se garder de sous-estimer. »

Si ter Braak indique bien que ce mal qui ronge le continent n’est issu de nulle part ailleurs, il est aussi celui qui, comme le souligne Olivier Gallon dans sa postface, « reconnaît à la démocratie ‘‘son indiscutable supériorité’’ seule capable de contenir ‘‘l’émancipation totale du ressentiment 2’’ inhérente à toute dictature et a fortiori au national-socialisme […]… ».

Le lecteur d’aujourd’hui lira s’il le veut ce texte comme un simple document historique, une intervention à un moment donné, écrite par un « politicien sans parti », ami de Thomas Mann et d’Edgar du Perron, qui fut aussi une des figures européennes les plus actives de l’anti-fascisme, sans oublier que, quatre jours après l’entrée des troupes allemandes en Hollande, Menno ter Braak se donnait la mort. Le lecteur pourra aussi considérer ce témoignage résolument incisif comme le fragment d’un miroir tendu à travers le temps.

Avec cette publication, les éditions La Barque nous donnent à découvrir un auteur jusqu’alors étrangement ignoré en France dans un volume qui comprend également le texte d’une intervention très radicale de ter Braak en 1935 à Paris lors du Congrès international des écrivains pour la défense de la culture 3, et intitulée Discours sur la liberté.

*

Menno ter Braak, Le national-socialisme, doctrine de la rancune, éditions La Barque, 2022, 48 p., 12 €
Sur le site de l'éditeur ⇒

1) En désaccord avec Max Scheler, qui avait écrit son livre avec 1919, c’est-à-dire avant la montée du fascisme et du nationale-socialisme, ter Braak tient le christianisme pour responsable de l’égalité (égalitarisme ?) et du ressentiment.
2) « Émancipation », à entendre ici dans le sens de « libre cours ».
3) Un congrès qui voyait se réunir des écrivains tels qu'André Gide, Bertold Brecht, André Malraux, André Breton.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière