Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2010

La novlangue d'Aréva

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Publicité in "Le Monde", 10 septembre 2001 © 

À l'heure où le nom d'Aréva circule "dangereusement" dans les rédactions, je me permets de soumettre aux éventuels lecteurs de Médiapart ce billet de septembre 2002 publié en 2003 dans la revue Le Mouton fiévreux :

Récemment, la douce holding Aréva a porté plainte contre une association impertinente, « vivante » en quelque sorte, quoique « sans objectif commercial » (dixit la juge des référés qui renvoie Aréva à ses atomes) pour avoir odieusement détourner son nom. L’association s’appelait Greenpeace, cela dira peut-être quelque chose au lecteur.

La réunion de la Cogéma, du CEA et de Framatome, principaux acteurs français du nucléaire, a certes mérité un beau nom, Areva, chargé de donner une image positive à cette industrie que des campagnes publicitaires incessantes ne parviennent à faire apprécier à sa juste valeur ! Cependant, le rêve compris dans Areva apparaît dans un passé si peu simple qu’un « a » privatif n’a pu être évité. Rêve de paix auquel crûrent nombre d’éminents scientifiques, il y a un demi-siècle, en apprenant l’explosion sublime de la bombe de Hiroshima. Évidemment, d’aucuns mauvais coucheurs le dénoncent, le disent un rien puéril, aujourd’hui, quand l’heure serait à la guerre implosive globale. À tel point qu’il faudrait peut-être envisager pour ce cauchemar encore souriant un autre nom, genre : Irradieux.

L’industrie nucléaire, emblème d’une pseudo-indépendance énergétique [sauf à considérer le Niger, par exemple, comme un département français !], présente l’avantage démocratique universel de placer le plus grand nombre d’humains à portée de la même catastrophe, constante, définitive. Et ainsi, ce qui rend plus fort que soi s’avère être ce qui affaiblit d’autant. Le suicide général se déroule sereinement, que les protagonistes ne cessent d’approuver, leurs yeux hagards cherchant parfois, trop tard, de quelle marmite viendra le coup de sifflet.

Aréva, au moment de son lancement, disais-je, a fait publier des pages pleines à son effigie la plus avantageuse. On voyait par exemple un mur couleur bistre, très beau. Dessus apparaissaient trois tags. Le premier ne représente rien d’autre que le symbole de l’anarchie, ce A majuscule encerclé, et il est accompagné de la date 1907. Le second est le signe de la paix, trident inversé dans un cercle, accompagné de la date 1969. Le 3ème est le logo d’Aréva, ce A dynamique qui doit faire rêver la France des micro-ondes, convecteurs et autre Foudroyant. Ce dernier A, et l’industrie nucléaire qu’il représente, assume donc sa filiation évidente, comme débouché logique des utopies fraternelles anarchistes et pacifistes. Proudhon, Blanqui, Bakounine, Louise Michel ou Durutti regrettent de ne pouvoir applaudir des deux mains. Gandhi la grande âme, et Lecoin le tenace donnent leur aval posthume… Nous savions nos experts communicants enclins à censurer les vivants, cela ne devait pas faire oublier qu’ils savent aussi faire parler les morts.

Cette publicité maligne fit son apparition il y a un an dans un grand journal du soir daté du 11 septembre 2001. C’en était vraiment trop. Le lendemain, bug pour bug, le XXIème siècle glissait son mot. À dire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques