Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

339 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 sept. 2014

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Olivier Deschizeaux, une poésie en transe

En quelques fulgurants recueils, publiés pour l’essentiel aux éditions Rougerie, Olivier Deschizeaux marque le paysage poétique de sa griffe anachronique, il a trouvé sa manière de poser son délire sacré, de le cadrer sans façon, de le dompter sans le taire ; c’est heureux et troublant, et comme nourri d’une pitié sans pitié.

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« je me suis vu
pleurant sous la pluie poète schizoïde décrivant la mort à des chérubins et des gargouilles… » *

En quelques fulgurants recueils, publiés pour l’essentiel aux éditions Rougerie, Olivier Deschizeaux marque le paysage poétique de sa griffe anachronique, il a trouvé sa manière de poser son délire sacré, de le cadrer sans façon, de le dompter sans le taire ; c’est heureux et troublant, et comme nourri d’une pitié sans pitié.

« Les nuits sont des louves, elles parlent des éthers avec mon cadavre encore chaud, le temps lourd d’octobre s’engouffre en moi comme une bête… »** Voilà un poète qui se laisse habiter ailleurs que dans le goulot mental d’une fièvre vaticinante, qui n’a pas honte d’un corps accidenté par l’enfance et la vie, meurtri ou rieur, et l’écoute et l’entend, le traduisant à peine. S’improvisant chaman transi de peurs ou de visions, il développe ses images à la lueur embrasée de fresques bibliques où s’exagèrent des souffrances maquillées en apparitions.

Qu’ils soient un jour d’un soldat mort, les exercices spirituels d’Olivier Deschizeaux n’en réincarne que mieux l’encre des mots surgissant dans ses pavés denses comme granit, et s’il les lâche parfois d’une voix étrangement apaisée ou venue de loin, le poète a bien conscience de signer ici quelques tranches de prières jetées sur psaumes ; de la sorte il s’adresse à celui qui sent « couler des larmes sur les étendards de [son] corps »*** Exercices spirituels, oui, car il y a dans toutes ces pages une tentative obstinée de regarder sa conscience, de la purifier peut-être, en exsudant d’un moi qui n’est pas qu’à soi le pire état intérieur, les frasques de l’atteinte.

Le Christ ou la croix reviennent souvent chez Deschizeaux comme pour, en tant que fétiches culturels ou icônes véritables, jurer sur l’infinie et lassante vérité de la nature déployée au fil des lignes, toujours à la rescousse de sentiments qui sont aussi des chagrins.

« L’enfance semble être un chien étreint par les larmes du deuil, elle semble s’éteindre comme un roc au bord duquel danse le vagabond, l’enfance est une cerise de chrysanthèmes et des pleurs écorchent ta gorge, alors sous le ciel tu ne bois pas que le vin des djinns, la vue t’es mille fois plus insalubre que la myrrhe et la boue, il ne reste plus que la mort à ton bras. »****

© 

Deschizeaux écrit sans doute pour sauver son âme, sa vie, quelque chose de lui qui le regarde, et ce qui ne se raconte pas se donne à entendre autrement, par un tour du monde des douleurs ou de la faim. Un vocable en appel un autre, parfois un presque jumeau, de Christ à croix, de étreinte à éteinte, les mots déboulent par l’oreille, dans la frénésie d’une transe qu’il a fallu calibrer par avance. Sur un mode à la fois enfantin et grave, l’analogie ne trompe personne, jalonnant le chemin d’un mystère qui, quel que soit son lexique, ne se reconnaît pas d’église, condamnant la parole à être souffle, jusqu’à ce que poème s’ensuive.

« Je suis étranger au prêtre qui bénit mon poème, au reflex surréaliste qui rougit ma voix, au sacrifice de l’ange sur le mont d’ébène, mon corps est un don de vieillesse, un mystère sur la primauté du ventre, je veux ignorer le goût de ton sang, celui qui dégouline comme l’azur sur mes lèvres de cendre. » *****

* in Je me suis vu, Ed. MLD, 2010.

** in Sinon dans la chair, Ed. Rougerie, 2011.

*** in Au seuil de la nuit, Ed. Rougerie, 2014.

**** in Au seuil de la nuit, Ed. Rougerie, 2014.

***** in Sinon dans la chair, Ed. Rougerie, 2011.

Olivier Deschizeaux :

La chambre close, éditions Rougerie, 2004. 

Le soldat mort, éditions Rougerie, 2007.

Je me suis vu, éditions MLD, 2010.

Sinon dans la chair, éditions Rougerie, 2011.

Au seuil de la nuit, éditions Rougerie, 2014.

→ à propos de Au seuil de la nuit, sur le site Recours au poème

→ site des éditions Rougerie

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost