Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

344 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 sept. 2021

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Virginia Tentindo et Joël Gayraud, la sculptrice et le poète

Très beau livre que publie ici l’éditeur Pierre Mainard, donnant à découvrir l’artiste d’origine argentine Virginia Tentindo, dont les sculptures, terres cuites et bronzes, nous ramènent aux meilleures heures d’un surréalisme toujours vivant.

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Très beau livre que publie ici l’éditeur Pierre Mainard, donnant à découvrir l’artiste d’origine argentine Virginia Tentindo, dont les sculptures, terres cuites et bronzes, nous ramènent aux meilleures heures d’un surréalisme toujours vivant. Par sa fantaisie forte, les tensions du corps qu’elle montre, un corps sexué à double tranchant volontiers androgyne, elle développe un rire sacralisant plaisir et prouesse. Corps multiples, attachés par le toucher, enchaînés/délivrés par un flux de vie, d’amour, d’imagination – trois mots pour dire l’érotisme qui acquiesce à l’existence, et le manifeste.

LA CHAISE D’OR

sous les iridescences de la canopée
les joutes mythomanes des singes hurleurs
la langueur du paresseux qui tire les cartes
l’entonnoir mystique des grenouilles au cul bleu
la mélancolie du serpent vert
l’archibras prémonitoire des sapajous
le vol parallèle et sans escales des paradisiers

Tensions féroces de figures mythiques ou farces savantes ? les deux mon capitaine ! C’est là une œuvre qui parle avec joie et sans reniement. L’humain y est facilement singe, entre miroir et contorsion. Chaque œuvre (que l’on découvre à travers de belles photographies en noir et blanc de Luc Joubert) est soulignée par un texte de Joël Gayraud, qui veut bien voir, mais, sous une forme essentiellement poétique, et y adjoindre un commentaire à la fois érudit et réflexif. Les titres des œuvres sont aussi les titres des textes. S’il sait dérouler mieux que d’autres ses idées on pense notamment à son essai L’homme sans horizon, ou à ses deux livres publiés chez Corti 1, Joël Gayraud se montre aussi poète, il laisse à la virtualité des mots le soin d’un nouvel espace, d’un champ réservé, fertile. Et il sait faire preuve d’humour, jouer avec l’œuvre comme avec l’imaginaire ou l’idée.

ALICE PREND SON PIED

Tout excitée d’avoir squatté
la niche du chien des Baskerville
Alice a pris son pied
Elle l’a pris
au pied de la lettre
ce qui lui ferait une belle jambe
si la lettre
était lettre morte
mais comme la lettre est majuscule
et bien vivante
elle vit depuis
sur un grand pied
pied de biche et pied d’alouette
va-nu-pied et pied palmé
pied de grue et chèvre-pied
Oui elle jouit et prend son pied
sans nous casser les pieds
ni faire des pieds et des mains
ni se prendre les pieds
dans le tapis volant
des grandes idées
mais en levant le pied
tout simplement
sans épine à en tirer

Virginia Tentindo est née à Buenos Aires en 1931, très jeune elle expose ses premiers travaux, se lie avec les surréalistes locaux et elle part pour Paris en 1953. Elle travaille comme maquettiste et illustratrice de livre. À Paris ou en Toscane, elle se remet à la sculpture dans les années 1970. Son œuvre à la fois fantaisiste et érotique a été montrée à travers le monde (France, Italie, Japon, etc.). Joël Gayraud n’est plus à présenter, traducteur, poète, essayiste, il apparaît toujours comme un auteur lucide et créatif, accompli. Les yeux ouverts jours et nuits.

Virginia Tentindo, "La Lionne Terre-Lune"

LA LIONNE TERRE-LUNE

Elle se dresse de toute la force de son désir
dans la savane des nuits et des jours
des jours enfuis comme le vent
emplis comme le verre à boire
perdus comme le hasard
échevelés comme les saturnales
Elle s’offre aux mille échos de son plaisir
dans la savane des jours et des nuits
des nuits claires comme le jour
tendres du parfum de chèvrefeuille sous la lune entière
bleues de la fumée des cigarettes par-delà l’épaule nue
douces de l’aile de la chauve-souris sur la paupière du sommeil
Elle hante elle arpente la savane des nuits et des jours
elle a percé tous les secrets du labyrinthe
et son cri l’annonce et la protège
elle
l’ultra-féline de l’infra-noir

Virginia Tentindo, "La spirale danseuse"

*

Joël Gayraud, Les tentations de la matière, sculptures de Virginia Tentindo, éditions Pierre Mainard, 2021 – 18 €

Sur le site de l’éditeur

1) Joël Gayraud, L'homme sans horizon, Libertalia, 2019 ; La peau de l’ombre & La paupière auriculaire, aux éditions Corti, 2003 et 2017.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte