Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

331 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 août 2010

France-Culture en perte sensible

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

« La page est déchirée, pas la déchirure »

Alain Veinstein, Vers l’absence de soutien, Gallimard, 1978.*


Un des moments les plus cruels de cette année radiophonique : ce rendez-vous que le jeune Ali Baddou proposa à son confrère Alain Veinstein le samedi 12 juin dernier, pour son émission intitulée Radio libre. Un véritable choc des générations dont l’auditeur fut le témoin navré.
Le représentant de « France-Culture nouvelle manière » interviewait l’homme de radio le plus volontiers muet qu’il est encore donné d’« entendre » sur les ondes. En toutes ses années de présence devant (derrière ?) le micro et sous le casque, le poète Alain Veinstein n’a guère perdu de sa timidité attentive, n’a guère perdu de son écoute. Le diplômé en sciences politique Ali Baddou est, lui, plutôt adepte du question-réponse bien rythmé, du bavardage le plus efficace, c’est un professionnel. Résultèrent deux heures à la fois édifiantes et pathétiques, démonstration involontaire de la perte sensible qui atteint France-Culture depuis un certain nombre d’années. Et que peuvent bien, en effet, se dire deux hommes dont l’attention ne se porte jamais au même niveau ?
Pour le fringant Ali Baddou (un exemple parmi d’autres) une conversation recouvre avant tout un échange d’informations, il lui faut donc être productif, en recueillir un maximum, ne pas laisser de temps morts ; et afficher un positionnement suffisamment élitiste – ainsi le journaliste s’assume-t-il en élément fabriqué (par Sciences Po, l’École normale supérieure ou Les Inrocks ?) d’une fabrication de l’homme averti. Pour Alain Veinstein, qui vient de faire paraître Radio sauvage, un volume regroupant plusieurs textes sur son expérience d’homme de radio, l’entretien est avant tout un exercice d’écoute, un moment d'émotion autant que de recherche conjointe.
« Ce qui caractérise notre époque c’est que nous remplaçons le dialogue par le communiqué. » remarque Camus dans La Chute. Car il avait bien préparé son émission, le jeune loup essaya bien de rendre hommage à la capacité de son confrère à faire parler les instants suspendus, il proposa même un moment de silence, ce qui, venant de lui, et avec une solennité maladroite, tourna évidemment au ridicule, au grotesque. Par la suite, sans vouloir blesser personne, Alain Veinstein s’attristait à longueur de quelques phrases de l’aspect formaté des émissions apparues ces dernières années, de la nouvelle grille.
La polyvalence des nouveaux animateurs renseigne assez sur le fait qu’il s’agit avant tout d’occuper une place derrière (devant ?) le micro. On peut les voir ainsi échanger leur poste, passer d’une émission à une autre, comme si la vocation n’était que d’apparaître, non pas de creuser un sien sillon. Du coup, le seuil de compétence se trouve atteint rapidement; fût-il doté d’une bonne culture générale, le meilleur professionnel ne peut valoir l’amateur véritable.
La multiplication des rediffusions d’émissions récentes produit un effet de répétitions fort déprimant, une impression de gâtisme (le sien) ou de propagande (la leur). Bien la preuve en tout cas que cette radio est désormais dirigée par des gens qui n’en sont pas les auditeurs. Ils semblent ignorer le rythme biologique d’un auditeur de radio qui, fidèle à sa chaîne et souvent insomniaque, rechigne à zapper, et entend deux fois la même émission à quelques heures d’intervalle. Par ailleurs, faute d’une démarche musicale élaborée, et quand les intermèdes savamment travaillés de jadis ont fait place à des bouillies sonores à la mode, le son France-Culture se rapproche dangereusement de celui des chaînes commerciales. De quoi tourner le bouton.
Nourri de ses rencontres avec les poètes du Mercure de France des années 60, Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Jacques Dupin, Alain Veinstein aborda poétiquement son métier de conseiller aux programmes et de producteur. En 1974, sous la direction d’Yves Jaigu, il débute. À la même époque, Claude Royet Journoud invente Poésie ininterrompue. Les poètes ont alors la main sur la radio, le programme est découpé selon un rythme qui ne doit rien aux gongs -au joug- des heures numérotées comme à l’usine, on est ici dans un autre type de ponctuation, le temps disparaît pour un puzzle de séquences d’une durée variable, une autre dimension roule librement dans sa propre sphère où l’auditeur est convié.
Évoquant « la solitude du producteur de fond », Veinstein observe que « la radio est un médium le plus souvent sans retour », mais il en accepte la règle, se passe des satisfecit. Avec lui et ses complices des Nuits magnétiques il produit pendant plusieurs décennies une radio qui écoute. Aujourd’hui, France-Culture est de plus en plus une radio qu’animent des voix disciplinées par l’égotisme et la mondanité, pour exemple caricatural : l’incessante autopromotion narcissique d’un Raphaël Enthoven.
« Quand j’ouvre mon poste, je suis perdu. Submergé par un torrent de sons. Je ne respire plus. Il n’y a pas un souffle d’air. » note Alain Veinstein dans Radio sauvage. Plus de rythme, donc, mais un débit à vocation totalitaire.
« Ce n’est pas un secret que la recherche n’est plus une priorité de nos jours et on peut craindre que sa diminution, voire sa disparition, annonce une ère de stagnation et de dessèchement sans précédent qui marquera la fin de la magie et de ce sentiment de plénitude opérés par la radio. » Le constat est amer. Quand on a aimé les voix de Claude Mettra, Michel Cazenave (qui vient de prendre sa retraite radiophonique), Francesca Piolot, Jean Couturier, Bertrand Jérôme, ou celle de Mathieu Bénézet (frais parti lui aussi), un autre poète, on regrette ce temps où se percevait pleinement la voix, tel que Henri Meschonnic a pu la définir : un « intime extérieur. »

* Toutes les citations, sauf l'initiale et l’ultime, sont extraites du livre d’Alain Veinstein : Radio sauvage, Le Seuil, 2010.


© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda