Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

341 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 nov. 2015

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Les « Sabotages » de Gilles Brenta à Gaillac

Loin-de-l’œil, ce n’est pas seulement un cépage de la région, c’est un très bel espace d’exposition ouvert à Gaillac (Tarn) il y a une petite quinzaine d’années par Laurette et Roger Roques, libraire d’anciens sous l’enseigne de Champavert à Toulouse.

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Loin-de-l’œil, ce n’est pas seulement un cépage de la région, c’est un très bel espace d’exposition ouvert à Gaillac (Tarn) il y a une petite quinzaine d’années par Laurette et Roger Roques, libraire d’anciens sous l’enseigne de Champavert à Toulouse. Les peintures et «impressions de relief» d’un surréaliste de Toulouse, Adrien Dax, avaient inauguré le lieu. En 2003, c’était une exposition regroupant principalement les travaux de haute volée d’une dessinatrice, d’un photographe et d’un peintre, trois amis de Patrice Thierry, poète et éditeur disparu en 1998. En 2007 on avait pu y voir un ensemble brouettique du meilleur goût, et même y entendre, lors d’un vernissage coloré, une marseillaise peu connue, la marseillaise de la brouette, créée aux ateliers nationaux en 1848. En 2012, c’est Jean Perdrizet, inventeur tous azimuts, qui était à l’honneur en l’hôtel de Tonnac où est abritée la galerie Loin-de-l’œil. Ces quelques repaires parmi bien d’autres, à titre indicatif, pour juste faire envie.

© Jean-Luc Clercq-Roques, 2015

Un artiste fut présenté à plusieurs reprises, qui expose ce mois-ci, Gilles Brenta. Originaire d’un pays qui a donné le meilleur de la littérature française, mais aussi un paquet d’artistes roboratifs, il a choisi une région vinicole et gauloise pour villégiature, et c’est en voisin marchant délibérément à côté de ses sabots – autant dire en observant le monde avec toute la nécessaire suspicion – que Brenta appartient naturellement à la grande fratrie des surréalistes belges, sous l'œil bienveillant du grand Scutenaire. Brenta fut par ailleurs le décorateur de la série mémorable de Roland Topor : Téléchat. C’est en tout cas opportunément qu’il apporte un peu de sa santé de faire à l’esprit de sérieux dont s’enorgueillit décidément l’hexagone.

Le sabot est ici décliné dans toutes ses fonctions impossibles mais avérées, on le voit aussi bien à l’abordage qu’au sabotage, en drakkar comme en kamikaze, en fléau comme en zèbre. En poupée vaudou ou en aéroplane, le sabot se déguste sur tous les modes, mais moins volontiers à la mode de chez nous, encore conventionnelle, qu’à la mode de Brenta, autrement capiteuse.

© Christine Brenta, 2015

Dans le texte d’ouverture du catalogue, Roger Roques rappelle, citant Erri de Luca, l’origine du mot sabotage : les sabots que, vers les années 1800 et quelques, les ouvriers anglais glissaient dans les machines censées les remplacer. On sait qu’à l’heure où la société industrielle connaît son impasse, la référence aux luddites est réapparue dans le champ de la contestation de ce monde qui nous est fait. Pas étonnant que parmi les fantaisies de Brenta on trouve un Gulliver prisonnier (scène fameuse du roman de Swift) et une sorte de Prométhée enchaîné, ou de Sysiphe tirant son rocher. C’est bien là l’homme dans toute sa candeur volontaire, qui le rend pardonnable en même temps que ridicule.

Le contraire de l’impasse machinique pourrait bien être un objet vu loin de l’œil, rêvé par un garnement espiègle. Métamorphosé sous d’étranges apparitions, le « modeste sabot » dont on « aurait bien tort de sous-estimer les potentialités : le cheval en sait quelque chose et, au casino, le croupier ne l’utilise-t-il pas pour distribuer les cartes ? » *

© Eva Kristeva, 2015

« Le sabot – objet rustique par excellence – leitmotiv de cette exposition, par des mises en scène savantes et minutieuses, par un goût maniaque du détail réaliste, par une imbrication complexe des rapports d’échelles […], par des détournements de fonctions, par des raccourcis spatio-temporels, par des multiples décalages d’accessoires ou de décors, par bien d’autres secrets d’alchimistes toujours à débusquer, ce sabot, omniprésent et banal, finit par se faire oublier : chaque objet de cette présentation, subrepticement, se métamorphose, devient œuvre en soi, intrigante ou fascinante, kitsch ou belle, inquiétante ou mystérieuse, grave ou rigolote. À chacun son rêve. »**

Si, dans un geste minimal mais fortement suggestif, Gilles Brenta a hissé un de ses sabots sur un talon haut, nous ne manquerons pour autant de lui dire, en guise de salutation désuète et admirative : Chapeau bas !

* Dominique Rabourdin, Une liberté sans limite, in Sabotages, Catalogue de l’exposition, 2015.

** Daniel Bran, Sabotages, in Sabotages, Catalogue de l’exposition, 2015.

Catalogue exposition Gilles Brenta, "Sabotages" © Christine Brenta, 2015

• L'exposition se tient de décembre 2015 à janvier 2016  - Sur rendez-vous
• contact: rogerroques@sfr.fr / tél. 06 12 15 30 68
• Catalogue illustré sur demande : 20 €

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT