Annkrist : « Chanter c’est tenir. »

« Annkrist is alive, she is somewhere living »*. Parmi les quelques grands auteurs de la chanson française, elle tient sa place apatride, secrète, et scandaleusement muette. Ailleurs, dans une autre langue, celle de Dylan par exemple, elle serait incontournable. Ici personne ne le sait.



© orelienada


Annkrist is alive, she is somewhere living .*

 

Parmi les quelques grands auteurs de la chanson française, elle tient sa place apatride, secrète, et scandaleusement muette. Ailleurs, dans une autre langue, celle de Dylan par exemple, elle serait incontournable. Ici personne ne le sait.

Annkrist a toujours chanté ses propres textes. Sa mémoire peuplée de multiples refrains qu’elle apprend d’emblée, à la première écoute, lui assure une langue infaillible, fort singulière, dont elle use avec exigence. Les chansons lui viennent naturellement, paroles et musique naissent ensemble.
Après les Beaux-Arts de Paris et un séjour de deux ans en Afrique, Annkrist se décide à embrasser la profession. Elle se produit sur scène, souvent en Bretagne où elle « revient tout le temps ». Diffusant une sorte de magnétisme cristallin, ses airs comme ses mots produisent de curieux effets, déconcertent, paraissent peut-être hermétiques. Cependant la magie opère, le public se prend au charme.
Pas mal d’années et de récitals s’écoulent avant qu’un premier 33 tours ne soit enregistré. Prison 101 sort en 1975 sous le label d’un collectif de chanteurs et musiciens bretons, Nevenoe. Quoique vendu seulement par correspondance, il connaît le succès. On peut y entendre notamment La Rue mauve,** une sublime chanson d’amour et de désespoir.

Prison 101, extrait :

J'ai pas guéri prison 101
J'y retournerai un matin
J'y retournerai c'est pas ma faute
Mais j'y retournerai c'est certain
Prison 101 ou bien une autre...
Parce que tu sais prison 101
Elles sont montées dans mon cerveau
Ouvrir ma voix comme on fend l'huître
Elles sont montées dans mon cerveau
Pour faire des trous dans mon pupitre
.

Associée le plus souvent à certains noms de la scène celtique, Bretagne oblige, Annkrist n’est pourtant pas une chanteuse folk, comme on peut le lire trop souvent, c’est plutôt au blues qu’Annkrist emprunterait et rendrait au centuple. En créant un univers très personnel, poignant, entre malaise et goût de vivre, onirisme visuel et ferveur féminine, elle s’inscrit simplement dans le rayon si restreint des « chanteur-poètes », quelque part du côté de Leonard Cohen.
En 1978, l’album Tendre est ma nuit est lauréat du Contre Hit-parade de la FNAC. Musicalement plus homogène que le premier, il comprend ce morceau de nuit suspendue qu’est Bizarre Pierrot

Bizarre Pierrot

Annkrist

et toujours ce partage établi, souligné, entre noir et lumière. Mais aussi des constats implacables de ce qu’est l’époque. Comme Acier béton :
Acier béton
Petite foutaise
Dans la fournaise
De l’aquarium sis au balcon
[…]
Acier béton
Dans l’étouffoir
Non faut pas croire
Qu’on peut se pendre sans raison
Acier béton
Et petit soleil…

ou encore cette très prenante chanson Les prisons du monde :
Oh mon amour ne t’en fais pas cet hiver encore cet hiver rien n’ira
La coupure de la nuit la douleur tout ça tout ça finira
La joie ânonnée rauque nous apprend à partir
Il n’y a que les prisons du monde qui sont faites pour n’en pas finir

Les prisons du monde

Annkrist

 

Batik_original_couv_0.jpg


L’année suivante, Batik original, un album aux arrangements plus électriques sort sous le même label, Spalax, qui avait édité le précédent, avec toujours cet univers nourri de lumière vivace et d’étrangeté rêveuse qu’Annkrist continue de coudre avec précision, dans une sorte de murmure émollient qui dit l’angoisse aussi bien que l’amour. Au cœur de ce climat musical presque rock, aussi sur le plan des images – car les mots donnent à voir –, chantée a cappella, Chansons d’amour semble surgir d’un lointain passé médiéval, dialogue intemporel du troubadour avec le monarque.

Chansons d'amours

Annkrist


« Cette étrange fille de Bretagne perdue entre la rue de Siam et la 42ème rue est une des personnalités les plus attachantes de la chanson française… »
écrit Bayon dans Libération. Dans la rubrique disque de Télérama on précise : « L’étrangeté de son univers n’est qu’une impression de première écoute. Dès la deuxième on sort de la cage, on oublie le mot à mot, on entre dans ses peintures. »
Il faut alors attendre 1986 pour voir publier deux albums d’un coup, produits par l’artiste. Les complices musicaux sont ceux de Tendre est ma nuit et Batik original, Jacky Bouillol et Michel Runarvot, entre autres ; l’accordéon imprègne de chaleur certains morceaux. Ange de nuit et Bleu cobalt ne s’échappent pas de ce regard spécial qui n’appartient qu’à Annkrist. Le décor oublie la cité, la nuit urbaine pour trouver le chemin du désert, de l’Inde, de Venise ou d’Ouessant. Toujours aussi impressionniste, intimiste, l’écriture enroule les vers sur des rythmes qui paraissent évidents, tissant de vibrantes mélopées. Combien de joyaux dans ces deux albums ? Deux presque au hasard : La préférée du harem et Enez Eussa

La préférée du harem, extrait : 

Nous aurons des rêves de pain et des rêves d'or
des rêves qui n'ont pas de fin et d'autres encore
granites océans monstres oh non je n'ai rien compris
mais c'est tout ce qui me dépasse qui fait mon prix

 

La préférée du harem

Annkrist

Enez Eussa

Annkrist

 

En tout cas, le jury de l’académie Charles Cros ne s’y trompe pas. Ces deux albums auto produits – qui ne seront jamais distribués !! – se voient attribuer le grand prix international Paul Gilson 1987. Imagine-t-on un Goncourt attribué à un livre autoédité ? Les albums s’achètent par correspondance ou à la librairie du monde libertaire, rue Amelot, à Paris. Annkrist chante au Théâtre noir, à l’Olympia pour une soirée en compagnie de Gilles Servat et Dan ar Braz. Après 11 ans d’absence, elle se produit dans sa ville de Morlaix, en hiver 1988.

 

annkrist_L.jpg

 

 Depuis, les nouvelles se sont espacées, jusqu’à se taire. Il y a bien, sur un album consacré aux plus belles voix de Bretagne, une chanson : La beauté du jour enregistrée à Rennes en 2002. D’autres projets n’aboutiront pas. Où qu’elle soit, soyons sûrs qu’Annkrist continue à écrire, comme elle respire, « des chansons infiniment naturelles ».
Tandis que, via les radios pro-nostalgies et autres recyclages de vieux succès commerciaux, le marché s’emploie à revivifier les émotions les plus rentables, la mémoire de certains auditeurs demeure fidèle à des moments pour eux plus intimes, vivants. Rare, le grand art se plaît loin du bruit, faut-il pour autant l’ignorer ?
À part la chanson La beauté du jour sur l’album anthologie précité, rien d’accessible à l’auditeur potentiel. Puisse un producteur pertinent prêter enfin l’oreille à ce talent unique, vraiment, et la voix d’Annkrist, celle d’aujourd’hui comme celle d’hier, nous revenir chargée de mots toujours nouveaux. Infiniment.

 

*


* Le lecteur a reconnu ici une lourde allusion au titre d’un célèbre spectacle new-yorkais de 1968
, hommage à Jacques Brel, Jacques Brel is alive and well and living in Paris.

** La qualité médiocre des documents proposés, sauf l'un d'eux, n'incombe qu'à l'auteur de l'article, il en demande pardon à Annkrist et à ses auditeurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.