Jean Claude MEYER du 18
Vieux râleur emm...dant!
Abonné·e de Mediapart

516 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2020

Jean Claude MEYER du 18
Vieux râleur emm...dant!
Abonné·e de Mediapart

L'ACCEPTATION DU CONFINEMENT COVID19 RELÈVE DU SYNDROME DE MILGRAM!

Moutons! Moutons! Gentils moutons! Pour vous tondre il faut vous faire peur! Il y a deux mois on vous disait que vous étiez trop stupides pour porter un masque... Maintenant on vous fait payer de très fortes amendes si vous ne portez pas les masques IMPOSÉS par vos gentils bergers... Des masques qui vous coûtent un pognon fou! ET VOUS VOUS TAISEZ!

Jean Claude MEYER du 18
Vieux râleur emm...dant!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Le Covid-19 et le confinement qui nous a été imposé est au niveau mondial un test incroyable de soumission à l'autorité". Gérard Mordillat fait le rapprochement avec les études menées par le sociologue Stanley Milgram sur le consentement à l'autorité, dans les années 50 et 60 aux USA : "Dans le confinement on nous fait obéir à des ordres dont on a aucun moyen de vérifier le fondement, et au nom de la sécurité, nous courbons la tête et nous obéissons, ça ressemble beaucoup à ces expériences, il faut habituer la population à obéir, voilà ce que m'a inspiré ce confinement".

Au delà de la période, Gérard Mordillat définit des pistes pour la suite, partant de l'héritage du CNR : "Réinventer cette capacité à définir la loi et à dire du droit", car on manque de pensée. "Il faut être capable de penser les jours heureux". Par exemple sur le temps de travail, les autres parlent tous d'augmenter le temps de travail, alors que le combat reste celui de la diminution du temps de travail. "Il faut réduire le temps de travail de chacun, pour que tout le puisse participer à la richesse de la nation, et cela doit aller de paire avec une augmentation des salaires, même si cela fera hurler le patronat." En outre, Gérard Mordillat insiste sur la place centrale et les moyens que doivent avoir de nouveau les services publics, qui permettent aux gens les plus fragiles, d'avoir une vie décente malgré leur moyens.

LE COVID-19 A ÉTÉ UN TEST INCROYABLE DE SOUMISSION À L'AUTORITÉ © Le Média

Et puis ce matin, sur une radio de collabos, oh surprise! Entendre les propos du grand "va en guéguerre" qui se dit philosophe, l'inénarrable Bernard Henri-Lévy, interviewé par les collabos Salamé/Demorand, nous invite à "râler" contre ce qu'on nous IMPOSE à propos du Covid 19! BHL nous invite non pas à désobéir! Oh non! Mais à râler! Les gueux devraient râler! Un sacré révolutionnaire que l'homme aux éternelles chemises blanches... Il espère, sans doute, faire rire Macron, Philippe l''olibrius... Et Salamé d’étaler sa cu-culture en parlant de "servitude volontaire"... Il vaut mieux entendre cela, comme on dit, que d'être sourd!

Bernard-Henri Lévy : "Il fallait porter le masque en râlant !" © France Inter

Ah! si le "grand homme" pouvait aussi s'insurger contre le confinement imposé aux palestiniens! Confinement qui s'accompagne du vol progressif de leur pauvre territoire SANS QUE PERSONNE NE MOUFTE! Que ne se révolte-t'il pas contre Netanyahu quand ce compromis dans de multiples affaires de corruption affirme, tout de go, qu "il est temps" d'annexer la Cisjordanie!

Aussi ignoble que NOTRE TOTALE INDIFFÉRENCE au PAUVRE ENFANT qui, toutes les SIX SECONDES, MEURT DE FAIM SOUS NOS YEUX, EN CE MOMENT!

Penser la sortie de la crise du Covid 19... Comme le propose Mordillat... C'est bien beau! Encore faudrait-il que nous sortions d'ABORD de notre torpeur!

Les politiciens nous ont rendus cons et obéissants comme les tortionnaires de l'expérience de Milgram! Ce sont des meurtriers, qui usant de leur statut d'autorité et jouant sur la trouille distillé par les merdiacrâtes à leur service, nous conforment à leur philosophie de sacripant et nous transforment TOUS en meurtriers passifs... Nous sommes tous des gardiens des prisons qui nous enclosent et qui sont VOULUES par quelques ultra-riches qui commandent à tous les chefs des TAS de bidoche vaguement consciente dont nous faisons partie!!!

Non, mais dans quel monde décadent survivons-nous?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise