Jean Claude MEYER du 18
Vieux râleur emm...dant!
Abonné·e de Mediapart

504 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2018

Thiers a "sauvé" la République en 1871, selon Macron !

Ce matin écoutant par hasard l'édito politique de Thomas Legrand j'entendis cette réflexion du commentateur " Personne n'a remarqué une petite phrase émise dans le documentaire qui était consacré au président Macron sur France le 7 mai 2018.

Jean Claude MEYER du 18
Vieux râleur emm...dant!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il se justifie du choix qu'il a fait d'y recevoir à Versailles des personnages importants (Poutine entre autre) en affirmant "C'est un lieu où la République s'est retranchée lorsqu'elle était menacée".

A quel moment, donc, un gouvernement s'est-il retranché à Versailles?

Est-ce le 5 octobre 1789, jour où les femmes du peuple marchèrent sur  Versailles pour demander du pain et qui ramenèrent le roi de force à Paris (après que l'imbécilité de Marie Antoinette se soit exprimée, de façon quasi macronienne, par un "qu'ils mangent donc de la brioche"? Certes pas puisqu'il s'agissait de sauver le régime monarchique...

Quand le dictateur Napoléon numéro 1 reçu le pape dans la galerie des glaces la république avait été abolie par le freluquet corse... Il ne s'agissait là non plus de sauver la République!

Alors il ne reste qu'un seul évènement qui puisse éclairer la pensée complexe du président d'extrême centre Macron...

Otto von Bismarck dit "Ah les belles bacchantes!" après avoir proclamé la formation de l'empire allemand à Versailles céda la  place à son pote collaborateur, le ventripotant Adolphe Thiers qui connaissait quelques déboires avec les gueux parisiens depuis mars 1871. Entre tyrans on se soutient!

Donc notre président-dictateur, si "moderne" (dans sa pensée complexe qu'il ressemble de plus en plus au despote Napoléon numéro 3 ou au marquis poudré méprisant que fut Giscard D'Estaing - particule achetée ma chère et diamants offerts par Bokassa) fait donc référence à cet instant lumineux d'espoir et de justice que fut la Commune...

Et donc il prétend que Thiers (Adolphe numéro 1) a sauvé la république....

Notre président-dictateur fait là encore une fois, après son aparté sur notre île lointaine la Guyane, montre d'une ignorance crasse...

Sait-il que la troisième république n'était, en mai 1871, pas encore proclamée?

Sait-il que Thiers à l'époque voulait la restauration d'une royauté, que le mandat de sept ans adopté en 1875 fut choisi pour favoriser les pomponnés royalistes (sous l'égide du Conte de Chambord, vous savez celui qui d'après la chanson "ressemble à son frère...") ?

Sait-il que notre Adolphe fit lors des répressions qui suivirent la chute de la commune plus de morts que durant toute la révolution de 1789???

Sait-il que Thiers méprisait le peuple tout comme lui?

Connait-il les phrases suivantes de l'Adolphe qui pourraient lui être attribuées?

" La science de gouverner est toute dans l'art de dorer les pilules." (Ce que fit fort bien l'émission du 7 mai 2018 sur Fr 3)

" La République sera conservatrice ou elle ne sera pas."

" La France doit redouter également les gens qui ne sont capables de rien et les gens qui sont capables de tout."

" On peut, dans les moments de crise, construire des mensonges au moyen de quelques faits et de quelques propos légèrement recueillis, follement interprétés."

Pour terminer je donne un florilège de phrases entendues dans l'émission apologétique de Fr 3 con-sacrée (c'est bien le mot!) a Macouille:

"J'ai choisi Versailles parce que Poutine est sensible à ça... Il veut reconstruire la grande Russie(...)C'est un lieu aussi où la république s'est retranchée lorsqu'elle était menacée" (9m22)

"L'europe est liée par une part de tragique et d'émotion commune" (Les morts de 1870, 1914, 1939...????) (25m14)

"Ce qui abaisse nos sociétés modernes c'est le nihilisme et l'affrontement moral post-moderne! Quand on est dans le relativisme constant plus rien ne vaut rien. C'est le fondement de tous ceux qui aspirent à devenir des petits bourgeois" (C'est ça les Insoumis sont tous de futurs petits bourgeois! (1h00m20) Quant à lui, il n'aspire qu'a devenir un très grand bourgeois!

"Il ne faut jamais chercher à être aimé..." (1h08m50) Plus "populiste" que Macron (Paris-Match... etc...) tu meurs!

Selon Macron (1h05...) la France serait un pays d'aristocrates égalitaires (bonjour les "aristocrates égalitaires" qui n'ont pour vivre que 800 euros par mois!) Selon lui "on aime la lutte de celui qui protège ses statuts..." Ah bon la solidarité c'est pas bien, selon Macouille... L'empathie connait-pas!

Et le Macron de conclure "Il n'y a plus d'aventure importante parce qu'on ne risque plus sa vie!" Connard!

Si ses costards sont bien repassés, si sa cravate est impec, si son ravalement de façade est assez réussi, la pensée de notre président-dictateur, et de ses sbires lèche-cul (ah l'Alain Duhamel!), ne pisse vraiment pas loin....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent