Jean-Claude Meyer
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2016

Strasbourg: nouvelle condamnation d’un jeune militant anti-loi «travail»

Encore une lourde condamnation en répression aux actions contre la Loi Travail : cette fois-ci, c’est celle d’un jeune militant NPA, Burak Sayim, qui avait participé à la manif du 9 avril.

Jean-Claude Meyer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Encore une lourde condamnation en répression aux actions contre la Loi Travail : cette fois-ci, c’est celle d’un jeune militant NPA, Burak Sayim, qui avait participé à la manif du 9 avril (Voir communiqué du NPA67) qui, on s’en souvient, s’était particulièrement mal terminée place Kléber puisque la police avait joué de provocations répétées et d’une répression féroce (Voir archives Feuille de chou ici et encore , et le communiqué de Sud Education à propos de cette journée).

Burak Sayim était accusé « d’avoir opposé une résistance violente» au fonctionnaire de police Jasmine Klein, la plaignante, au moment où elle interpellait avec l’aide d’autres policiers, une jeune femme en train de taguer. La jeune femme interpellée avait alors appelé à l’aide. Burak Sayim avait alors « tenté de la protéger ».

Tout l’enjeu du procès tourne autour de l’identification des policiers au moment où ils ont interpellé la jeune femme. Les policiers ont affirmé qu’ils avaient leur brassard “police” au moment de l’interpellation, que Burak ne pouvait pas ne pas savoir qu’il sagissait d’une intervention de police et donc qu’il l’aurait violemment entravée. Cette version des faits sera appuyée par Me Meyer, avocate de la plaignante, qui admet que « la jeune femme avait crié à l’aide » mais que « M. Sayim s’est mêlé de ce qui ne le regardait pas » et retenue par le Procureur qui ira même plus loin en affirmant que Burak Sayim avait « essayé d’extraire une jeune femme des mains des policiers qui l’interpellaient alors qu’elle commettait une infraction » et qu’ainsi, il « lui permettait de s’enfuir », concluant que « le droit de manifester n’était pas celui de commettre des infractions »

Burak Sayim, lui, affirme qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’une intervention de la police puisque les policiers ne portaient pas de brassard et qu’il a simplement tenté de protéger une jeune femme qui criait à l’aide concluant :« les policiers m’accusent à tort! ». Sa version semble corroborée par les photos et vidéos prises lors de la fin de manif et comme l’affirme son avocate Me Papin : « Mme Klein ne portait pas son brassard » et d’ailleurs « sur la photo, un seul policier portait son brassard et il n’était pas dans l’axe de vision de M. Sayim. » Autre fait qui semble confirmer la version de Burak Sayim : il avait été entendu une première fois pour “violences volontaires” que le Parquet avait requalifié en “résistance violente”. Rien n’indiquant clairement qu’il s’agissait d’une intervention de police, Burak Sayim ne pouvait donc pas volontairement s’y opposer !

La violence non plus ne peut être retenue selon l’avocate de M.Sayim puisque la plaignante ne fait valoir qu’un préjudice moral (pas d’ITT) et que c’est M.Sayim qui a reçu un coup de matraque de la part d’un policier. Me Papin demande la relaxe de son client puisque qu’il n’y avait ni préméditation ni violence dans ses actes.

L’avocate de la policière a demandé 300 € de dommages et intérêts au nom du préjudice moral qu’aurait subi sa cliente, le Procureur a réclamé 70h de travail d’intérêt général ou 15 jours de prison si le travail n’était pas effectué. Le Tribunal a déclaré Burak Sayim « coupable des faits reprochés » et l’a condamné à « un mois de prison avec sursis, 250€ de réparation pour dommages et intérêts et 150€ d’amende », précisant toutefois que cette condamnation ne serait pas notifiée au bulletin n°2 de son casier judiciaire vierge.

C’est donc à une peine plus lourde que celle réclamée par l’avocate de la plaignante et le Procureur que le Tribunal a condamné le jeune militant, signe tangible supplémentaire d’une volonté de répression systématique des acteurs du mouvement social et de leur éviction des terrains de lutte puisque les peines avec sursis obligent, de fait, à ne plus avoir affaire avec la justice pour des faits similaires pendant 5 ans. Nous apprenons aussi, ce jour, la condamnation à 8 mois avec sursis du porte-parole des Jeunes Communistes à Saint-Etienne. Gare, pour les militants condamnées, aux provocations policières et aux différends pièges tendus dans le but de faire transformer leur sursis en prison ferme…

On ne compte plus les cas de répression, orchestrée d’en haut, contre les militants, syndicalistes, journalistes indépendants et autres acteurs critiques de la situation politique et économique actuelle. Le gouvernement prouve chaque jour un peu plus que nous avons changé de régime, les fonctionnaires de police l’ont clairement acté et ont bien intégré aussi qu’ils étaient désormais au cœur du nouveau régime…

Ne nous laissons pas intimider, refusons de nous taire, poursuivons les actions et réfléchissons à d’autres terrains de lutte et de rencontres hors du viseur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre