Glands de chêne et glands de la République

Après l’évacuation violente de la ZAD du Moulin à Kolbsheim, après le gazage nocturne d’une population pacifique, les habitants de Kolbsheim et les zadistes et leurs sympathisants sont excédés.

Zad du Moulin

Après l’évacuation violente de la ZAD du Moulin à Kolbsheim, après le gazage nocturne d’une population pacifique, les habitants de Kolbsheim et les zadistes et leurs sympathisants sont excédés au point que l’occupation militaire de la zone entre Ernolsheim-sur-Bruche et Kolbsheim par plus de 500 gendarmes nécessite la mise en place d’une cellule psychologique demandée à l’ARS par la députée Martin Wonner (LREM).

Cette dernière était à nouveau présente sur le terrain ce matin aux côtés de José Bové et de Dany Karcher le maire de la commune. Et Germaine aussi!


Ce dernier, pour protester contre le déni de droit ordonné par le préfet du Bas-Rhin, et suite à l’abatage de chênes centenaires hier à Vendenheim, dans la forêt du Grittwald, a mis le feu à son écharpe tricolore officielle dont il ne reste que les glands. A Vendenheim les glands de chêne tombent avec leur arbre sous les tronçonneuses de Holzinger, pour Vinci, à Kolbsheim le maire empêché de circuler librement sur son territoire communal, brûle les glands républicains.


Ce matin encore, toute circulation est interdite sur une grande zone que ce soit à pied, à vélo, ou en engin à moteur, à l’ecxeption bien entendu des camions militaires et autres véhicules de la gendarmerie.

Un face à face tendu a encore eu lieu entre quelques dizaines de manifestants pacifiques qui appuyaient José Bové, Martine Wonner et Dany Karcher.

Comme l’a dit hier le maire, la République gaze les élu; et rebelote ce matin.

Comme les zadistes n’ont plus accès à leur terrain, c’est maintenant Kolbsheim qui devient peu à peu la ZAD. La salle du conseil municipal et celle du presbytère protestant servent de base arrière. C’est à la mairie que sera installée la cellule d’écoute psychologique.

Hier, c’était l’hélicoptère de la gendarmerie, aujourd’hui c’est un drone qui nous survolait, sans parler des cameramen de la gendarmerie qui doivent préparer le festival de Cannes 2019…
Et ne comptez pas sur les champs de mais pour vous approcher des machines qui déboisent la forêt: en plus du drone, des capteurs de chaleur humaine sont positionnés!

La tension est montée un peu lorsqu’un tracteur s’est disposé aux côtés des manifestants. Aussitôt le nombre de gendarmes à crû et une camionnette de gendarmerie s’est mise derrière eux pour bloquer encore plus.

Si le préfet s’imagine que sonnés par l’évacuation, nous allons abandonner le combat contre le GCO, il se trompe gravement.

Nous sommes des milliers, comme samedi à Strasbourg. Eux protègent l’entreprise privée Vinci…

d'autres images sur http://la-feuille-de-chou.fr/archives/99909

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.