Le squat Bugatti à Eckbolsheim évacué par la gendarmerie

Depuis ce mercredi matin, la gendarmerie en force bloque les deux accès au squat Bugatti, situé sur le territoire d’Eckbolsheim, juste à côté de la CME 67 et proche du garage Renault.

Depuis ce mercredi matin, la gendarmerie en force bloque les deux accès au squat Bugatti, situé sur le territoire d’Eckbolsheim, juste à côté de la CME 67 et proche du garage Renault.

De nombreux véhicules de gendarmerie, dont plusieurs immatriculés 75, et à l’intérieur de l’immeuble de bureaux, occupé depuis un an des gendarmes surarmés et d’autres en calot, des personnes de l’Eurométropole, des pompiers.

A pied et à vélo on peut y accéder sans être inquiété par les bleus. Au moment de ce reportage entre 11 et midi, on ne voyait pas les occupants qui devaient probablement faire leurs maigres bagages. D’autres quittaient l’hôtel en face qui avait été réquisitionné par la préfecture.

On ignore combien étaient encore logés sur place. Il est probable que le décès récent de l’un d’aux ait accéléré l’évacuation. De ce point de vue on ne peut que comparer ce qui se passe ici à Bugatti avec ce qui s’est passé à l’Hôtel de la Rue, squat Gruber, route des Romains, où la ténacité des initiateurs du squat a été récompensée puisque la ville a officialisé les choses avec l’association La roue tourne et que Edson Laffaiteur est désormais salarié pour les mêmes tâches effectuées plus d’un an gracieusement.

On peut s’inquiéter du sort des évacués de Bugatti. Seront-ils relogés? Et les sans-papiers échapperont-ils au Centre de rétention administrative de Geispolsheim et à la reconduite à la frontière ou à la réexpédition dans le premier pays de l’UE où ils ont posé le pied?

Alors qu’après le meurtre atroce d’un enseignant, une offensive contre un prétendu “séparatisme” (qui vise seulement les musulmans réputés islamistes- mais pas l’Arabie saoudite, alliée de Macron, qui les inspire) se déroule au mépris des libertés démocratiques, il faut dénoncer cette opération militaire contre de pauvres gens qui croyaient naïvement que la France était encore la patrie des droits humains.

Photos, vidéos et communiqué de presse de D'Ailleurs Nous Sommes d'Ici

https://la-feuille-de-chou.fr/archives/105717

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.