publication de "Pour travailler TOUS demain matin"

L'étude de tous les élements constitutifs du chômage de masse permet d'envisager les moyens de l'éradiquer.

Après un long travail de documentation et de recherche, mon essai a été publié aux éditions des 3 colonnes. Il devrait rapidement être disponible en librairie.

l'essai analyse l'évolution du chômage de masse depuis 1975.

Le chômage de masse français est-il une fatalité nationale ?

En reprenant les données de l’économie française, j’ai étudié l’ensemble des évolutions économiques et démographiques qui influent sur l’emploi, le sous-emploi de masse et le chômage, entre 1975 et aujourd’hui. J’ai comparé les données françaises avec celles de pays [frontaliers].

Les conclusions de ces comparaisons me permettent de donner des pistes pour partager équitablement le travail et le financer, sans […] avoir besoin d’un hypothétique « retour de la croissance ». L’ensemble des moyens recensés existe. Ils sont chiffrés, détaillés, et peuvent être mobilisés dès demain.

 Diplômé de l’École nationale de santé publique, Jean-Claude Moog a bénéficié d’une formation en administration des entreprises, en sciences de l’éducation et en philosophie. D’abord postier en centre de tri, éducateur, et animateur social, il a par la suite dirigé et développé plusieurs établissements de l’économie sociale et solidaire, en impliquant l’ensemble des personnels. Militant syndical, il a aussi été élu municipal et communautaire en Centre Alsace, et candidat aux élections cantonales, régionales, législatives et européennes.

Actuellement à la retraite, il se consacre à diverses activités militantes et de solidarité. À ce titre, il est intervenu au premier forum européen « Partage équitable du travail maintenant ».

 

En vous souhaitant bonne lecture, je suis à l'écoute de vos retours.

La publication de la page de garde ne respecte pas son format, mais vous permettra de le repérer sur les rayonnages!

 

page de garde © JC Moog page de garde © JC Moog

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.