yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2013

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ukraine : déclaration du Parti Communiste de Russie

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaration du présidium du comité central du parti communiste de la fédération de Russie

Le Parti Communiste de la Fédération de Russie suit avec inquiétude la situation en Ukraine, pays frère. Ces derniers jours la confrontation dans la rue s’est aggravée et menace de passer le Rubicond du massacre de grande ampleur. Les événements, qui ont commencé avec un meeting pacifique des soi-disant partisans de l’intégration européenne, se transforment sous nos yeux en tentative de renversement du pouvoir légal d’un État souverain, dans une nouvelle « révolution orange ». Une série de faits indique sans ambiguïté la patte des technologues politiques occidentaux dans l’organisation des désordres. Ce n’est pas la première fois que ces messieurs par voie de spéculations frauduleuses provoquent un affrontement inter-ethnique.

Les peuples russes et ukrainiens ont éprouvé de nombreux malheurs ensemble, ont remporté main dans la main de nombreuses victoires au travail comme au combat. Le Parti Communiste de la Fédération de Russie appelle à ne pas céder aux provocations des extrémistes. La séparation entre nos pays ne sera un bien ni pour l’Ukraine, ni pour la Russie. Nous partageons entièrement la position exprimée dans l’annonce du Premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste d’Ukraine Piotr Simonenko : la responsabilité dans l’escalade de la violence en Ukraine repose non seulement sur le pouvoir et une soi-disant « opposition », mais aussi sur les émissaires occidentaux, tentant de jouer le rôle de marionnettistes dans un jeu politique dégueulasse.

L’événement n’a rien de commun avec une révolution populaire. L’Ukraine s’est heurtée à un nouveau tour de diffusion de « la lèpre orange ». Les buts réels de ses inspirateurs sont éloignés des intérêts nationaux des Ukrainiens. L’expérience d’événements semblables en Serbie, en Géorgie, au Proche-Orient en témoigne absolument : ceux que l’on appelle les zélateurs du « choix démocratique » s’intéressent en premier lieu au partage de la propriété, à la conquête des ressources naturelles et des débouchés. Une Ukraine forte ne leur est pas nécessaire. C’est pourquoi ces messieurs font tout leur possible pour enfoncer un coin entre Russes et Ukrainiens, pour ne pas admettre la construction de relations fraternelles entre la Russie et l’Ukraine et l’addition des potentiels de nos États.

Le Parti Communiste de la Fédération de Russie appelle toutes les forces politiques saines de l’Ukraine à la tenue d’une discussion civilisée, des problèmes qui empirent. On ne peut pas admettre des manipulations de la conscience de masse contraires aux intérêts de la majorité absolue des citoyens du pays. Le destin de l’Ukraine doit être décidé par son peuple tout entier et non par ceux qui, sans vergogne, se sont auto-attribués le droit de parler en son nom.

Moscou, le 1er décembre 2013.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho