yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2014

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Le pouvoir fasciste de Kiev demande l’interdiction du PC d’Ukraine, le Donbass lance un processus de nationalisation contre les

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ww.initiative-communiste.fr porte à la connaissance des internautes ces deux informations (sources)

Le PRCF assure de son entière solidarité internationaliste et antifasciste les camarades d’Ukraine qui font face à la répression. Les oligarques et les fascistes soutenus par l’occident essayent en tentant d’interdire le parti communiste d’Ukraine de permettre à l’oligarchie capitaliste de poursuivre la mise à sac du pays et le renforcement de l’exploitation des travailleurs.
Interdire les communistes, voila la première action de tous les gouvernements fascistes. De Santiago à Jakarta, de Berlin à Paris, nous savons ce qu’on fait les gouvernements interdisant les partis communistes.

On comprend d’ailleurs la haine des oligarques et de leurs phalange contre la résistance populaire contre le fascisme d’une très large part de la population. Dans le Donbass, les travailleurs se révoltent et parlent de nationaliser les entreprises

Alors que la répression par l’armée de la population dans l’est se poursuit, le député communiste Alexander Golub a déclaré que le KPU ne reconnaitra pas les résultats de la prochaine élection du 25 mai :

« Nous ne soutiendrons aucun des candidats car nous n’avons pas le choix en Ukraine. Tout ce qui se passe actuellement est une farce et nous ne reconnaîtrons ni les résultats de cette élection, ni la personne qui sera élue ».

Il a ajouté que l’élection ne peut se tenir alors qu’une opération militaire se déroule contre les paisibles citoyens dans l’est de l’Ukraine, qui sont menés par les services de sécurité du pays.

Un total de 23 candidats ont été inscrits pour participer au scrutin, mais plusieurs candidats se sont ensuite retirés. Le chef du Parti communiste Petro Simonenko a annoncé son intention de se retirer.

Tourtchinov, le président putchiste pro UE demande l’interdiction du KPU

Le président putschiste ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a demandé au ministère de la Justice d’interdire les activités du Parti communiste dans le pays – article et traduction Nico Maury

« Je demande au ministère ukrainien de la Justice d’examiner l’éventuelle implication du Parti communiste dans les démarches visant à porter atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du pays (…) et d’adopter sans délai les mesures prévues par la loi pour interdire le Parti communiste d’Ukraine », lit-on dans une lettre publiée sur le site officiel du président.

Auparavant, Tourtchinov a demandé au ministère de la Justice de vérifier l’implication du Parti communiste dans l’organisation d’ »activités terroristes et séparatistes » sur le territoire du pays. « Je suis convaincu que le tribunal ukrainien mettra un terme à l’existence du Parti communiste »

Le ministre ukrainien putschiste par intérim de la « Justice » Pavel Petrenko a déclaré que « le ministère de la justice a ordonné le transfert au Procureur général et aux Services de sécurité les preuves pour étudier les possibles infractions pénales contre le Parti communiste »

Il a déclaré que le ministère collabore avec les organismes d’application de la loi (SBU et GPU), le ministère a l’intention de déposer une plainte pour interdire le Parti communiste sur des activités anticonstitutionnelles et illégales. Selon les estimations du putschiste sinistre de la « justice » l’interdiction devrait tomber d’ici un mois ou deux.

Ex-Ukraine : Le Donbass déclare la guerre aux oligarques

Pourquoi la Russie n’est pas intervenue dans le Donbass ? Probablement parce que les oligarques de Donetsk ont demandé aux oligarques de Moscou de ne pas soutenir ces Républiques qui menacent leurs intérêts – article et traduction Nico Maury

Le Président du « verhovnij sovet » (Soviet suprême) de la République populaire de Donetsk, Denis Pushilin, a déclaré que les autorité de la jeune république vont lancer un processus de nationalisation des grandes entreprises. Le Président du Soviet suprême, Denis Pushilin, au cours d’une conférence de presse a déclaré : « En raison de la réticence des oligarques régionaux de payer des impôts au budget de la RPD, il a été décidé de lancer un processus de nationalisation de la propriété des oligarques ».

Rinat Akhmetov, oligarque le plus riche du pays, dans le viseur

Denis Pushilin a également déclaré que suspendait toutes les négociations avec l’oligarque Rinat Akhmetov, dont sa fortune s’élève à 22 milliards de dollars, après ses coups de force à Marioupol contre les militants de la RPD.

« Pourquoi tenir des négociations avec Akhmetov sachant qu’il tentera des actions provocatrices contre notre république, il y a plusieurs options sur la manière d’y répondre » commentant la déclaration Akhmetov.

Rinat Akhmetov avait soutenu la junte de Kiev lors des massacres de Slaviansk et Marioupol et c’est seulement le 11 mai, le jour du référendum sur le statut des régions de Donetsk et de Lougansk, que son groupe « Metinvest » a appelé les autorités de Kiev à arrêter l’opération militaire. La raison en est simple, la fortune de l’oligarque a fondu à cause de la crise en Ukraine et il risque de perdre ses actifs.

Le co-président de la RPD, Miroslav Rudenko, estime que « la déclaration d’Akhmetov est minoritaire chez les habitants du Donbass Il s’oppose à l’opinion populaire ». Selon lui les résidents de Donetsk appuient la République populaire pas l’oligarque.

Rinat Akhmetov, milliardaire ukrainien et homme fort de l’est de l’Ukraine, a appelé mardi tous les ouvriers de ses usines à manifester pacifiquement contre les autorités et pour renverser les Républiques Populaires de Donetsk et de Lugansk.

Le maire « populaire » de Slaviansk et le communiste Alexei Karpushev pour la nationalisation des grandes entreprises

Il y a un point commun entre le maire « populaire » de Slaviansk, Vyacheslav Ponomarev et le communiste Alexei Karpushev, tous les deux militent pour que les grandes entreprises, les propriétés des oligarques du « clan de Donetsk » soient nationalisées par la République populaire de Donetsk et que 100% des bénéfices viennent directement dans les poches des ouvriers et du trésor de l’Etat.

« Ce n’est pas pour eux (les oligarques – ndlr) que le peuple du Donbass a versé du sang sur les barricades » déclare le communiste Alexei Karpushev.

Pour Alexei Karpushev (KPU) « les personnes qui sont sous les balles (de la junte de Kiev – ndlr) ne luttent pas pour que soit maintenue « la table seigneuriale » des oligarques. « Le printemps russe ne va pas créer un impôts de 2/3% sur les bénéfices que les oligarques pourraient, si ils le souhaitent, payer. Ces miettes ne pourront pas redresser le Donbass et rendre la vie normale. Il faut que 100% des entreprises deviennent des propriétés nationales, c’est notre but » note le communiste.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias