yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2014

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

On les accuse de stalinisme

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les militants communistes ukrainiens enlevés et torturés par le SBU    Mardi 26 Août 2014  

Petro Simoneko, Premier secrétaire du parti communiste d'Ukraine, est formel, le service de sécurité ukrainien (SBU) a enlevé et torturé des militants communistes pour extorquer des "aveux" contre le KPU - article et traduction Nico Maury  

Dans une interview sur Golos.ua, Petro Simonenko accuse le service de sécurité ukrainien (SBU - ex-KGB) d'avoir enlevé des membres du Parti communiste d'Ukraine et de les avoir torturer pour extorquer des "aveux" contre le KPU. Selon lui, Vitaly Prynya est un exemple scandaleux de cette détention illégale d'un membre du Parti communiste, il a été enlevé le 5 Juillet 2014.  
"Le 5 juillet, 2014, des agents du SBU dans la région de Kharkov ont arrêté Vitaly Prynya, il est retenu sans motif et les autorités lui ont refusé la présence d'un avocat" déclare Petro Simonenko. Il déclare également que des militants communistes ont été torturé, notamment Viktor Siniaeva, pour lui extorquer des aveux. Il a été torturé, battu avec une barre de fer, il a été brûlé sur différentes parties du corps. Les rapports médicaux confirment une telle torture.  
Le KPU informera l'OSCE sur les cas de tortures commis par les autorités sur les militants communistes  
Valentyn Navlivaychenko, chef du SBU, avait utilisé ces aveux pour accuser les dirigeants du Parti communiste de "séparatisme". "Les déclarations du chef du SBU sur la participation du Parti communiste et de ses dirigeants pour financer la fourniture d'armes à des terroristes, ainsi que participer à des actions visant à la destruction de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, sont des mensonges et de la désinformation, et il doit payer pour diffuser de tels mensonges".  
Le dirigeant du Parti communiste demande officiellement à la mission de l'OSCE d’enquêter sur les actes de torture contre des membres du Parti communiste . «Aujourd'hui, j'ai signé et envoyé un appel à la mission de l'OSCE, j'ai envoyé tous les documents qui confirment que le gouvernement actuel commets des crimes contre les membres du Parti communiste d'Ukraine" conclut Petro Simonenko.  
Dans un communiqué de presse du Présidium du Comité central du Parti communiste : "Compte tenu des méthodes qu'applique le SBU et les principes qui guident M. Nalivaychenko, on peut dire que l'Ukraine glisse encore plus rapidement dans l'abîme du fascisme, et le SBU se transforme en police politique à l'image des nazis de la Gestapo. Le Présidium du Comité central du Parti communiste déclare que les communistes d'Ukraine s'opposent aux partis de la guerre qui ont pris le pouvoir et déclenché un massacre sanglant de civiles. Les communistes sont en faveur de l'intégrité territoriale, pour la paix et l'ordre en Ukraine."  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André