Jean Claude Rossi
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2020

Jean Claude Rossi
Abonné·e de Mediapart

L’ASE 71, PIONNIÈRE POUR L’APPLICATION DE L’ARTICLE 24 ?

Le service de l’ASE 71 aurait-il été précurseur dans l’application du très controversé Article-24 de la nouvelle loi sur le séparatisme ?

Jean Claude Rossi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le service de l’ASE 71 aurait-il été précurseur dans l’application du très controversé Article-24 de la nouvelle loi sur le séparatisme ? On peut se poser la question.

 Le 22 octobre 2019, lors de la rafle des adolescents dans notre Lieu de Vie et d’Accueil "Les Bruyères" (dont j'ai longuement abordé le sujet dans de précédents articles), qui est, je le rappelle, selon les textes en vigueur, notre habitation privée, nous avions en toute légalité, voulu filmer l’intervention des services sociaux de Saône-et-Loire, épaulés, il fallait bien ça, par les forces armées.

 Filmer donc, avait déclenché l’hystérie d’un responsable du Conseil Départemental, qui avait, immédiatement intimé l’ordre à un gendarme de, non seulement nous interdire de filmer, mais de plus, se saisir immédiatement de notre téléphone portable.

 Le gendarme, probablement impressionné par un ordre donné par un inconnu, mais avec une telle certitude de son bon droit, doublé d’un ton martial, c’est exécuté sans broncher et sans se questionner d'ailleurs sur l'absurdité de la situation.

 Nous avons refusé de donner le téléphone, et la personne qui tentait de filmer s’est réfugiée à l’étage de la maison. Elle a tout de même réussi à prendre un cliché de cet agent territorial, tombé dans la potion magique de ce qu’on serait tenté d'appeler : une ignorance crasse des droits fondamentaux des citoyens de ce pays. Notons que les débats récents au parlement au sujet de l'Article-24, lui permettent au moins, et c’est tout à son honneur, d'être quasiment considéré comme un précurseur, voire même un pionnier.

 L’ASE 71 avait déjà commis une infraction en pénétrant dans une propriété privée sans qu’aucun texte législatif ne l’y autorise, et enfumé la gendarmerie qui s’est crue, de fait, autorisée à commettre une opération dans notre habitation, sans aucun mandat.

 Cela ne suffisait visiblement pas, et la situation sur le site a conduit logiquement, entre autres dérives, à cet ordre totalement exempt de toute réalité juridique, "l’interdiction de filmer".

 C’est au regard de ce mode opératoire que l’on peut mesurer l’influence de l’ASE 71, qui en arrive à pousser des institutions, aussi honorables fussent-elles, à se mettre dans des situations totalement illégales. Ces institutions judiciaires sont certaines d’agir de leur bon droit, et ceci à la simple raison invoquée comme un passe-droit absolu, j’ai nommé : "l’évocation par l’ASE 71 de la protection de l’enfance, du principe de précaution et de l'intérêt supérieur de l'enfant".

 Je ne sais pas si le retrait de l’Article-24 va changer quelque chose aux certitudes de l’ASE 71, ni au sentiment de toute-puissance de certains de ses nervis, mais la publicité faite au sujet de cet article devrait au minimum permettre aux autorités de préciser le droit français à des agents territoriaux qui font si aisément fi des droits et libertés élémentaires des citoyens et plus encore de ceux des enfants que l’ASE 71 prétend cyniquement protéger.

 Filmer l’intervention de l’ASE 71 aurait dû pourtant ravir les agents de ce service, cela aurait pu mettre en lumière l’efficience de l’intervention. Nous aurions pu alors voir des enfants sauvés d’horribles maltraitances, quelle fierté pour ce service dédié à la protection de l’enfance. Alors, pourquoi une telle peur de nous laisser filmer ? Quel risque de se voir attaquer en justice si tout est fait pour le bien des enfants emmenés ?

 Je crains que ce service enfermé maintenant dans sa tour d’ivoire, ne veuille répondre à cette interrogation, pas plus qu’il ne réponde aux interrogations des adolescents raflés qu’il n’a jamais pris soin d’entendre.

 Je sais, tout cela paraît invraisemblable, mais un an après, l’ASE 71 n’a entendu aucun des ados "sauvés", et la gendarmerie elle-même, en dépit des instructions données par le parquet de Chalon-sur-Saône de les entendre en priorité, n’en a entendu que trois sur sept. Aucun n’a parlé de maltraitance.

 Ni entendus, ni considérés, ils n'auront même pas la compensation d'un petit film sur cette journée catastrophique, qui fait pourtant bien partie de leur vie d'ados pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance de Saône-et-Loire.

 Jean-Claude ROSSI

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB