JEAN CLAUDE TARBY
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2020

Elections américaines : Le vrai débat

L'objet de cet article consiste à tirer les enseignement des élections américaines et plus largement, de la pensée trumpiste.

JEAN CLAUDE TARBY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que s'est il passé aux USA ?

A quoi avons nous momentanément échappé ?

Pourquoi vigilence et mobilisation doivent elles être plus que jamais de rigueur ?

Une fois de plus, la grande injustice, la force imbécile, la bêtise épaisse, la barbarie xénophobe et raciste ont bien failli triompher !

70 millions d'électeurs américains ont donc choisi l'option de la honte ! C'est trop... Décidément, la médiocre qualité du fourrage, ne dissuade pas les veaux de se précipiter aux rateliers !  La droite française et les médias de propagande, claironnent à tout va que " TRUMP, même battu, est toujours là et le trumpisme avec ! " C'est bien la caractéristique des dictateurs et des fascistes, que de refuser le verdict du suffrage universel. Comment ne pas être admiratif devant cet homme à la carrure imposante, qui touché par le COVID,  revient quelques jours après, tel le JOHN WAYNE des temps jadis,  en posant sur la foule son regard de tueur ! Scénario parfait pour épater les imbéciles !

" TRUMP est toujours là!" Cela sonne comme une menace dans la bouche d'YVAN RIOUFOLL du FIGARO. La menace est dirigée contre toute la gauche et les citoyens dont je suis qui "refuseraient d'admettre LA REALITE. " Ce n'est pas parce que les bourrins sont nombreux qu'ils ont raison ! Quelle est cette pseudo réalité ?  Le peuple paraît il,  veut du lourd, de la trique ! Tolérance zéro côté sécurité et défense absolue de la nation. " Je me fous de la république, c'est la France qu'il faut défendre!" vocifère  Pascal PRAUD, sur l'antenne de C. NEWS. Un porte parole fidèle de toute la beaufitude et la fachosphère à longueur d'émission, matin midi et soir ! Le peuple veut aussi du lourd en matière d'immigration. " Qu'est ce qu'on attend pour foutre dehors les étrangers qui ne respecttent pas nos droits ? " fulmine Nadine MORANO, l'ouvrière de droite qui pense avoir tout compris... 

Le débat à propos de TRUMP est tronqué. Les observateurs, le plus souvent, parlent de sa personnalité : " Un battant, un laeder, mais dommage qu'il soit vulgaire, grossier et macho..." Tu parles Charles ! Tout cela ce n'est rien ! On agite  aussi volontiers ses "résultats économiques." Moins de chômage ? Et alors ! Précarité pauvreté et inégalités continuent d'exploser ! Ah oui mais où ai je la tête ? Tant que l'on travaille c'est que tout va bien, n'est il pas ?  ! Peu importe que le job soit aliénant et le salaire lamentable, ce qui compte c'est de sortir de l'oisiveté . Cette maxime était déjà valable dans les salons de la bourgeoisie au 19 e siècle.  

Il est clair que le débat politique s'appauvrit gravement. On ne parle plus que de personnalité, charisme, laedershipp, programme, financement, et résultats. Pire encore les enjeux sont aujourd'hui sécurité, immigration, répression en lieu et place de type de développement, choix de société... L'économie qu'il faut sauver ? Oui bien sûr mais nos dirigeants n'ont qu'une obessession : " Faire trimer les salariés encore et toujours plus ! Le COVID et surtout le confinement, ont  révélé s'il en était besoin que,  la classe capitaliste était menacée dès lors que les salariés cessent de produire.  Alors elle devient nerveuse. Ces gens réalisent alors que, même avec leurs milliards, ils ne sont rien sans nous. Depuis le temps qu'ils nous assènent leur intox consistant à affirmer que ce sont eux qui nous font vivre... Ils ont juste peur de mourir  à côté de leurs milliards, et c'est ce qui les guette.

En tous cas, il est une notion qui est presque toujours absente dans les propos des commentateurs, c'est celle de LA PENSEE. Celle-ci ne serait donc plus le fondement de toute action politique ? La Macronie a largement ouvert la voie à cette imposture. Une seule chose compte désormais : " le paraître, le pragmatisme, ce qui MARCHE !" 

Eh bien venons en donc à l'essentiel, à savoir le fondement de la pensée trumpiste. il faut d'abord souligner que l'expression même est impropre, dans la mesure où, les deux termes sont dychotomiques. En effet, si TRUMP pensait, cela se saurait. Il existe cependant bel et bien des intellectuels, qui pensent le trumpisme, vu que le candidat républicain en est lui même incapable. Alors le cowboy d'opérette va chercher son inspiration dans une école de pensée nommée "l' ALT-RIGHT."  De quoi s'agit il ? Peu de temps après son élection en 2016, MEDIAPART a proposé la lecture d'une enquête publiée dans " La revue du crieur." Cette lecture est édifiante et doit nous éclairer sur ce qui nous attend.

L'ART-RIGHT est une école de pensée de la nouvelle droite américaine. Elle est populiste, chauvine, raciste et sexiste. Elle s'appuie sur les petites et moyennes classes blanches dans une opposition aux élites mondialisées. l'idéologie véhiculée s'articule autour des axes suivants :

                            - Le contrôle aux frontières.

                            - Le nationalisme économique

                            - Une politique étrangère fondée sur les seuls intérêts nationaux.

                            - La limitation drastique de l'immigration et l'expulsion de tous les illégaux.

Il s'agit de mettre en place une droite alternative appelée à supplanter le conservatisme jugé obsolète d'un parti républicain dont les obsessions libre échangistes budgétaires et fiscales ne serviraient que l'intérêt internationnal. Il importe également de défier la tyranie du politiquement correct, pour clamer haut et fort une nation autoritaire décomplexée.  Dans cette bande de "grands penseurs" on touve des élitistes ultra capitalistes, qui plaident pour la suppression de la démocratie, rien de moins. D'autres sont plus étatistes et moins libéraux. Tous ont en commun le rejet du "mensonge égalitaire", aussi bien comme fait que comme valeur, un goût pour l'ordre hiérarchique, ainsi qu'une grille de lecture raciale de la société. Ainsi le philosophe allemand SPENGLER, estime que 1789 marque le début d'un long déclin culturel.  "La démocratie serait un régime "sous optimal" et instable orienté vers la consommation plutôt que la production et l'innovation. Elle conduit à toujours plus de taxation et de redistribution."  Le seul remède pour restaurer l'ordre et le progrès serait un élitisme oligarchique bien compris, dès lors que le rôle du gouvernement  ne devrait plus être de représenter la volonté d'un peuple irrationnel, mais de le gouverner correctement . Voilà qui a le mérite d'être clair ! Pour couronner le tout, la disparition de l'état est préconisée. Au secours les bourgeois sombrent dans l'anarchie ! Oui mais quand on voit pour quelles raisons ! Selon Richard SPENCER, l'une des figures les plus en vue de l'ALT-RIGHT, " la question la plus importante, avant l'économie ou la politique étrangère est celle de l'identité. Or, l'identité blanche est définie comme l'héritage biologique et culturel de l'Europe. "

Si ce courant de pensée n'est pas entrain de faire le lit du fascisme, alors il faudra que l'on m'explique ! Pourquoi cela est il si grave ?  Parce que la droite francaise à des degrés divers, entend bel et bien s'inspirer de l'exemple trumpiste. J'en veux pour preuve le durcissement du langage présidentiel, obsédé qu'il est par le désir de vouloir "jouer à la guerre." Il la voit partout ! Marine LE PEN de son côté, ne cache pas son admiration pour la vedette du parti républicain, dont elle s'est empressée de soutenir la candidature. " C'est bon pour la France" dit elle. Une photo montre la blonde PASSY, à LILLE,  aux côtés du célèbre fasciste STEVVE BANNON, ancien Directeur de campagne de TRUMP. L'un fait hostensiblement le salut hitlérien pendant que  l'autre applaudit ! Continuez de nous endormir avec la dédiabolisation. Du côté des républicains on est tenté mais on y va doucemnt. " Il y a une droite française très conservatrice, sur les valeurs et très libérale en économie qui n'est pas très éloignée de ce que pense TRUMP " constate Frédéric LEFEBVRE. Dont acte ! Ils y viendront ! 

Alors devant cette situation , nous, peuple de gauche ne devons pas désarmer. Il est affligeant de voir un Julien DRAY, membre du parti socialiste, chanter les louanges de TRUMP "qui peut faire 6 meetings, pendant que BIDEN n'en fait qu'un !"

Non la gauche ne doit pas perdre son âme et devenir aussi raciste et sécuritaire que la droite!

La gauche doit continuer à oeuvrer pour construire une société socialiste, autogestionnaire, multi culturelle, multicolore, pour mettre en place un type de développement basé non plus sur le profit mais la sauvegarde de la planète, l'émancipation de l'homme.  Ne lâchons rien ! 

JC TARBY

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo