Jean Dagron
médecin et chercheur en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2019

comuniqué conjoint avec Fédération Nationale des Sourds de France

Communiqué commun FNSF (Fédération Nationale des Sourds de France) et Jean Dagron (co-fondateur de consultation en langue des signes à La Salpêtrière en 1995 et lanceur d'alerte sur propagande terroriste en 2017) Réactions après les assassinats de la Préfecture de Police

Jean Dagron
médecin et chercheur en sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris, le 24 octobre 2019


L'assaillant était un sourd signeur. Ses crimes ont choqué les sourds qui l'ont connu. L’enquête de police recherche les liens concrets de Mickaël Harpon avec un groupuscule religieux extrémiste. Qu’il y en ait eu ou pas, une propagande religieuse extrémiste cherchant à s'infiltrer dans des milieux sourds, il faut s'en inquiéter. La première alerte publique, en 2017, rapportait des constats sur 3 régions : des jeunes gens regardaient fascinés les vidéos d'appel au meurtre, des familles ne fréquentaient plus les lieux de vie des sourds parce qu'elles ne côtoyaient plus que les personnes de même idéologie. Depuis les assassinats de la Préfecture de Police, des sourds témoignent d'agissements dans d'autres villes. Ceux-ci vont de groupes de femmes qui ne se rendent pas aux cours dispensés par un homme, à des parents qui font regarder à leurs enfants les vidéos de Daesh.
Les sourds ont bien raison d'avoir donné à Daesh le signe de « cagoule » masquée et dangereuse, sans relation aucune avec la religion. Dans le monde les victimes des actions violentes menées au nom de l'idéologie terroriste sont en majorité musulmanes.

Ici, que faire ? D'abord écoutons les sourds et surtout les sourdes qui subissent menaces et pressions de ces extrémistes religieux. Des musulmanes sont menacées parce qu'elles s'expriment publiquement sans voile et qu'elles dénoncent la violence. Trop isolé(e)s, leur prise de parole doit être valorisée. Soutenons les proches et les familles souvent désemparées.
Mobiliser des professionnels pour des échanges, des formations en langue des signes.
Ce qui touchera les sourds ? Un futur incarné par les sourds qui sont parvenus à des postes de responsabilité (professeur, avocat, dirigeant associatif...). Devant leur parole convaincante, le jeune fanatique, ou au moins son entourage pourrait se tourner vers des modèles concrets. Emprunter un minuscule sentier qui se satisfait du provisoire des vérités plutôt que s’engager dans l’impasse mortifère de l’extrémisme religieux.
Les autorités publiques doivent s'appuyer sur des professionnels. Les informer, puis les soutenir dans des actions dans tous les lieux de vie des sourds.
Sur la durée, des réflexions communes sont indispensables.
Les manipulations se développent de nos fragilités actuelles. La société ne pâtit pas de sa diversité, au contraire, la fraternité existe de nos différences. Encore ne faut-il pas avoir peur de la diversité linguistique. Par exemple la politique scolaire qui n'utilise pas largement la langue des signes comme langue d'enseignement. La quasi-absence de classes bilingues français/langue des signes est une aubaine pour les extrémistes religieux. Une brèche dans laquelle ils s'engouffrent en proposant des activités culturelles.
Essayons de prévenir les dérives. Les sourds vivent de fortes discriminations. Les souffrances accumulées au fil des années en amènent certains à une rupture totale. Ceux qui manquent de perspective peuvent se faire berner par une idéologie destructrice, évitant le débat avec l’autre. Il faut éviter ces humiliations et les dissocier de la haine et de la violence du djihadisme.
La FNSF a fait des recommandations pour permettre aux salariés sourds et entendants de comprendre les chocs culturels et de s’adapter les uns aux autres. Ses préconisations vont au-delà de faire appel à des interprètes pour régler les problèmes. Elles prennent en compte que chaque sourd a un profil très différent en fonction de son éducation, de son mode de communication, de l’acceptation de son identité sourde, de son milieu professionnel. Il est temps d'en débattre et de mettre en place des programmes pour les sourds avec les sourds.

Voir communiqué FNSF du 4 octobre 2019 : https://www.docdroid.net/Vhbd3Gv/fnsf-communique-de-presse.pdf
Voir communique Jean Dagron : https://youtu.be/zqNkTwvHurA vidéo LSF sous-titré

FNSF (Fédération Nationale des Sourds de France)

Siège Administratif
41, rue Joseph Python
75020 PARIS
Siège social
254, rue Saint Jacques
75005 PARIS
contact@fnsf.org
www.fnsf.org
Reconnue d’Utilité Publique
Décret du 24 septembre 1982
Membre de la Fédération
Mondiale des Sourds
Membre de l’Union
Européenne des Sourds

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica