Jean D'Amérique
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2019

Mesurer l’absence

Né en 1954, Dominique Sampiero est poète, romancier et dramaturge. Dans son recueil « Où vont les robes la nuit » (La Boucherie Littéraire, 2018), il adresse une oraison poétique à une disparue.

Jean D'Amérique
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dominique Sampiero, poète. - © Hélie Gallimard

Par une nuit de printemps, un homme, sanglé par la solitude, invoque la chair aimée à travers une petite robe : « Un matin, j’ai ouvert toutes les portes de la maison et j’ai invité le nuage le plus animal à entrer. Puis j’ai décroché ta petite robe noire de son cintre de bois clair dans l’armoire cirée où dorment encore toutes tes enveloppes. » Sous leur toit désormais vide où son âme erre esseulée, il rallume les souvenirs au détail près et invente de nouveaux rêves avec le fantôme de cette femme morte, jusqu’à reconstituer par le fil d’un simple tissu toute une présence humaine. C’est à peu près le fil rouge tenu par Dominique Sampiero dans son recueil de poèmes Où vont les robes la nuit (la Boucherie littéraire, 2018), qu’on peut prendre, à juste titre, pour un court récit.

Ce livre, avec sa structure de prose dispersée en vers à la fin, peut s’appréhender comme métaphore de cette voix en voyage « vers un point désigné/ par des murmures sans visage ». Celle-ci déplie timidement son fracas : « Tous les ans au printemps, j’ai peur de mourir. Et je ne meurs pas. » Puis chemine vers un ciel large où elle s’invite à exploser, pour mieux dévoiler ses lambeaux : « je me suis déchiré dans tes étoffes  ». Dentelle sous l’orage, chaque tournure restitue l’architecture précise de la parole intérieure. Sans doute le poète travaille avec ses muscles, articule les mots d’après la respiration de sa chair, puisqu’ici l’écriture investit le corps en danger dans les régions du manque, s’imprime dans sa danse tourmentée, se fait écho de chaque mouvement, suit chacun des gestes, cousus à la manière de quelque rituel, qui nourrissent ce bref monologue : «  Mon souffle a défait une à une les boucles de tes cheveux. »

© La Boucherie Littéraire

Le poète parvient étrangement à adresser un requiem sans gravir le seuil de la tristesse, on le sent au contraire charpenter une vie où les corps sont « réchauffés par le désir de ne faire qu’un  », on le surprend fasciné par ce monde qu’il crée lui-même avec la petite robe noire, testament de l’aimée disparue, et ressuscitée ici dans des images efficaces comme des allumettes : « Ta nudité est restée dans la maison et j’y brûle mes mains à écrire des promesses sans queue ni tête. » Pour sentir le pouls de cette lettre poétique (curieusement datée du 14 février) qui s’épuise après une ombre, pour grimper cette colline où luit l’absence, il faut s’imaginer ferraille dans le chantier fermé, pierre dans la savane, arbre nu dans la nuit hivernale. Plus qu’un chant mutant solitaire sous les draps, ce recueil est à la vérité une prière secrète, un long murmure – pas une plainte. Des robes, il garde le potentiel de valse dans le vent tendre ; de la nuit, il tire la levée patiente des étoiles.

Au-delà de cette plongée dans les soubassements d’un vide que l’absence impose – à la base objet du livre –, Dominique Sampiero dresse, avec les poutres du silence, un édifice où le poème affûte la distance mieux qu’il la décrit, où le verbe s’attèle à relier clandestinement deux êtres, recomposant une entité initialement morcelée par le plus immense des fossés.

Jean D’Amérique

 > Retrouvez cet article également chez terre à ciel

______

Dominique SAMPIERO, Où vont les robes la nuit, La Boucherie Littéraire, 2018
70 pages | collection Sur le billot | 12 euros

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl