Jean D'Amérique
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2019

Penser la beauté

Né à Paris en 1950, Jean-Pierre Siméon est poète, romancier et dramaturge. Figure importante de la poésie contemporaine, ses travaux font l’objet de plusieurs distinctions littéraires. Il a été directeur artistique du Printemps des Poètes pendant plus de dix ans et dirige actuellement la collection Poésie Gallimard. Son recueil « Politique de la beauté » est publié chez Cheyne Éditeur.

Jean D'Amérique
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© DR

Ordre de sang, de murs, d’obscurité, de larmes, d’humaine déchéance et d’autres plaies : pareille ère, où prétendent se mouvoir nos souffles, est rivière de denses nuits, se dit autrement urgence, alarme, cri-d’au-secours, alerte rouge. Pareille époque s’affirme mûre d’échecs, tel un oiseau aux ailes déchues qui perd l’adresse de l’ultime envol. Pareille époque nécessite quelque ciel clair où se laver, où s’offrir un visage affranchi de la boue.

En été 2017, aidé par des mots vivants s’ouvre un horizon, d’espérance et de clarté. Sous une jaquette verte – drapeau de la Collection Verte de Cheyne Éditeur (un baron de l’édition de poésie en France) –, tel un arbre de haut printemps, un manifeste solaire se révèle au monde, entendez monde ici comme population abonnée à une poésie livrée par le prisme de l’encre. Comme une évidence, voit le jour une Politique de la beauté : énième geste poétique, cette fois d’avantage humain et politique, de Jean-Pierre Siméon. Cet homme est un lieu riche de poésie ; il écrit, édite de la poésie, mais aussi mène maintes autres actions pour la grand-mère des lettres : plus d’une dizaine de recueils à son actif, co-fondateur et ancien directeur décennaire du Printemps des Poètes, ancien co-directeur de la collection Grands Fonds chez Cheyne et actuel titulaire de la prestigieuse collection Poésie Gallimard, entre autres. En mettant au point ce nouveau recueil, il prolonge une longue entreprise de lumière, poursuivie d’ailleurs tout au long de son œuvre poétique et particulièrement dans l’incandescente Lettre à la femme aimée au sujet de la mort (Gallimard, 2017).

Comment faire monde sans une politique de la beauté ? Une pièce métallique, un morceau de papier (numéroté pour être valeur), nous appellent, nous travaillons jusqu’à l’os brisé pour lui répondre. Nous ne voyons pas le matin en son feu tendre, ne reconnaissons pas la feuille en son frisson allumé par le vent, n’écoutons pas l’oiseau en sa symphonie intacte. On pense ainsi vivre, multipliant traversées de soleils et de lunes semblables rien que pour finir marchepied du superficiel. Mais « le bitume et le casque du motard / sont-ils plus vrais que le chant des tourterelles ? », devrait-on se demander. Comptées les heures, il faut choisir son combat, car « nulle beauté / fût-elle la plus sauvage / comme un baiser mordant le feu / n’est indemne de ses choix ». Peut-on archiver les nuits sans inventer quelque jour ardent ? « Si je ne brûle pas / Si tu ne brûles pas / Si nous ne brûlons pas / comment les ténèbres deviendront-elles clarté ? », écrivait le poète Nazim Hikmet pour inviter ses semblables à porter l’étoile commune du sort humain. Notre lutte demeure celle de faire chant au milieu des vacarmes, de tenir l’aube sous les paupières malgré l’armée des poussières et des nuages, d’avancer contre la mort le cœur fleuri d’étincelles. Hisser la vie sur tous les fronts, l’aider à scintiller au bout de chaque ligne, c’est tisser l’or des jours, ouvrir le soleil et y planter nos êtres. Penser la beauté, c’est refaire l’humain. De quoi parle-t-on ? « Regardez cette lumière / au cou d’une colline / quand la journée ferme ses paupières / sur les travaux des hommes » : ainsi se déploie cette vertu humaine qui « exhausse le réel et offense la mort ».

© Cheyne éditeur

Quand on fait le tour des horizons politiques actuels, le constat est amer : aucune attention pour ce que les fleurs peuvent de restauration pour nos âmes, aucun ministère dédié à la beauté, aucun programme centré sur le cœur, aucune propagande pour le sourire, aucun plan de production massive de tendresse, aucun projet de sensibilisation à l’amour, la fraternité et autres vibrations humaines. Bien qu’il ne soit le premier à évoquer l’urgence d’accueillir chez nous la beauté, le recueil de Jean-Pierre Siméon débarque à point, comme une goutte d’eau dans une gorge revenue du Sahara. Ce bref mais élégant discours de campagne humaine est taillé pour nous aider à mieux respirer, pour porter nos êtres à une part de tendresse tout à fait urgente en ce temps pris en otage par des hyènes. Et ce qui le complète parfaitement reste le fait qu’il se décline en une écriture radieuse, fulgurante. Émergé des mots du quotidien mais toujours étonnant, le verbe qui traverse ce programme résolument politique s’impose : fluide et fort, patient et fougueux, accessible et profond. On pourrait regretter la présence fréquente du terme « beauté » au cours des pages, mais l’auteur le fait jaillir d’une fraîcheur orpheline dans chaque formulation, nous entraînant dans des détours inattendus : « Tout visage est un seuil / et si je t’aime toi dont les yeux ouvrent / sur un jardin / c’est qu’en toi je franchis les déserts / qui me séparent de la beauté » ; nous soumettant à des contours éblouissants : « la beauté audacieuse / n’a qu’une loi / elle exige de l’homme / la probité des fleurs ».

Dans ce recueil chargé d’images dédiées à fracasser les laideurs, nous reconnaissons, sans peine aucune, une plume qui ne vieillit pas, un cracheur de mots en pleine forme. Comptons, en exemple, ces étoiles : « mourant / nous inventons le chant / pour croire à la fontaine / et nous nous donnons du courage / à regarder l’envol des oiseaux / au-dessus des ruines ». C’est ici une parole solitaire qui se déploie, telle l’araignée tissant son empire. Une écriture ficelée en marge des attentes. Une démarche qui répond à ce que veut toute poésie qui se respecte, à ce que l’auteur prévient d’ailleurs lui-même : « La poésie / c’est la vie qui trompe la coutume / qui met la main au feu ».

Politique de la beauté est un vertige de grand calibre, un poème de haute tension, un brûlant chant de tendresse, où Jean-Pierre Siméon nous invite à redessiner nos esprits sous le signe de la beauté.

Jean D'Amérique

 > Retrouvez cet article également chez terre à ciel

______

Jean-Pierre SIMÉON, Politique de la beauté, Cheyne Éditeur, 2017

80 pages  |  Collection verte  |  17 euros

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel

La sélection du Club

Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter