jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2016

Nos politiques doivent être des scientifiques et plus des gestionnaires sans vision.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » Rabelais « Je crois que l'avenir de l'humanité est dans le progrès de la raison par la science » Zola « L’homme politique s’oppose à tout effort humain positif, dans la mesure où son existence même dépend de l’existence des problèmes non résolus. » Reich

jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, on remarque que le politique ne donne jamais de place aux scientifiques. On a des présidents avocat (Sarkozy et Mitterand), fonctionnaires (Chirac et Hollande) ainsi que l'ensemble des premiers ministres à l'exception notable de Valery Giscard d'Estaing qui fut le seul président progressiste et qui est un scientifique de formation.

 La science est au service du pouvoir, qu’il prenne la forme d’un État ou d’une grande firme privée. Malgré la présence de quelques polytechniciens cantonnés à des postes d’experts techniques, l’immense majorité des dirigeants politiques et économiques sont des administratifs ou des juristes. Ces fonctions qui sont sans doute nobles  sont par nature liées à de la gestion et de la planification mais pas ou peu à une dynamique de résolution des problèmes et encore moins d'une vision pratique pour faire progresser l’humanité.

En France, le budget est une prérogative de l’État, et ce dernier « appartient » aux hauts fonctionnaires, inamovibles derrière les politiques qui vont, viennent . Mais ces hauts fonctionnaires souvent issue de l’ENA, sont bien in fine les décideurs politiques et sont par nature des garants de l’immobilité.

A-t-on l’idée qu’un controleur de gestion ou qu'un banquier veuillent  changer le monde….l’idée elle-même fait sourire.

Par contre, le scientifique est une personne qui participe au progrès. C'est à lui (ou elle) qu'on fait appel lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes d'ordre technologique mais aussi d'innover, de préparer le monde de demain. Pour cela le scientifique invente, améliore, conseille, fait fonctionner, conçoit, fabrique et dirige des projets complexes et novateurs.

Si le fondement de la société est scientifique, par l’ensemble des constructions physiques et des mécanismes complexes qu’elle suppose (habitation, eau, électricité, transport, médecine, technicité, informatique), elle n’est pas dirigée par des scientifiques et encore moins par des ingénieurs, qui appliquent les découvertes.

Ce sont les politiques-gestionnaires et conservateurs, qui ont la main sur les investissements en matière de recherche et de développement de l’intelligence, c’est-à-dire les enseignements en tout genre. Les vrais découvreurs se heurtent d’ailleurs toujours à ce pouvoir et n'ont aucune reconnaissance ne leur est alloué. L'exemple des inventeurs salariés est à ce titre frappant. 90 % des brevets français sont obtenus à partir des travaux de salariés qui sont peu ou pas reconnus.

Connaissance, découverte et solution d’un côté, gestion, planification et pouvoir de l’autre. Les hommes politiques actuels  sont dans leur grande majorité antinomiques des scientifiques.

Notre société, et ceux qui la composent, iraient peut-être mieux si la connaissance était l’objectif numéro un des politiques.

En 50 ans, les scientifiques français ont produit le Concorde, le TGV, les centrales nucléaires, une médecine de pointe… Ce ne sont donc pas les politiques qui font avancer les choses, mais bien les scientifiques.

On classe l’assistance publique, le système de soins, dans le giron scientifique. C’est bien parce que la médecine française est universellement reconnue comme excellente, que nous sommes bien soignés… malgré les coupes franches des politiques dans le budget des hôpitaux.

Alors, que faire ? Laisser le système actuel en place se détruire doucement à force de perdre son caractère démocratique et laisser la place aux extrêmes destructeurs ?

Déjà premier critère simple et facile à faire, voter uniquement en 2017 pour un candidat scientifique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn