jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2016

jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

Nos politiques doivent être des scientifiques et plus des gestionnaires sans vision.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » Rabelais « Je crois que l'avenir de l'humanité est dans le progrès de la raison par la science » Zola « L’homme politique s’oppose à tout effort humain positif, dans la mesure où son existence même dépend de l’existence des problèmes non résolus. » Reich

jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, on remarque que le politique ne donne jamais de place aux scientifiques. On a des présidents avocat (Sarkozy et Mitterand), fonctionnaires (Chirac et Hollande) ainsi que l'ensemble des premiers ministres à l'exception notable de Valery Giscard d'Estaing qui fut le seul président progressiste et qui est un scientifique de formation.

 La science est au service du pouvoir, qu’il prenne la forme d’un État ou d’une grande firme privée. Malgré la présence de quelques polytechniciens cantonnés à des postes d’experts techniques, l’immense majorité des dirigeants politiques et économiques sont des administratifs ou des juristes. Ces fonctions qui sont sans doute nobles  sont par nature liées à de la gestion et de la planification mais pas ou peu à une dynamique de résolution des problèmes et encore moins d'une vision pratique pour faire progresser l’humanité.

En France, le budget est une prérogative de l’État, et ce dernier « appartient » aux hauts fonctionnaires, inamovibles derrière les politiques qui vont, viennent . Mais ces hauts fonctionnaires souvent issue de l’ENA, sont bien in fine les décideurs politiques et sont par nature des garants de l’immobilité.

A-t-on l’idée qu’un controleur de gestion ou qu'un banquier veuillent  changer le monde….l’idée elle-même fait sourire.

Par contre, le scientifique est une personne qui participe au progrès. C'est à lui (ou elle) qu'on fait appel lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes d'ordre technologique mais aussi d'innover, de préparer le monde de demain. Pour cela le scientifique invente, améliore, conseille, fait fonctionner, conçoit, fabrique et dirige des projets complexes et novateurs.

Si le fondement de la société est scientifique, par l’ensemble des constructions physiques et des mécanismes complexes qu’elle suppose (habitation, eau, électricité, transport, médecine, technicité, informatique), elle n’est pas dirigée par des scientifiques et encore moins par des ingénieurs, qui appliquent les découvertes.

Ce sont les politiques-gestionnaires et conservateurs, qui ont la main sur les investissements en matière de recherche et de développement de l’intelligence, c’est-à-dire les enseignements en tout genre. Les vrais découvreurs se heurtent d’ailleurs toujours à ce pouvoir et n'ont aucune reconnaissance ne leur est alloué. L'exemple des inventeurs salariés est à ce titre frappant. 90 % des brevets français sont obtenus à partir des travaux de salariés qui sont peu ou pas reconnus.

Connaissance, découverte et solution d’un côté, gestion, planification et pouvoir de l’autre. Les hommes politiques actuels  sont dans leur grande majorité antinomiques des scientifiques.

Notre société, et ceux qui la composent, iraient peut-être mieux si la connaissance était l’objectif numéro un des politiques.

En 50 ans, les scientifiques français ont produit le Concorde, le TGV, les centrales nucléaires, une médecine de pointe… Ce ne sont donc pas les politiques qui font avancer les choses, mais bien les scientifiques.

On classe l’assistance publique, le système de soins, dans le giron scientifique. C’est bien parce que la médecine française est universellement reconnue comme excellente, que nous sommes bien soignés… malgré les coupes franches des politiques dans le budget des hôpitaux.

Alors, que faire ? Laisser le système actuel en place se détruire doucement à force de perdre son caractère démocratique et laisser la place aux extrêmes destructeurs ?

Déjà premier critère simple et facile à faire, voter uniquement en 2017 pour un candidat scientifique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel