jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2017

Enseignement supérieur, un défi essentiel et personne n'en parle

http://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/9/EESR9_RESUME-l_etat_de_l_enseignement_superieur_et_de_la_recherche_resume.php

jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ministère publie un rapport extrêmement riche qui mène à des conclusions quasi évidentes :

Le budget de l’enseignement supérieur (environ 30 Milliards d’euros) correspond en 2012 à 1.4% du PIB contre par exemple 2.8% aux USA ou 2.4 % au Canada. Dans un futur où le savoir et la formation des populations sont les clefs pour le redressement national, un tel différentiel est une faute majeure. Il faut donc s’engager au minimum pour le quinquennat à approcher les 2% au moins soit un effort de 2,5 à 3 milliards par an.

Les deux tiers du budget sont consacrés aux dépenses de personnel et seulement un tiers au fonctionnement hors salaires et aux investissements, ce qui est notablement insuffisant. Le financement de l’enseignement supérieur est réalisé à 70% par l’état et seulement à 9% par les ménages. L’effort de dépense devra mettre plus à contribution les ménages et en particulier les plus favorisés qui en général profitent des formations dans les grandes écoles, formations parmi les plus coûteuses pour l’état.

 Je propose que la moitié des 3 milliards d’effort par an soit à la charge des ménages à travers les frais de scolarité.

 Pour illustrer ce manque de moyens, je citerai deux exemples parisiens :

• L’université Pierre et Marie Curie, meilleure université française dans les classements internationaux, est dans un état de délabrement indigne.

• L’université d’Orsay, siège de nos médailles Field de mathématiques, coupe parfois le chauffage en hiver par manque de budget de fonctionnement.

Sans parler de l’état des cités universitaires, peu accessible aux français et dans un état indigne.

 Les moyens sont une chose mais ce sont les résultats qui comptent. Avec une massification de l’enseignement supérieur (78% d’une classe d’âge est bachelier), l’accès libre à l’enseignement supérieur n’est plus possible. Certaines disciplines avec peu de débouchés professionnelles (psychologie, lettres et sciences humaines et sociales) et qui représentent actuellement la moitié des étudiants doivent avoir un contingent maximum d’étudiants. Par contre les filières courtes (IUT et BTS) avec d’excellents débouchés sur le marché du travail doivent être développées.

La massification nécessite aussi un changement pédagogique. Un encadrement plus important doit être mis en place pendant le premier cycle de manière sinon similaire mais proche de celui des classes préparatoires ou des IUT. La sélection par le vide du premier cycle est un gâchis d’argent public.

 Un équilibre homme/femme dans toutes les disciplines doit être favorisé.

 La recherche française attire énormément d’étudiants venus du monde entier sauf des grands pays scientifiques. On note la présence de 41% d’étrangers parmi les quelque 70.000 doctorants inscrits dans nos universités. Un quart des doctorants vient du Maghreb, selon l’enquête réalisée en 2010, par la Confédération des Jeunes Chercheurs .Tandis que les ressortissants d’États membres de l’Union européenne sont 19%, la Chine, le Brésil, le Mexique, la Russie avec qui la France a des accords sont également bien représentés, tout comme la Colombie et le Pakistan. En revanche, les grands pays scientifiques comme les États-Unis, le Japon ou la Corée du Sud sont pratiquement absents de nos centres de recherche. Par ailleurs, la proportion de doctorants étrangers reflète aussi... la désaffection des thésards français en particulier issus des grandes écoles d’ingénieurs qui soit ne voient pas l’intérêt d’un sacrifice financier sans un retour évident ou qui redoutent de ne pas trouver de débouchés en poursuivant leurs études encore trois ans.

 Je propose donc que, comme cela existe déjà pour certaines écoles, les diplômés des grandes écoles d’ingénieurs dont la scolarité a été plus que subventionnée par l’argent public doivent quelques années à l’état et en particulier par l’accomplissement d’un doctorat. Un effort doit être fait pour attirer les étudiants des grands pays technologiques. Ce serait la preuve de notre qualité et attractivité scientifique.

 Les thésards issus des pays du Maghreb et autres pays en « voie de développement » devront correspondre à une vraie valeur ajoutée et pas à l’exploitation d’étudiants d’un niveau médiocre par des laboratoires peu scrupuleux. Cela existait déjà largement quand j’étais étudiant et cela perdure.

 Un grand défi attend l’université : 43% des professeurs et 19% des maîtres de conférences partiront en retraite dans les dix ans à venir. De fait, l’âge moyen des enseignants du supérieur, qui demeure stable, est élevé : 52 ans et 5 mois pour les professeurs titulaires et 44 ans et 4 mois pour les maîtres de conférences. C’est donc une occasion historique de diversifier le recrutement par un accès à des professionnels du privé et par des enseignants de haut niveau étrangers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu