jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juil. 2020

La croissance peut-être mais autrement

l’innovation technologique de rupture a toute sa place et est essentielle mais dans une optique de respect des limites planétaires et ça c’est aussi un challenge formidable pour une croissance autrement.

jean-florent campion
ingénieur chimiste president de l'association des inventeurs salariés, membre de génération écologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les résultats des dernières élections municipales qui ont vu l’arrivée de maires écologistes dans de nombreuses grandes villes françaises a visiblement eu un impact sur les responsables politiques. Le premier ministre parle de « croissance écologique », le ministre de l’économie ajoute le mot « verte » à toutes ses initiatives (croissance verte, finance verte ….). Le mot écologie est l’élément de langage clef de l’action publique.

Selon la définition de l’OCDE, La croissance verte signifie promouvoir la croissance économique et le développement tout en veillant à ce que les actifs naturels continuent de fournir les ressources et services environnementaux dont dépend notre bien-être. Le débat n’est donc pas vraiment celui de la décroissance ou de la croissance du PIB mais de s’assurer que l’activité humaine ne menace pas l’habitabilité de la Terre sur le long-terme. Il faudra respecter le potentiel de renouvellement de la planète ce que l’on nomme les limites planétaires. Les  limites planétaires sont des valeurs seuils définies par la communauté scientifique. Ces scientifiques ont identifié, neuf processus et systèmes régulant la stabilité et la résilience du système terrestre, les interactions de la terre, de l’océan, de l’atmosphère et de la vie qui, ensemble, garantissent à l’Humanité l’existence d’un écosystème viable.  Les neufs limites planétaires sont : le changement climatique, l’érosion de la biodiversité, les apports d’azote et de phosphore à la biosphère et aux océans, le changement d’usage des sols, l’acidité des océans, l’appauvrissement de l’ozone atmosphérique, l’usage de l’eau douce, la dispersion d’aérosols atmosphériques et la pollution chimique.

 Se focaliser uniquement sur les émissions de gaz à effet de serre est une erreur potentiellement génératrice de lourds transferts de pollution (Par exemple c’est le cas du nucléaire peu carboné mais très polluant par ses déchets).

La simple décorrélation entre l’augmentation du PIB et le prélèvement des ressources est maintenant insuffisante c’est un changement global qui est necessaire. Par exemple, la consommation d’énergie a doublé entre 1973 et 2017 avec une part constante des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) de 80%  et pourrait encore doubler d’ici 2050 avec une part d’énergie fossile estimée à 60%. Avec ce scénario où la part d’énergie renouvelable augmente significativement par rapport à la situation actuelle, on va augmenter les émissions de gaz à effet de serre d’environ  50% ce qui est inacceptable.

Par contre avec un scénario de 100% d’énergie renouvelable (Solaire, éolien, biogaz ….) on aurait une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’environ 400% tout en doublant la production d’énergie. Cet exemple simple voire simpliste montre que si la croissance économique mesurée par le PIB reste possible cela ne pourra se faire qu’avec des choix drastiques sur la conception et une intégration stricte de l’économie circulaire.

Les reproches classiques sur une prétendue écologie punitive et décroissante avec un coté supposé moralisateur n’ont pas de sens, seuls les faits scientifiques indiquent notre laxisme passé et la nécessité de prendre des mesures drastiques et forcement difficiles et couteuses.

C’est dans ce cadre, effectivement très contraint, que l’innovation technologique de rupture a toute sa place et est essentielle mais dans une optique de respect des limites planétaires et ça c’est aussi un challenge formidable pour une croissance autrement.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal