Madame la Ministre,

En raison des tragiques événements ayant touché notre pays récemment et des inquiétantes "répliques" que plusieurs établissements scolaires ont connues ces jours-ci sous la forme de comportements inappropriés chez certains élèves, vous avez souhaité rencontrer les directeurs des Écoles Supérieures du Professorat et de l'Éducation jeudi 22 janvier 2015 pour aborder avec eux les points suivants : la laïcité, la prévention de la violence, les valeurs de la République au sein de la formation initiale des enseignants.

 

En tant que responsables et acteurs, à divers titres et à divers niveaux, de la formation des enseignants et des CPE à l'ESPE d'Aquitaine, nous vous remercions de cette initiative qui montre l'importance que la Nation doit accorder à son École et à la formation des maîtres qui vont concourir aux missions de celle-ci.

 

Nous saisissons cette occasion pour porter à votre connaissance le grand désarroi d'une immense majorité des formateurs et des étudiants des ESPE devant l'état catastrophique dans lequel se trouve la formation des enseignants et des CPE. Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les éléments suivants .

 

- L'étranglement budgétaire de la formation : les intentions positives de la loi de Refondation de l'École et de la réforme créant les ESPE sont recouvertes par les conséquences de la loi Pécresse et du retrait de l'État dans l'administration des Universités. Du coup la formation des enseignants se retrouve noyée dans des structures universitaires où elle ne peut plus affirmer son caractère prioritaire et ses spécificités. Dans le contexte général de choix politiques imposant une austérité budgétaire à tout ce qui est public, la formation initiale et continue des enseignants est sommée de réduire ses coûts, ses heures d'enseignement, ses actes pédagogiques. Ainsi il n'est déjà plus possible, çà et là, d'accompagner les stagiaires dans leur entrée dans le métier (difficultés importantes quand il faut obtenir un petit budget pour les visites des tuteurs en établissement scolaire), dans leur démarche de recherche et de réflexion sur leur métier (suppression programmée de la rémunération de l'encadrement des mémoires), ou dans leurs difficultés (quasi impossibilité de dégager des moyens supplémentaires pour organiser des suivis différenciés).

La seule ambition universitaire, dès que l'on parle de la formation des enseignants, semble être de réduire la masse salariale qui y est consacrée, de ne pas remplacer les départs à la retraite et de bâtir des maquettes de formation réduites à la portion congrue. Ainsi en Aquitaine le budget consacré à la formation des maîtres a baissé de 13% en 2014 et à nouveau de 13% en 2015, alors même que le nombre d'étudiants et de fonctionnaires stagiaires augmente. À la rentrée 2015, du fait des engagements positifs du Président de la République en faveur du recrutement de 60 000 enseignants et CPE en 5 ans, les effectifs vont très sensiblement augmenter alors mêmes que les moyens humains de la formation ne cessent de diminuer. À ce jour, nous ne savons pas comment nous pourrons organiser la formation pour 2015-2016 puisque les moyens de cette organisation n'existent pas. La loi Pécresse impose de fait sa logique à la loi de Refondation de l'École : dans le cadre de l'autonomie des universités et en l'absence de moyens fléchés et de budget propre, la mise en œuvre de la formation des enseignants comme priorité de l'État ne peut aboutir.

 

- L'appauvrissement des contenus de formation : dans ce contexte de compression budgétaire, le directeur de l'ESPE d'Aquitaine ne cache pas sa volonté de procéder à « une réduction structurelle de notre volume de formation » (message du 17 janvier aux responsables pédagogiques des sites aquitains de formation). Cette volonté heurte d'autant plus notre conscience professionnelle qu'elle est en totale contradiction avec les objectifs de la loi et avec la réalité des besoins des futurs enseignants et CPE. Les événements récents ont remis en lumière des impératifs que les formateurs connaissent bien : former les personnels de l'Éducation Nationale à la philosophie républicaine, aux principes et aux valeurs de la République, à l'enseignement de la laïcité et à l'éducation du citoyen, mais aussi à la gestion non violente des conflits, à la pratique de la sanction et de l'autorité, à la connaissance des publics scolaires et des pédagogies de l'inclusion, de la diversité et de l'interculturalité, à la coopération avec les parents, sans oublier la nécessité d’une formation didactique solide reposant sur la maîtrise de l'écrit et sur des savoirs disciplinaires avérés, sans laquelle les futurs enseignants ne pourront être en mesure de contribuer à l’appropriation critique de la culture contemporaine, seule à même de combattre l’obscurantisme et de nourrir l’émancipation.

Il y a une unanimité ces jours-ci pour reconnaître les enjeux de ces contenus de formation, mais il y a un refus de les insérer significativement dans les maquettes de formation, sous le motif de leur coût.

Cet appauvrissement, difficilement camouflé par des sophismes et des artifices sémantiques, est dramatique pour la Nation et pour nos jeunes collègues, dont certains se retrouvent sur le terrain sans avoir été correctement formés à exercer leurs missions de fonctionnaires agissant « en éducateurs responsables et selon des principes éthiques » (compétence 6 du référentiel commun de compétences de juillet 2013). Les événements récents l'ont hélas confirmé.

 

- Le fort coût humain et social de cette situation : la médecine du travail et le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail de l'université de Bordeaux alertent sur la forte hausse de l'épuisement professionnel chez les personnels de différents catégories (tant Biatss qu'enseignants) face à des conditions de travail dégradées et face à des charges de travail qui ne cessent d'augmenter. Une forme de découragement gagne les formateurs, qui ont de plus en plus de mal à supporter le délitement programmé de la formation des enseignants. C'est le cœur et le sens profond de leur métier qui sont touchés et cela est inacceptable.

La situation n'est pas meilleure chez les étudiants, particulièrement chez les fonctionnaires-stagiaires, qui subissent de plein fouet les effets de ces dysfonctionnements. Leur entrée dans le métier, qu'ils ont tant espérée et pour laquelle ils mobilisent leurs ressources, se fait sous la pression de l'urgence ; ils n'ont tout simplement pas le temps de se former et d'être acteurs de la formation puisqu'ils sont avant tout employés comme moyens pédagogiques de fonctionnement de leur établissement, dans lequel il exercent à mi-temps en tant que débutants sans avoir eu le temps d'entrer progressivement dans leur métier et de construire leurs compétences professionnelles. Cette urgence à assumer immédiatement des responsabilités importantes les met dans une situation difficile, d'autant plus qu'ils ont aussi à valider simultanément un master, un diplôme de langue vivante étrangère et un certificat informatique. Découragés et épuisés dès leurs premières semaines, que pensent-ils de la formation reçue ?

Plus largement c'est toute la Nation qui a et qui aura à souffrir de l'amoindrissement de la formation des enseignants. Des enjeux tels que la cohésion sociale, la pratique apaisée du vivre-ensemble, la préservation d'une forme collective de vie assise sur des principes démocratiques et républicains, l'égalité des chances, l'insertion sociale et économique, dépendent beaucoup – mais pas exclusivement – de l'action scolaire. Qu'advient-il de ces enjeux quand les acteurs de terrain des politiques scolaires reçoivent une formation au rabais ?...

 

Nous ne sommes pas le « front du refus » ou une « coalition d'intérêts corporatistes » comme aiment à le dire les ennemis de l'École républicaine. Nous sommes des formateurs des acteurs de notre École républicaine. Nous sommes des professionnels de la formation, de l'éducation et de l'enseignement. Nous sommes surtout des citoyens de la République démocratique, laïque et sociale et c'est à ce titre que nous attendons de vous une intervention politique pour remettre la formation des enseignants et des CPE dans un cadre d'actions conforme à ses enjeux et aux finalités de la loi de Refondation de l'École.

Pour cela il nous semble urgent que soient données des directives ministérielles claires et fermes afin que, dans le cadre des nouveaux dossiers d'accréditation des ESPE, la qualité et la quantité de la formation soient préservées et améliorées. La question, évidemment, n'est pas que budgétaire, même si elle dépend aussi de moyens financiers : elle concerne plus largement le parcours de formation des futurs enseignants et CPE. Ce parcours doit être repensé en y intégrant tout ce qui concourt à la construction des compétences professionnelles au sein d'un itinéraire comportant des éléments de pré-professionnalisation et d'orientation plus étoffés dès la licence et prévoyant une entrée dans le métier plus progressive, aux antipodes de la brutale immersion en responsabilité que subissent actuellement nos jeunes collègues. De même le soutien des néo-titulaires par des dispositifs substantiels de formation est d'une grande importance.

Il est en tout cas urgent de redresser la barre ; cela ne pourra être fait que grâce à votre soutien, que notre lettre appelle de ses vœux, et qu'en s'appuyant sur les forces vives des ESPE – et non sur ceux dont la seule ambition est de minorer le poids de la formation des enseignants et des CPE dans le paysage universitaire.

 

Nous vous prions d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de nos meilleurs sentiments républicains.

 

Bordeaux, le 21 janvier 2015

 

Liste des premiers signataires (formateurs à l'ESPE d'Aquitaine)

 

Didier Barthès, MCU de STAPS

co-responsable du master MEEF Second Degré Éducation Physique et Sportive

 

Véronique Boiron, MCU en Sciences du Langage

responsable de l'unité de concertation disciplinaire de Lettres

élue au Conseil d'École de l'ESPE d'Aquitaine

 

Dominique Bontemps, Professeure des Écoles

Formatrice en Sciences humaines et sociales

 

Christine Boutevin, Professeure agrégée de Lettres classiques

responsable pédagogique adjointe du site ESPE des Landes

 

Caroline Bulf, MCU en Didactique des Mathématiques

formatrice MEEF

 

Bernard Capdeville, Professeur certifié d'Anglais

formateur dans les masters MEEF

 

Martine Champagne, MCU en Didactique du Français

formatrice dans les masters MEEF

 

Marie-Anne Châteaureynaud, MCU en Didactique des Langues et Cultures

formatrice dans les masters MEEF

 

Lalina Coulange, PU de Didactique des Mathématiques

co-responsable du master MEEF mention Second Degré Mathématiques

 

Bénédicte Courty, MCU de Psychologie clinique

responsable d'UE du master MEEF mention Encadrement éducatif

 

Michel Delatronchette, Professeur certifié d'Éducation Physique et Sportive

responsable du Master PIF parcours Formateur dans le monde associatif et economique

 

Elisabeth Delcamp, Conseillère Principale d'Éducation

responsable d'UE du master MEEF mention Encadrement éducatif

 

Denis Dessagne, Professeur agrégé d'Histoire et Géographie

formateur dans les masters MEEF

 

Jean-François Dupeyron, MCU HDR de Philosophie

responsable du master MEEF mention Encadrement éducatif (CPE)

responsable pédagogique du site ESPE des Landes

 

Marie Estripaut-Bourjac, MCU HDR en Langues et Littératures Romanes

élue au CA de l'Université de Bordeaux, responsable de séminaire de recherche

 

Michel Fajole, Professeur d'Éducation Physique et Sportive en service partagé

formateur dans les masters MEEF

 

Sylvie Feulié, Professeure certifiée de Lettres

formatrice dans les masters MEEF Premier et Second Degrés

 

Marguerite Figeac, PU en Histoire moderne

formatrice dans les masters MEEF (PLP/CAPES)

 

Gérard Fronty, Professeur agrégé de Philosophie

acteur du volet éthique et responsabilité du tronc commun de formation

 

Philippe Girard, PU de Mécanique

formateur dans les masters MEEF

directeur de l'IUFM d'Aquitaine de 2008 à 2013

 

Pascal Grassettie, Professeur agrégé d'Éducation Physique et Sportive

coordinateur de l'unité de concertation disciplinaire d'EPS

 

Hélène Guillou-Kerédan, Professeure des Écoles

formatrice en français au sein du master MEEF, mention Premier Degré

 

Cécile Hartl, Professeure d'Arts Visuels et Plastiques

formatrice dans les masters MEEF

 

Sylvie Henry, Professeure certifiée de Mathématiques

Responsable d'UE du master MEEF mention Premier Degré

 

Martine Jaubert, PU en Sciences du Langage (didactique)

responsable d'UE du master 2 MEEF 1er degré

élue au CA de l'Université de Bordeaux

 

Dominique Lacombe, Professeure certifiée de Lettres,

formatrice dans les masters MEEF

 

Gilles Lamarcade, Conseiller Principal d'Éducation

formateur au sein du master MEEF mention Encadrement éducatif (CPE)

 

Natacha Lauvray, Professeure certifiée de Documentation

formatrice responsable du CRD du site ESPE des Landes

 

Yannick Le Briquer, Professeur agrégé d'Éducation Physique et Sportive

responsable du suivi de stage MEEF Second degré

 

Franck Léonard, Professeur des Écoles, docteur en Sociologie et démographie

coordinateur des formations de sensibilisation aux métiers de l’enseignement en licence

 

Daniel Lépine, Professeur certifié de Technologie

formateur dans les masters MEEF

 

Yann Lhoste, MCU HDR de Didactique des Sciences de la Vie et de la Terre

coresponsable du master MEEF Second Degré Sciences de la Vie et de la Terre

 

Bruno Lom, Professeur d'Éducation Physique et Sportive en service partagé

formateur dans les masters MEEF

 

Elisabeth Loth, Professeure agrégée de Géographie

formatrice à temps partagé au sein des masters MEEF, mentions Premier et Second et degrés

 

Christophe Miqueu, MCU de Philosophie

responsable du master PIF parcours Pilotage de projets éducatifs

co-responsable du master MEEF Second Degré Philosophie

 

Éric Monfort, Professeur agrégé d'Histoire et Géographie

co-responsable du Master MEEF mention Second Degré Histoire-Géographie-Éducation Civique

 

Laurent Péguy,Professeur certifié de Lettres Modernes

formateur dans les masters MEEF

 

Catherine Perpignan, Professeure certifiée de Technologie

formatrice dans les masters MEEF

 

Stéphanie Péraud-Puigségur, Professeure agrégée de Philosophie

responsable du volet Éthique et responsabilité du tronc commun de formation

élue au Conseil d'École de l'ESPE d'Aquitaine

 

Lydie Pons, Professeure agrégée d'Histoire

formatrice au sein du master MEEF, mention 1er degré

 

Carine Reydy, MCU en Didactique des Mathématiques

coordinatrice de l'unité de concertation disciplinaire de mathématiques

 

Florence Richard-Schott, MCU de Géographie

formatrice dans les masters MEEF

 

Patrice Robisson, Professeur agrégé de Sciences de la Vie et de la Terre

formateur dans les masters MEEF

 

Frédéric Roux, Professeur agrégé de Sciences Économiques et Sociales

responsable de plusieurs UE des masters MEEF et PIF

 

Cécile Saint-Martin, Professeur certifié de Lettres, Docteure en Sciences du Langage

co-responsable du master MEEF mention Second Degré Langues vivantes régionales : Basque

 

Nicolas Sembel, MCU de Sociologie

responsable de l'unité de concertation disciplinaire de Sciences Humaines et Sociales

 

Pierre Sémidor, Professeur certifié de Lettres Classiques,

élu au Conseil d'École de l'ESPE d'Aquitaine

 

Maribel Robert Soares, Professeur d'Espagnol en service partagé

formatrice dans les masters MEEF

 

Christine Steininger, Sciences de l'Éducation

formatrice dans les masters MEEF

 

Catherine Taveau, Professeure certifiée de Mathématiques

responsable d'UE du master MEEF, membre de la COPIRELEM (commission permanente des IREM pour l'enseignement des mathématiques à l'école primaire)

 

Grégory Train, MCU de Didactique des Mathématiques

co-responsable du master MEEF mention Second Degré Mathématiques

 

Bernard Tressol, Professeur des Écoles

formateur en Mathématiques dans les masters MEEF

 

Yves Travaillot, MCU en Éducation Physique et Sportive

formateur en Mathématiques dans les masters MEEF

 

Patrick Urruty, Professeur agrégé de Mathématiques

responsable d'UE du master MEEF mention Premier Degré

 

Nicolas Villeneuve, Professeur des Écoles spécialisé

Formateur ASH

 

Madeleine Vincent-Morin, Professeure agrégée d’Éducation Physique et Sportive

formatrice dans les Master MEEF Premier et Second degrés

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Belle et juste lettre ouverte, je fais suivre ces informations (nécessaires).