Jean-François Goulon
Auteur, traducteur, éditeur
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2015

Jean-François Goulon
Auteur, traducteur, éditeur
Abonné·e de Mediapart

Varoufakis à Paris: dernière chance pour l'Europe?

Jean-François Goulon
Auteur, traducteur, éditeur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jean-François et Olivier Goulon, respectivement éditeur et traducteur du "Minotaure planétaire", l'indispensable ouvrage de Yanis Varoufakis, dans lequel il nous livre sa vision du monde et de l'Europe.

Après avoir "tué la Troïka", vendredi à Athènes, Yanis Varoufakis, le ministre des Finances de la Nouvelle Grèce, entame sa tournée dans certaines capitales européennes afin d’y explorer la possibilité de renégocier directement avec elles la partie de la dette grecque qu’elles détiennent.

Aujourd’hui à Paris, demain à Londres et mardi à Rome, il rencontre ses homologues Michel Sapin, George Osborne, et Pier Carlo Padoan, au grand dam d’Angela Merkel et de Wolfgang Schaüble. Au-delà de la dette grecque, il ne fait aucun doute que la question de l’Allemagne sera largement abordée. Pour autant, arrivera-t-il à ouvrir un front commun visant à faire accepter à Schäuble l’inévitable nécessité d’un effacement partiel de la dette de son pays ? Rien n’est moins sûr. Et, pour compliquer un peu plus cette mission qu’il mène au pas de charge, il est souvent accusé d’être anti-allemand et de vouloir faire payer l’Allemagne.

Qu’en est-il vraiment ?

Lundi dernier, au lendemain de la victoire de Syriza, M. Varoufakis déclarait dans une interview donnée à la BBC, « mon message pour les Allemands n’est pas qu’il faut que vous nous donniez plus d’argent, mais que vous nous en avez déjà donné beaucoup trop ! »

Histoire d’enfoncer encore un peu plus le clou, il invite dans la nuit de vendredi à samedi les journalistes, par l’intermédiaire de son compte Twitter, plutôt que de déformer sa pensée et de tirer des conclusions hâtives, à prendre connaissance d’un texte qu’il a posté sur son blog en février 2013 et que l’on pourrait qualifier de plaidoyer pour la défense d’une Allemagne hégémonique en Europe !

Ceux d’entre nous qui ont lu son livre le Minotaure planétaire savent bien ce que Yanis Varoufakis veut dire. Derrière la formule choc, le raisonnement est d’une clarté limpide.

La raison du miracle allemand est qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Washington a fait le choix de l’Allemagne et du Deutsche Mark.

« Pendant 60 ans, l’Allemagne a été choyée par une Amérique hégémonique qui a veillé à l’annulation de ses dettes de guerre, au revirement complet du plan allié qui voulait le démantèlement de son industrie et, et c’est ici le point crucial, à assurer la pérennité d’une demande mondiale pour sa production manufacturière, permettant ainsi aux industriels allemands de n’avoir à se concentrer que sur l’optimisation des conditions de fabrication de marchandises de qualité et à forte valeur marchande. »

Mais, depuis 2008, les États-Unis ne sont plus à même de soutenir la demande mondiale au niveau dont l’Allemagne a besoin. La classe politique et les industriels allemands devront bien, tôt ou tard, se rendre à l’évidence de ce changement de paradigme et relever le défi qui consistera pour eux à endosser au niveau européen le rôle que les États-Unis déchus remplissaient jusque-là au niveau mondial. Et le plus tôt sera le mieux.

« Le temps de la transmutation de l’Allemagne, de puissance dominatrice en puissance hégémonique, est donc venu. Il faut pour l’Europe que l’Allemagne soit prête à cette métamorphose et, pour tout dire, il le faut pour l’Allemagne aussi. »

Quel est ce rôle hégémonique de l’Allemagne que le ministre des finances de la Nouvelle Grèce appelle de ses vœux ? Il s’agit pour Berlin et Francfort de se souvenir que l’Âge d’or du capitalisme, les Trente Glorieuses, ne fut possible que parce que Washington décida de réinvestir, sous la forme du Plan Marshall, en Europe (et plus tard au Japon) une partie des revenus tirés de son commerce extérieur, permettant ainsi de relancer la consommation et l’industrialisation dans une Europe dévastée par la guerre.

« Mais que ferait l’Allemagne de sa position hégémonique ? Sa préoccupation ira alors au-delà du souci d’imposer rigueur budgétaire et réformes des marchés. Parce qu’elle est parfaitement consciente du fait qu’une offre de produits de très haute qualité ne suffit pas à générer de manière automatique sa propre demande, l’Allemagne devra donc se lancer, à l’instar des Etats-Unis dans les années 50, dans la conception d’un Programme de Redressement Pan-européen afin de rétablir la demande commerciale dont l’Europe a besoin. (…) D’une certaine manière, une Allemagne hégémonique pourra jouer le rôle que Washington a tenu dans les années 50, en adoptant une politique ayant pour objectif le rééquilibrage de l’économie européenne grâce au recyclage efficace de ses excédents. Mais comment y parvenir, quand l’Allemagne n’a pas les moyens de lancer un Plan Marshall ? Sur quelles institutions peut-elle compter pour effectuer ce recyclage ? »

Certainement pas sur la Troïka. Les mots prononcés vendredi à Athènes par Yanis Varoufakis Ministre des finances devant Jeroen Dijsselbloem, le Président de l’Eurogroupe, « Nous n’avons aucune intention de coopérer avec un comité tripartite dont l’objectif est d’imposer un programme que nous considérons anti-européen dans sa démarche » font écho à ceux que l’Universitaire Yanis Varoufakis écrivaient en février 2013 :

« Deux choses sont claires : l’Allemagne ne peut s’appuyer sur l’interface entre gouvernements nationaux et Bruxelles, qui ne fonctionne pas et qui est responsable de l’utilisation inefficace et à des fins détournées des fonds structurels de l’Union européenne. Il est pareillement futile d’entamer un processus de fédéralisation, les peuples européens ne sont pas encore prêts à se lancer dans cette voie (…) »

Alors que faire ?

Ce qu’il faut c’est que l’Allemagne s’inspire des New Dealers qui l’ont positionnée sur la voie du redressement dans un passé pas si lointain : l’Europe a besoin de son propre New Deal, financé par une nouvelle gamme d’instruments financiers publics. L’Allemagne peut réaliser un tel Programme de Redressement en l’axant autour de la Banque d’Investissement Européenne. La BEI a déjà fait ses preuves et démontré sa capacité à créer pour les instruments de la dette un marché fluide ayant permis le financement de projets et de les mener à bien. En collaboration avec la BCE, et avec son soutien, un partenariat BEI-BCE est en mesure de mettre au travail une masse colossale d’épargne accumulée et inactive en ne suivant rien d’autre que de simples principes bancaires, avec une implication a minima des Etats membres et sans besoin aucun de toucher aux Traités.

La rencontre entre Yanis Varoufakis et Michel Sapin ce dimanche à Paris est donc d'une importance beaucoup plus capitale qu'il ne peut paraître. Et nous attendrons avec impatience le communiqué des ministres à l'issue de leur rencontre, c'est-à-dire à 18h30. La rencontre "informelle" entre Yanis Varoufakis et Emmanuel Macron est certainement un indice à prendre en considération.

__________________

Pour en savoir plus, lire « L’Europe a besoin d’une Allemagne hégémonique » (en anglais) sur le blog de Yanis Varoufakis (http://yanisvaroufakis.eu/2013/02/22/europe-needs-a-hegemonic-germany/) et lire Le Minotaure Planétaire disponible aux Éditions du Cercle (http://www.editions-du-cercle.fr/livres/1-le-minotaure-planetaire.html) et sur Amazon et en Kindle

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot