Gilets jaunes : arrêtez de vous plaindre !

Avez-vous conscience des efforts considérables que doivent déployer les 0,2% des plus riches pour planquer au fisc leur « pognon de dingue » qu’ils ont le plus souvent gagné à la sueur de votre front ?

Oui, nous avons bien compris que votre mouvement est surtout composé de travailleurs classés dans la catégorie « pauvres », d’intérimaires surexploités ou de mères de famille qui ont du mal à nourrir leurs gosses. Mais croyez-vous que votre situation est la pire dans cette France qui doit se démener chaque jour contre un sort parfaitement injuste ?

Avez-vous conscience des efforts considérables que doivent déployer les 0,2% des plus riches pour planquer au fisc leur « pognon de dingue » qu’ils ont le plus souvent gagné à la sueur de votre front ? Au moins, si vous n’arrivez pas à nourrir vos gosses correctement, vous leur donnez une chance de ne pas devenir centenaires, et ainsi ne pas être témoins vers la fin de ce siècle de l’extinction de l’espèce humaine.

Imaginez-vous le calvaire qu’ont dû traverser les patrons des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) pour convaincre à coup de dizaines de millions de dollars le gouvernement de Nouvelle-Zélande afin d’obtenir des espaces suffisamment bucoliques sur cette terre antipodale susceptible de permettre à leurs familles de survivre lorsque la plupart d’entre vous crèveront la bouche ouverte ou devront s’affronter à la machette (ou autres armes blanches) avec les autres paumés de la faim du monde ?

Vous, les gilets jaunes, n’avez même pas la décence de reconnaître que votre mouvement vous a rapprochés les uns des autres alors que les oligarques doivent vivre barricadés et n’ont d’autre choix que de fréquenter d’autres coincés du bulbe comme eux ?

Franchement, si vous ne pouvez entrevoir que les véritables privilégiés c’est vous qui pouvez bénéficier des restos du cœur et autres secours de la banque alimentaire grâce à vos conditions de ressources au ras des pâquerettes ! Vos revendications sont ignobles ! Si encore vous manifestiez pour exiger la libération de Carlos Ghosn ou pour la suppression totale de l’impôt sur les plus hauts revenus, on pourrait comprendre… mais exiger une hausse du SMIC de 200 €, qui ne vous permettrait même pas de vivre décemment, est une véritable hérésie ! Oui, Macron a raison sur toute la ligne : vous êtes une bande d’illettrés, de Gaulois réfractaires ou de fainéants (c’est au choix) !

Arrêtez donc de vous plaindre et traversez la rue (sauf les Champs Elysées) pour trouver du boulot !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.