Jean-Francois Laslier
Directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2017

Peut-on échapper au vote utile ?

Un billet écrit par Vincent Merlin, Isabelle Lebon, et plusieurs chercheurs en théorie du choix social sur les modes de scrutins alternatifs.

Jean-Francois Laslier
Directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la veille du premier tour de l’élection présidentielle, nombre d’électeurs s’interrogent encore pour savoir s’ils vont voter selon  leur conviction ou bien voter « utile ». Cette question  est encore plus prégnante cette année, avec quatre candidats susceptibles de se qualifier  et  6 duels possibles pour le second tour !  Cette situation est-elle inévitable ?

Si cette question porte sur l'existence de règles de vote permettant d'échapper complètement à ce dilemme, la réponse est malheureusement négative. Au début des années 1970, un économiste, Mark Satterthwaite, et un philosophe, Alan Gibbard, ont montré que tous les modes de scrutin démocratiques étaient sensibles à ce problème. Quelle que soit la règle, il y aura toujours des situations dans lesquelles des citoyens auront intérêt à abandonner leur choix sincère pour un vote stratégique.

On peut cependant comparer les règles entre elles. Parmi tous les systèmes de vote, notre scrutin officiel, uninominal à deux tours, reste un filtre particulièrement sévère, puisque la complexité des préférences de chaque électeur se résume finalement à un unique nom déposé dans une urne. Il existe pourtant de nombreuses méthodes qui, permettant une expression plus complète des  souhaits de chacun, atténuent grandement la problématique du vote utile.

En Australie ou en Irlande, le bulletin de vote se présente sous une forme très différente, puisqu’il demande un classement des candidats. Le vote unique transférable  va alors éliminer un à un les candidats jusqu’à désigner un vainqueur. A chaque étape, le candidat qui a le moins de voix est éliminé, et le vote de ses partisans est transféré au candidat  suivant sur le bulletin. Plus besoin alors pour l’électeur de voter d’emblée utile, puisque l’éviction de son candidat favori ne se traduit pas par la perte de son vote mais par sa réattribution au suivant de ses choix encore valides. Ce vote transférable tend à se répandre: en novembre dernier, les électeurs de l’état du Maine (Etats-Unis) ont décidé par referendum de l’utiliser pour toutes  leurs élections (Gouverneur, Sénateur, etc.…).

On peut aussi imaginer d'autres méthodes, au fonctionnement intuitif et aisément utilisables par les électeurs. Le vote par approbation donne la possibilité de voter pour plusieurs candidats,  le vainqueur étant celui qui recueille le plus de voix. Il permet  de mieux apprécier  le poids de certains courants, marginalisés par le vote uninominal. Dans la même logique, le vote par évaluation demande aux électeurs de noter chaque candidat sur une échelle commune (0, 1, 2, 3, …etc.), il leur permet d’exprimer et de nuancer leur opinion sur chacun d’entre eux. Le vainqueur est alors le candidat qui obtient la meilleure moyenne ou, dans une variante plus complexe, la meilleure médiane.

La recherche s’intéresse depuis longtemps aux modes de scrutin alternatifs, et un collectif de chercheurs va tester ceux-ci à grande échelle lors de l’élection présidentielle dans le cadre de 15 bureaux de vote situés dans le Bas-Rhin (Strasbourg), le Calvados (Hérouville-Saint-Clair) et l’Isère (Grenoble, Crolles, Allévard-les-bains). Et tout un chacun en France peut participer à une expérimentation en ligne, sur le site https://vote.imag.fr.   

Pour ne pas perturber le déroulement du processus électoral, les résultats ne seront divulgués qu’après la fin des élections législatives.  Ces recherches visent à améliorer l’expression de la démocratie, et dans le futur, elles permettront peut être d’éviter que la question du vote utile ne domine les débats. 

Ce billet est signé par plusieurs chercheurs travaillant actuellement sur le sujet:

Vincent Merlin, CNRS, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Isabelle Lebon, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Antoinette Baujard, GATE Lyon Saint-Étienne, Université Jean Monnet Saint-Étienne

Renaud Blanch, LIG, Université Grenoble-Alpes

Sylvain Bouveret, LIG, Université Grenoble-Alpes

François Durand, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Herrade Igersheim, CNRS, BETA, Université de Strasbourg

Jérôme Lang, LAMSADE CNRS, Université Paris-Dauphine

Annick Laruelle, UPV-EHU, Universidad del País Vasco

Jean-François Laslier, CNRS, Ecole d'Economie de Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl