jean gadrey
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2010

jean gadrey
Abonné·e de Mediapart

Thomas Coutrot : la démocratie comme levier

Dans «Jalons vers un monde possible» (éditions Le bord de l'eau, avril 2010), Thomas Coutrot réhabilite d'une certaine façon une thèse du théoricien socialiste Bernstein (1850-1932): «Le but, quel qu'il soit, n'est rien pour moi, le mouvement est tout.»

jean gadrey
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans «Jalons vers un monde possible» (éditions Le bord de l'eau, avril 2010), Thomas Coutrot réhabilite d'une certaine façon une thèse du théoricien socialiste Bernstein (1850-1932): «Le but, quel qu'il soit, n'est rien pour moi, le mouvement est tout.» Le mouvement consistait, pour Bernstein, à subvertir le capitalisme par des voies démocratiques et pacifiques. Mais dans cette perspective, la grande question que soulève Thomas Coutrot est celle des formes et du potentiel de la démocratie, car manifestement il n'attend pas grand-chose d'une démocratie représentative en partie confisquée.

Pour cela, ses sources d'inspiration ne sont pas d'abord celles de l'économie, fut-elle hétérodoxe, mais plutôt Cornelius Castoriadis, Axel Honneth, Polanyi, des psychologues français du travail, mais aussi le sociologue américain Erik Olin Wright ou le sociologue britannique John Kelly pour sa très intéressante théorie de la «mobilisation». Une vraie bouffée d'oxygène intellectuel! Ces grands noms ne sont pas utilisés sur un mode académique. Le propos est constamment accessible, «tourné vers l'action» selon la formule d'Attac, que copréside Thomas Coutrot.

Les deux thèses principales peuvent être résumées par ces citations :

Première thèse : «La ressource essentielle des dominés est la politique démocratique, le seul pouvoir de ceux qui n'ont pas de pouvoirs»... «La démocratie s'étiole à rester confinée dans les limites étroites du régime représentatif» (page 15).

Deuxième thèse : «La société civile est l'espace où peuvent s'exprimer la résistance contre les pouvoirs monopolisés [ceux des acteurs du capitalisme et ceux de l'État] et les aspirations à l'autonomie des citoyens dans toute leur diversité» (page 115). «En mobilisant les citoyens pour exprimer leurs demandes, en imposant des limites au pouvoir étatico-financier, la société civile est la pierre angulaire de ce qu'il y a de démocratique dans nos sociétés oligarchiques» (page 123).

Encore faut-il décliner ces idées fortes pour qu'elles se concrétisent et deviennent crédibles. Cela passe par un plan d'ouvrage où la même question est posée dans tous les domaines clés: comment démocratiser la finance (chapitre 1), le travail (chapitre 2), l'État et la société civile elle-même (chapitre 5), l'économie, l'entreprise et les marchés (chapitre 6). Dans tous les cas, l'accent est mis certes sur des hypothèses à débattre, mais aussi sur des expériences existantes et jugées prometteuses. Car, à certains égards, «l'autre monde est déjà là». Il n'est pas étonnant que Thomas Coutrot consacre un chapitre au travail décent comme bien commun à conquérir. Il est depuis longtemps l'un des spécialistes français et européen des enquêtes sur les conditions de travail. Mais la question écologique est, elle aussi, très présente.

S'il émet finalement de sérieux doutes sur la viabilité d'un capitalisme vert encadré par un État social-écologique, l'auteur ne rejette pas l'éventualité qu'un tel compromis puisse exister transitoirement et constituer un progrès. Plus généralement, on trouvera dans ce livre des thèses nuancées, qui surprendront peut-être certains, sur la préférence pour la finance solidaire et coopérative, sur le rôle irremplaçable de certains marchés convenablement régulés, y compris les marchés des droits d'émissions utilisés dans des cas précis comme compléments des «planifications écologiques», ou sur la réhabilitation du tirage au sort comme l'une des voies de renouveau démocratique (la «compétence des incompétents»). Avec à chaque fois de bons exemples à l'appui.

Un beau livre contre tous les conformismes et toutes les pensées magiques, ouvrant des perspectives de riches débats citoyens.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier