Pour la Présentation tactique de Mélenchon

Octobre 2020 : Mélenchon se présente Présidentiable - le diable! Octobre 2021 : Mélenchon jette l’éponge et sort de sa manche un atout...

La tactique est affaire de rangement et non d’horizon, de temps et non de durée. Puissance d’agir impeccable, Mélenchon s’y essaie.

Octobre 2020 : Mélenchon se présente Présidentiable - le diable!

Diabolisé par les merdias et tenaillé par les procs du Lawfare, Mélenchon "les occupe" : bas bruits et petites fureurs des prauds, sondagite aiguë et orientée, cirque jouissif pour télé-captifs. Car voici l’Homme... en rivalité avec le tandem électrique Jadot-Piolle poussé ou plutôt suivi par le reste de la Gauche vélo - rapide à l’union électorale (Faure, Hamon, Gluksmann, Roussel) et techno-intello (Piketty & Co.). Or, ce tandem vert de vert est en compétition réglée. Le premier en selle gagne tout : les Verts comme les Roses, les militants comme les intellos, sans parler des médias gauchisants dont Médiapart.

Que Piolle tienne vite le guidon est égal ici, car - affirme "scandaleusement" Mélenchon - l’unité n’est pas possible, ni nécessaire. Exit l’alliance FI & Gauche vélo? Faisons encore attention à ses mots, s’ils montrent des concepts... Mélenchon ne semble pas vouloir confondre l’ontologie et la déontique. Si l’unité n’est pas nécessaire, c’est justement parce que l’alliance est obligatoire. Jouant au Populiste fou, ce tacticien retors ne peut pas le dire à cette heure, mais il peut le montrer. En refusant le débat FI versus Gauche vélo, Mélenchon crée... le débat au sein même de cette gauche et oriente subrepticement ses questions : Programme vert-rose ou Projet populiste d’extrême-centre, Chef-manager ou Équipe experte? Évidemment, chez les Rapides, ce sont toujours les croisés qui gagnent : Projet vert-rose et Chef d’équipe... Rien là qui ne déplaise à Mélenchon! Oui, mais voilà, le temps passe très vite avec les bons sondages de Bizness Flic Merdia : Piolle 15 points, Mélenchon 10 points.

Octobre 2021 : Mélenchon jette l’éponge et sort de sa manche un atout qui n’est ni FI, ni socialisse, ni communisse, ni vert, ni radical, mais "portant un peu tout ça à la fois" : Ruffin... Puissance d’agir impeccable, Mélenchon assume la Dormition.

Depuis un an, Ruffin se fait oublier, passant sous les radars merdiatiques, hors quelques coups d’éclat parlementaires. Durement coaché (mais en douce) par Mélenchon, Ruffin a travaillé les bons gestes barrière. Et surtout la stratégie : comme Mélenchon n’a pas réussi le Grand Passage laclau-populiste, Ruffin a compris qu’il ne pouvait agir que dans le populisme "littéraire" - sur la lancée de Merci Patron! Maintenant, il parle pleu-pleu & techno. Assez en tous cas pour capter la bienveillance des Riens toujours absents, cet électorat in-censé cher aux néo-thermidoriens. Oui, ce sont bien les Absentés qui font l’Élection...

Certes, Ruffin ne peut pas dévoyer les Riens lepénisés (la moitié des votants populaires), mais il peut  "quelque chose" pour les Riens absentés. Contrairement à Piolle, Ruffin est déjà présent chez les Absentés. Une présence feuilletée par ses approches diverses et variées... Non, il n’en faut pas plus aux Absentés pour désirer en être! D’autant qu’en face, Piolle les ignore et ne peut mobiliser que le tiers de la petite bourgeoisie CPIS, cette classe sans conscience mais non sans intérêts souvent mal compris. Piolle va donc vivre sur sa corbeille de 15 points... Tout autre la vie nouvelle de Ruffin! Comme Mélenchon ne lui apporte que 10 points, le très présent Ruffin va devoir résoudre le mystère de la Corbeille Jaune - même si les Puissants surveillent et sousveillent les Gilets jaunes? Là est le danger, là le salut! Voyez déjà Les gilets jaunes de Forcalquier....

Janvier 2022 : BFMerdia l’a dit : dynamique pop de Ruffin (10+5points), statique triste de Piolle (15 points).

Faisant le constat que la petite bourgeoisie CPIS préfère encore l’original (Macron ou Bertrand) à la copie, Piolle s’incline : Va pour le populiste littéraire Ruffin avec un Projet-manifeste de 15 lignes! Va pour une Équipe renouvelée par son chef - Moi! Évidemment, il faut couper quelques têtes (Jadot et Faure), en montrer d’autres (Généreux, Besancenot), mais garder Glucksmann pour trophée. Suivent les techno-intellos et les seconds couteaux, qui dans l’Équipe, qui dans le Panier. Et tout ça fait d’excellents gagnants! Même Mélenchon?

Dormition oblige, Mélenchon se garde bien de l’espoir (cette passion triste qui fait perdre insensiblement la puissance d’agir) pour vivre enfin l’espérance - une joie qui implique cet acte de foi politique et cet abandon apaisant : un Ruffin gagnant!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.