jean-guy trintignac
directeur d'école
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 févr. 2022

Leur gauche n'est pas la nôtre : soutenons et votons Philippe Poutou !

Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Yves Jadot… les candidatures de la gauche dite « de gouvernement », s'empilent pour mieux se retrouver dans une stratégie purement électoraliste et des rabibochages affligeants au lendemain du 2ème tour de la présidentielle, en vue des élections législatives qui suivront et des fauteuils à sauvegarder.

jean-guy trintignac
directeur d'école
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’ex-gauche de gouvernement ou la valse des candidat(e)s

Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Yves Jadot… les candidatures de la gauche dite « de gouvernement », s'empilent pour mieux se retrouver dans une stratégie purement électoraliste et des rabibochages affligeants au lendemain du 2ème tour de la présidentielle, en vue des élections législatives qui suivront et des fauteuils à sauvegarder. Comme d'habitude, on se malmène, on se déchire le temps de la campagne afin de préserver une identité de façade pour mieux s'étreindre et se câliner au moment de négocier le partage du butin électoral escompté. C'est du classique, on connaît d'avance l'épilogue de cette tragi-comédie.

. Mais surtout, tous(tes) ces candidat(e)s, les partis qui les ont adoubé(e)s ont une longue histoire politique commune, ont abandonné un héritage peu reluisant. Ils ont plusieurs fois participé ensemble à des gouvernements et gèrent encore aujourd’hui, main dans la main, de nombreuses collectivités territoriales (mairies, conseils départementaux ou régionaux, communautés intercommunales…). Certain(e)s parmi elles et parmi eux refusent de se positionner clairement sur la question des sans-papiers, sur la nationalisation des entreprises d'intérêt général, sur le partage des richesses, une véritable réforme fiscale pour faire payer les riches. On n'oubliera pas non plus que la plupart d'entre elles, d'entre eux, ont également manifesté, il y a peu, aux côtés des forces de police à l’appel de syndicats d’extrême droite souhaitant renforcer leur autorité face au pouvoir judiciaire.

La plupart de ces représentant(e)s ont une lourde responsabilité dans la perte de confiance des classes populaires vis-à-vis de la gauche. Le bilan du dernier mandat de François Hollande est consternant : cadeaux aux entreprises, loi travail, attaques contre les retraites, les universités, les premières répressions policières… Sur tous ces sujets, cette gauche mène, une fois au pouvoir, une politique de droite, discriminatoire (tentative de la déchéance de nationalité), impérialiste, totalement ralliée au libéralisme ! Comment pourrions-nous leur faire à nouveau confiance ?

Face à Macron, à la droite et à l’extrême droite, nous avons besoin d’unifier nos colères

Depuis cinq ans, les mauvais coups se sont multipliés. Sur le terrain social d’abord. Même si la réforme des retraites aura été provisoirement stoppée par la mobilisation et l’arrivée de la pandémie, Macron restera le président des riches, avec une politique conforme aux volontés du Medef. Jamais les inégalités n’ont été aussi importantes. Malgré la pandémie, les ultrariches se sont engraissés sur le dos des salariés, profitant souvent de l'argent public afin de préserver leur souveraineté. Macron, en plus du mépris pour celles et ceux d’en bas, aura semé la division en attisant la haine contre les étranger(e)s et les musulman(e)s. C'est lui qui impose ces thèmes réactionnaires dans la campagne, avec la complicité des grands médias, pour mieux s'installer comme le seul rempart à l'extrême droite.

Nous avons besoin d’unir la gauche sociale et politique prête à se mobiliser, à rompre radicalement avec les compromissions de « la gauche du renoncement » qui ont désespéré une majorité de fidèles électeurs et enterré leur dernier espoir de changement. Cela aurait dû être le cas au moment des Gilets jaunes, contre les politiques racistes, contre le démantèlement des services publics... Cela doit rester un objectif pour que les travailleur(se)s et la jeunesse puissent se défendre et espérer une autre société ! Cette unité doit d’abord se construire dans les luttesC’est le sens de la candidature de Philippe Poutou : réunir toute la gauche de combat, avant et après l’élection, pour se préparer à faire barrage dans la rue, dans de nouveaux espaces de discussion, aux prochaines attaques du camp libéral, aux provocations nauséabondes de l’extrême droite.

Pour reconstruire une gauche de combat, soutenons Philippe Poutou

La gauche est faible car elle est discréditée par des décennies d'accompagnement et de gestion du capitalisme. Au pouvoir, elle a renoncé à construire et à appuyer sérieusement les mobilisations et à porter une perspective de rupture. En remettant son destin à des personnalités aussi perfides et corrompues que les Tapie, Fabius, Cahuzac, Strauss Khan, Hollande, Valls, la « gauche réaliste » s'est perdue dans le désert du désaveu, de l'absurde, ouvrant grand les portes à l'imposture macronienne.

Pourtant il y a urgence ! La planète brûle, les inégalités explosent, la guerre menace de se généraliser à nos portes, se nourrissant de lointaines rancoeurs nationalistes alors que l'urgence est ailleurs, inverser la courbe du réchauffement climatique, refuser l'alternative du nucléaire qui condamne l'option des énergies renouvelables, briser la culture du profit, concevoir ensemble les outils démocratiques pour une véritable intervention citoyenne à différentes échelles, locale, nationale.

. Il est urgent de reconstruire, avec toutes celles et tous ceux qui refusent de se résigner, un projet d’émancipation et de rupture avec le capitalisme, une force politique qui s'attaque à la racine des problèmes, pour pouvoir continuer d’espérer un avenir meilleur pour les classes populaires et les générations futures. C’est le sens de la campagne et du vote pour notre candidat, Philippe Poutou. Rejoignez-le !

Rejoignez-nous !


Jean-Guy Trintignac NPA 71

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François