Jean HUCK
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2015

Jean HUCK
Abonné·e de Mediapart

Relire Huntington

Jean HUCK
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vais sans doute me faire huer, mais j'ai comme un doute. Cette histoire, les massacres de Charlie Hebdo et de Vincennes PUE. Des "abrutis" qui se comportent comme de vrais professionnels, qu'on dit avoir été entraînés au Yemen, qui laissent trainer une carte d'identité, qui disent à un voisin "Nous sommes Al Qaîda" et qui pour finir sont tirés comme des lapins.... Il y a comme un loup quelque part.

Les premières victimes "collatérales" de ces tueries sont les musulmans qui vivent en Europe. Il faut le dire et le redire. Sommer  "les musulmans" ou "la communauté musulmane" de manifester en tant que tels est un d'un communautarisme nauséabond. A-t-on somme "les laïcs", les "catholiques" ou "les protestants" en tant que tels de descendre dans la rue? non, n'est-ce pas? De plus, le sous-entendu est parfaitement menaçant: "si vous ne manifestez pas, alors vous êtes du côté des tueurs". C'est du délire. comme ce "rassemblement républicain" à la mie de pain, excusez moi. Mais à part l'ivresse du "tous ensemble", quoi de concret? Ah si: l'Europe a décidé de durcir les lois antiterroristes. Comme disait un commentateur: "à quand le Patriot Act?"

Pendant ce temps, Boko Haram massacre 2000 personnes sur les bords du Lac Tchad dans l'indifférence quasi générale. Bouchons nous le nez, et osons dire ce que beaucoup apparemment pensent tout bas : "bof ce sont des nègres". Et puis, c'est loin, le Tchad.....

Comme vous le savez, si vous lisez mes gentils délires, j'essaie de relier ces évènements ponctuels à des schémas plus vastes. Et cette démonisation des musulmans, en route depuis pas mal d'années, m'a fait penser au fameux "Choc des civilisations" de Samuel Huntington, ouvrage largement vilipendé par les droitsdel'hommistes professionnels qui sévissent régulièrement sur les étanges lucares et dans la presse.

La thèse centrale de Huntington est que coexistent dans le monde des civilisations et des culrures parfaitement incompatibles. Et avec l'émergence d'économies comparables à l'économie occidentale, ces différences culturelles vont engendrer des confrontations, sinon des guerres "civilisationnelles", pour ne pas dire "de religion". Bon, c'est une thèse comme une autre, et je ne pense pas que M. Huntington ait eu conscience  de "mériter ni cet excès d'honneur ni cette indignité".

Par contre il n'est pas du tout impossible que cet essai ait suscité l'intérêt des "faucons" en tous genre qui pullulent dans les hautes sphères occidentales. Je parle des Karl Rove, des  Brent Scowcroft et autres Paul Volfowitz et de leurs petits copains moins connus das les hautes sphères du pouvoir, pas tous dans le monde occidental. Le "think tank" est une espèce beaucoup plus répandue qu'on ne le croit.

Délire, trop fumé la moquette? Peut-être.....

Mais qui ne voit que ce schéma peut entraîner une simplification hautement bienvenue des relations internationales? Le citoyen US lambda accepte de plus en plus mal, quand il s'informe, de l'alliance avec l'Arabie Saoudite, une dictature théocratique; et le citoyen Saoudien accepte très mal la présence des "kafirs" US sur le sol sacré de l'Arabie... On pourrait multiplier les exemples. Tiens: il serait intéressant de recenser le nombre de citoyens européens que l'OTAN indispose de plus en plus....

Bref, revenir au bon vieux temps de la Guerre Froide à la puissance x. Voilà un bon motif de rassemblement "autour des valeurs occidentales".

Ce n'est pas un scoop, mais Washnigton désigne clairement comme "menaces majeures pour la paix dans le monde" la Chine et la Russie. Bon, l'analyse en première instance est simple: la Chine est une menace économique et la Russie une menace militaire pour l'hégémonie US.

Mais la manoeuvre est un peu plus subtile que ça. On oublie facilement, pour ceux qui le savent, que la société chinoise et la société russe de par leur culture, sont "proto-communistes par nature": "l'harmonie chinoise" exige qu'aucun clou ne dépasse, au besoin on tape dessus pour l'aligner; et en Russie subsiste la culture du "Mir", la communauté villageoise assez analogue (rappel: "Mir" veut dire aussi "Paix" en Russe). Ce sont des "valeurs" irréductibles aux habituels canons individualistes occidentaux.

"Ces gens-là ne sont pas comme nous", nous ne sommes pas très loin des "Klingons" ainsi que les décrit Tom Clancy (une mine d'information sur la pensée US, ce type) en parlant des Chinois. Sous entendu: la Guerre des Mondes, Battlefield Los Angeles avec des aliens que l'on tue sans hésiter... parce que, selon le scénario, ils veulent nous exterminer et piller la planète. Mieux que des sous-hommes; des non-humains.

Dies, ce n'est pas un peu le discours sous-jacent que nous tenons envers les mussulmans et, quelquefois, les juifs?

Je pousse le bouchon un peu loin? Voyons, rappelez vous, ce n'est pas si éloigné dans le temps: la Bosnie.

Au temps pour "l'intangibilité des frontières nationales": l'Europe et les USA ont dépecé allègrement un Etat-Nation souverain. Tiens, ça nous vait échappé? Ben oui....

Pourquoi? Les Serbes étaient réputés dominer assez méchamment la Yougoslavie. Accessoirement, la Yougoslavie, par sa Résistance, avait immobilisé de nombreuses troupes allemandes durant la 2e Guerre Mondiale, privant le Front de l'Est de précieux renforts. Et les allemands qui avaient traditionnellement comme "clients" les Croates et les Bosniaques voulaient faire d'une pierre deux coups: rétablir en Mittel Europa leur hégémon, et "punir" la Serbie de l'affront de 1941-1944.

Le triste, c'est que la France avait longtemps été l'amie, la seule amie pourrait-on dire, de la Serbie. Elle n'était pas revenue à l'époque au sein de l'OTAN. François Mitterrand a exprimé ses doutes quand à la raison des soulèvements Croates et Bosniaques. Mais bon, le parti US a du prévaloir....

Et surtout, surtout, le serpent a montré sa tête: "la Serbie est l'alliée de la Russie parce qu'elle est Orthodoxe" et toutes les (faibles) tentatives de Moscou pour désamorcer la crise ont été qualifiées "d'intervention"!!! La Russie de Eltsine! Un modèle d'inexistence! Et ça continue avec la Russie de Poutine.

Pouquoi ce déchaînement contre Poutine? Parce qu'il y a quelques années, Vladimir Vladimirovitch a "rallié" officiellement l'Eglise Orthodoxe Russe (qui, entre nous n'est pas du tout un modèle de tolérance) ce qui place ce pays en-dehors des "valeurs occidentales" et donc dans le camp des "ennemis civilisationnels". Et voilà pourquoi votre fille est muette.....

Prophétie de malheur: le temps n'est pas loin je crains où les "musulmans" dont on oublie de dire qu'ils sont souvent Français, comme nous tous, seront soit tenus en lisières très serrées, comme les Juifs Allemands sous Hitler, soit "rapatriés" parce que suspects de pro-terrorisme. Dites, ça vous dit une Europe "Musselmannrein"? Moi ça me fait vomir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier