Jean HUCK
Abonné·e de Mediapart

65 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2014

Les doutes d'un blaireau

Jean HUCK
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Billet court, pour une fois.

"Recrudescence des affrontements en Ukraine", "Des camions et des tanks qui circulent à Donetsk"; la sommation de Washington et de l'U.E. à Moscou de "retirer ses troupes" de l'Est de l'Ukraine. Ouf! en quelques jours revoilà le Belphégor ukrainien qui fait sa rentrée.

Pourquoi? C'est la question qu'il faut se poser. J'ai trouvé deux raisons:

- le regain de tension et l'affirmation d'une présence militaire russe relancent non seulement la tension, mais renouvelle les "arguments" contre la livraison des navires Mistral, initialement programmée pour après-demain, 14 novembre. Mais c'est encore l'arbre qui cache la forêt: derrière, il y a les fameux 196 avions que l'Inde doit acheter incessamment sous peu, avec les Rafales sur les rangs.

Nota: la récente décision de dissoudre certaines unités françaises affaiblit durablement notre dispositif, et nous fait dépendre encore plus fortement de l'OTAN pour assurer "notre sécurité" devant un fantômatique "péril russe".

- sur un tout autre plan, il s'agit, en démonisant Moscou, d'essayer d'enfoncer un coin entre les membres du BRICS+ (les Brics plus une douzaine de pays notamment sud-américains candidats à l'adhésion au Consensus de Shanghaï) pour faire capoter ou du moins ralentir le processus de création d'un Marché Pacifique concurrent de celui proposé par Washington, pour lequel Obama tente de faire le forcing avec semble-t-il peu de succès.

La crise ukrainienne n'est pas du tout "politique", mais bien une histoire de gros sous: la crainte de Washington de voir émerger une monnaie concurrente du dollar en tant que moyen de paiement international,ce que l'euro fut un temps, d'où les gesticulations de Londres pour le castrer,et la recherche frénétique du pillage de l'Ukraine: permis d'exploitation du gaz de schiste (en plein milieu du tchernozium, la terre la plus ferile du monde!) après les permis de forage pétroliers en Mer Noire.

Ce qui explique l'indulgence de Washington et Bruxelles envers le gouvernement de Kiev et ses drôles de participants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl