Jean-Jacob BICEP
Président de l'Alliance pour la Guadeloupe, ancien député européen, Verts/ALE - Commission Affaires Etrangères, Développement régional, Transport et tourisme, Délégation UE/ACP
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2013

Esclavage : commémorer la fin d'un crime c'est bien, reconnaître ses victimes, c'est mieux

« Nous sommes aujourd'hui le 10 mai, et depuis la Loi Taubira de 2001, c'est aujourd'hui l'occasion pour la France de commémorer l'abolition de l'esclavage. Par cette loi, unique en son genre, la République a reconnu, il y a maintenant 14 ans, la traite négrière et l'esclavage comme des crimes contre l'humanité, engageant avec son passé colonial et ses legs persistants, un dialogue qui ne pourrait s'arrêter là.

Jean-Jacob BICEP
Président de l'Alliance pour la Guadeloupe, ancien député européen, Verts/ALE - Commission Affaires Etrangères, Développement régional, Transport et tourisme, Délégation UE/ACP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Nous sommes aujourd'hui le 10 mai, et depuis la Loi Taubira de 2001, c'est aujourd'hui l'occasion pour la France de commémorer l'abolition de l'esclavage. Par cette loi, unique en son genre, la République a reconnu, il y a maintenant 14 ans, la traite négrière et l'esclavage comme des crimes contre l'humanité, engageant avec son passé colonial et ses legs persistants, un dialogue qui ne pourrait s'arrêter là.

Il ne peut pas s'arrêter là d'abord parce que, bien que la France, dont certaines colonies sont aujourd'hui des départements, ait une place particulière dans l'histoire coloniale du continent, l'histoire de l'esclavage et de la colonisation est une histoire mondiale. C'est l'histoire d'un système sur lequel se sont fondés les déséquilibres macroéconomiques globaux, l'histoire d'un système qui, en enrichissant les colons et en appauvrissant les colonies, a creusé des rapports internationaux durablement néfastes.

On ne peut pas s'arrêter là ensuite, parce que si la reconnaissance est la première des guérisons, elle ne peut que mener à la réparation. L'aveu d'un crime contre l'humanité ne peut mourir dans le grand tourbillon de l'histoire, il doit au contraire faire l'histoire, s'en emparer et l'orienter. La question des réparations, débat que nous devons mener avec sérénité, devra nécessairement être abordée.

On ne peut s'arrêter là enfin, parce que pour dire la vérité, l'esclavage n'a pas été aboli. Des milliers de femmes, d'hommes et d'enfants sont encore, aujourd'hui, à travers le monde, réduits en esclavage sous ces formes les plus brutales et les plus destructrices. Le crime contre l'Humanité continue. Je ne peux donc m'empêcher, lorsque je pense à l'histoire de l'Europe et lorsque je vois, aux Antilles, en Afrique, en Amérique, dans l'Océan Indien, l'héritage colonial perdurer, façonner chaque jour les inégalités et les discriminations de demain, de penser au Sahel, à l'Inde, où des victimes des mêmes horreurs sont en vie.

Je ne suis pas un rancunier, je ne suis pas un passéiste et je ne pense pas non plus que ce soit le devoir des politiques d'écrire l'Histoire. Je ne suis donc partisan de regarder les horreurs du passé et de se lamenter sur leur insoutenable tragédie par pur principe. Bien au contraire. Je vis dans le présent, et je sais qu'aujourd'hui, la lutte n'est pas finie.

C'est pourquoi j'ai lancé, au Parlement européen, avec Eva Joly et 10 autres députés européens de différents pays et groupes politiques, une déclaration écrite qui demande l'instauration d'une journée européenne de reconnaissance des victimes de l'esclavage et de la colonisation européenne. C'est un tout premier pas: que les représentants du peuple européen disent haut et fort la vérité sur ces crimes, non pour commémorer leur fin, mais pour reconnaître leurs victimes et faire la lumière sur leurs conséquences actuelles. C'est le premier pas européen sur le chemin de la justice envers toutes ces victimes.

Alors dès la semaine prochaine, je me lance dans cette aventure un peu folle: organiser, au Parlement européen, une semaine de la reconnaissance de l'esclavage, de la colonisation européenne et pour les réparations. Du 13 au 17 mai, à travers des tables rondes, un colonial tour au coeur de Bruxelles, une marche de la reconnaissance dans la ville, à travers un forum réunissant les associations engagées sur ces questions, des spectacles et des expositions, je veux que mes collègues prennent la mesure de cette réalité. Je veux que les députés européens, de tout bord politique et de toute nationalité, puissent regarder sereinement l'Histoire, ses retombées et prendre, en conséquence, les mesures appropriées. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.