Vialatte: Deux cartons rouges!

Expliquer qu'une politique de la reconnaissance et de la justice est par nature laxiste est une honte. Publier un tweet pour dire que des casseurs sont forcément des descendants d'esclaves est, en plus d'être scandaleux, d'une étonnante niaiserie. En profiter pour prétendre qu'essayer de rendre la justice consiste à donner des excuses est, de la part d'un parlementaire, tout simplement affligeant.

Expliquer qu'une politique de la reconnaissance et de la justice est par nature laxiste est une honte. Publier un tweet pour dire que des casseurs sont forcément des descendants d'esclaves est, en plus d'être scandaleux, d'une étonnante niaiserie. En profiter pour prétendre qu'essayer de rendre la justice consiste à donner des excuses est, de la part d'un parlementaire, tout simplement affligeant.

Premièrement, personne ne comprend le rapport entre les casseurs et les descendants esclaves. Les casseurs en question n'ont pas plus de raison d'être descendants d'esclaves que M. Vialatte, et les descendants d'esclaves n'ont pas plus de raison de jouer les casseurs après un match de foot qu'ils en ont d'être champions d'échecs, amateurs de pêche à la ligne ou conducteurs de bus. Jean-Sébastien Vialatte s'est excusé de cet amalgame à la fois malheureux et dangereux, mais le mal est fait. Et ce mal, c'est d'ajouter une couche aux conséquences de l'histoire coloniale en termes de racisme et de discrimination.

Deuxièmement, Christiane Taubira s'est déclarée favorable à une politique foncière en faveur des descendants d'esclaves, notamment dans les cas où les pouvoirs publics coloniaux ont confisqué des terres conquises illégitimement pour les faire prospérer à leur compte. De quelle naïveté et de quel aveuglement M. Vialatte est-il la cible pour ne pas voir que la confiscation de terres, si elle perdure sans n'être jamais corrigée, entrave encore et toujours les possibilités de développement des populations? De quel fatalisme et de quel renoncement est-il victime pour croire à ce point que la justice ne peut être rendue?

Soyons à la hauteur des enjeux. Au lieu d'inciter à la haine, prenons les mesures de paix sociale qui s'imposent. La justice, quand elle est enfin rendue, ne donne pas d'excuses, au contraire, elle les corrige.

Alors que j'organise cette semaine au Parlement européen une semaine pour la reconnaissance de la colonisation, de l'esclavage colonial et pour les réparations, je me dis que je n'en ai pas fini de lutter contre l'ignorance, l'injustice et le mépris.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.