jean-jacques delfour
Professeur agrégé de philosophie, Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Delfour
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2018

Bure ou la dictature nucléaire

À Bure, mercredi 20 juin 2018, les arrestations, perquisitions, fouilles, garde à vue de militants et même d’un avocat, s’ajoutent certes à des années de violences symboliques et réelles contre les opposants à la poubelle nucléaire que le pouvoir veut imposer par tous les moyens.

jean-jacques delfour
Professeur agrégé de philosophie, Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Delfour
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais l’arrestation de l’avocat des militants est un symbole dont la vérité est plus grave qu’un accroissement de la passion sécuritaire. Le pouvoir veut signifier que, en matière nucléaire, il est au-dessus des lois. À ses yeux, un avocat, lumière vigilante des droits de la défense, n’est qu’un complice des malfaiteurs dont le seul crime consiste à résister au pouvoir nucléaire et à sa criminalité intrinsèque.

Tout est exceptionnel dans le nucléaire : puissance de destruction extrême des bombes atomiques, agression quasi éternelle des radionucléides (Plutonium etc.) chaque jour par les centrales nucléaires et les catastrophes, contre tous les vivants, irresponsabilité systématique et légalisée des industriels et des États, absence d’assurance contre le dommage nucléaire (Price Anderson Act 1957), organisation officielle de l’ignorance volontaire (OMS 1958), partout le nucléaire, sous ses deux formes artificiellement distinctes, civil et militaire, a été imposé par la force et la violence (la recherche historique a bien établi ce point). L’exception nucléaire cache une illégalité systématique.

L’État nucléaire, par les bombes atomiques et les centrales nucléaires aux risques colossaux, est nécessairement une dictature parce qu’il viole le principe fondamental de l’État : l’obligation inconditionnelle d’assurer la conservation des êtres humains. Le contrat social est signé pour un État dont la fonction est de protéger la vie des ressortissants et de garantir les conditions d’une vie « normale ». Avec le nucléaire, chaque État peut assassiner son peuple et celui des autres ; chaque État nucléaire fait vivre les vivants dans un environnement chaque jour plus contaminé. Chaque État nucléaire est un assassin en acte, pas seulement en puissance.

L’État nucléaire, fondamentalement criminel, ne peut éviter de virer en dictature. La puissance de mort atomique et l’agression nucléaire contre les vivants, lisible dans l’augmentation permanente des cancers, agression qui est actuelle, qui est un fait indéniable (par les essais nucléaires qui sont de véritables explosions, les pollutions légales de toutes les Installations Nucléaires de Base et les catastrophes toujours en cours), tout cela implique que le peuple soit abandonné, jeté dans cette chambre à gaz radioactifs immense qu’est devenue la planète tout entière, c’est-à-dire que le démos (le peuple-citoyen) soit sacrifié, transformé en masses d’êtres destructibles. La mise en concurrence – dans une compétition de destruction – des êtres humains et des machines absurdement qualifiées d’intelligentes est la traduction capitaliste de cette donnée politique qui produit la déshumanisation radicale du démos.

Ainsi, les juges, procureurs, gendarmes, policiers, qui arrêtent les anti-Cigéo au nom de la justice et de la loi protègent les vrais criminels, c’est-à-dire les chefs d’État qui ont imposé à tous les autres le destin nucléaire.

Le combat contre la politique nucléaire-atomique est une action de légitime défense. L’impératif de protection de la société n’est ni de droite, ni de gauche, ni technophobe, ni rétrograde, ni libéral, ni socialiste : il est vital et universel. Il faut détruire les machines nucléaires qui nous tuent et congédier les chefs d’État qui nous trahissent. Comme dirait Günther Anders : « Contaminés de tous les pays, unissez-vous ! »

Signataires :

Annie Thebaud-Mony, Directrice de recherche honoraire à l’INSERM, auteur de : La Science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, La découverte, 2014, et L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude, Inserm/EDK, 2000

Paulette & Didier Anger, militants du CRILAN et du collectif antinucléaire Ouest

Gilles Barthe, représentant d'Alter Alsace Energies à la CLIS de Fessenheim

Jean-Jacques Delfour, philosophe, auteur de La condition nucléaire, 2014.

Pierre Fetet, blog de Fukushima http://www.fukushima-blog.com/

Kolin Kobayashi, journaliste, écrivain.

Stéphane Lhomme, directeur de l’Observatoire du nucléaire

Pierre Peguin, Dr es-sciences

Wladimir Tchertkoff, documentariste, co-fondateur de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus (ETB), auteur de Le Crime de Tchernobyl, le Goulag Nucléaire, Actes Sud, 2006.

Gabriel Weisser, riverain de Fessenheim

Cedra

Cellule Cigéout

La Fédé-Grand-Est

Coordination Stop-Nucléaire

Décroissance IdF

Collectif « Technologos »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat