Apocalypse Now ?

Vous pourrez toujours installer des barrières qui montent jusqu'au ciel ! Si vous ne rencontrez pas l'autre, elles ne seront jamais assez hautes.

Quelle est cette Humanité…?

Depuis peu, nous pouvons contempler notre planète depuis l'espace. Ceux qui sont nés peu après la deuxième guerre mondiale, ont été les premiers depuis que l'humanité existe, à pouvoir contempler notre planète à distance.

Ce fut un éblouissement !

60 ans plus tard, où en sommes-nous, qu'avons-nous fait de cette nouvelle perspective ?

Révélation ou Apocalypse ?  Les deux mots n'en font qu'un, ayant pour origine le Grec "Apokalupsis". Dans celui-ci, nous trouvons nos deux futurs possibles ; Ou bien Renaissance, ou Annihilation… Tout est dit !

Allons-nous davantage vers l'autre, conscient de notre petitesse, de notre probable insignifiance dans l'univers et ainsi, de notre fragilité extrême. Sommes-nous saisis par ce vide infini qui nous entoure… Entendons-nous nos questionnements avec sagesse ?

Prenons-nous conscience du décalage extrême qui existe entre notre comportement sur notre petite planète bleue et la nécessaire noblesse d'âme qui devrait normalement nous habiter devant l'appel des étoiles, et les questionnements induits par notre univers ?  Développons-nous une unité mondiale devant l'inconnu ?

Avons-nous pris conscience que notre comportement global en tant que civilisation est plus qu'inquiétant, et nous mène à l'autodestruction ?

Face à notre orgueil et nos aveuglements, il y a l'infini ! Et, devant lui, il faut se rendre à l'évidence, nous ne pesons rien. Il suffit d'étudier l'histoire de la terre pour se rendre compte combien nous sommes fragiles. Nous pouvons disparaître en un souffle. Il suffirait par exemple de l'explosion d'une hypernova suffisamment proche dans l'espace-temps pour que nous disparaissions presque instantanément…  Pulvérisés !

Devant cela, comment ne pas être en colère devant l'inanité de nos comportements. Nous sommes la seule forme de vie sur terre à autant détruire… Nous pillons les richesses de la terre… Tellement, que nous l'épuisons !   Nous faisons commerce de ces pillages, nous en tirons profit au détriment de ceux que nous appauvrissons (toutes formes de vies confondues).

Dans nos sociétés dites évoluées, celui qui ne peut payer son eau, ne peut plus boire… Un comble! Celui qui ne peut payer sa nourriture ne peut plus manger. Celui qui ne peut se payer un modeste toit dort dans le froid et la misère ! Bientôt, celui qui ne pourra payer l'air qu'il respire, mourra…

Alors que notre vaisseau Terre, disposait pour nous tous, de tout gratuitement !

Quand allons-nous sortir de notre condition d' "Homo Sapiens Caecus" ?

Sincèrement, moi qui suis pourtant un optimiste, je me demande si nous allons un jour réussir à grandir !

Prenons seulement les cinq derniers millénaires écoulés… En exergue, s'y expriment continûment : Certes, évolution forte dans les domaines de la connaissance, des arts, des technologies, mais surtout, et malheureusement en parallèle constant ; Conquêtes et dominations brutales de l'autre, destructions, non-respect de l'équilibre naturel, non-respect de la pensée et des croyances autres, méfiances endémiques, et finalement… Peurs pathologiques… Mauvaises conseillères !

L'autre, cet étranger, c'est nous-même. Ne nous leurrons pas, il n'y a pas séparation.

Notre mère à tous, c'est la terre notre planète, c'est elle, qui patiemment sur quelques milliards d'années, nous a tous créés à partir de poussières d'espace. Nous ne sommes pas séparés, nous avons tous la même origine.

La terre nous a tout donné, elle est notre chair ! Comme une Maman pour ses enfants.

La terre n'a jamais cherché à faire du profit… ni de la plus value sur notre dos ! Nous sommes ce qu'elle est, comme elle, est l'univers. La science nous le dit ; rien n'est séparé. Cela, c'est l'absolu.

Mais nous, Humains, que faisons-nous ? Nous nous détachons de cet absolu, et nous nous enfonçons dans une matérialité assise sur des rapports exclusivement binaires, nous et "autre". Nous oublions notre unité première, et tombons dans le fractionnisme. Nous oublions notre âme commune… Cela c'est notre perte !

Une chose m'inquiète… Cette petite Humanité qui est la nôtre, se rend-t-elle compte, que vivant en autarcie depuis des temps immémoriaux, elle s'est construit tout un environnement mental, psychologique, religieux… Qui n'a jamais pu être comparé à d'autres systèmes civilisationnels ! Et pour cause… Les autres civilisations qui pourraient êtres présentes ailleurs dans l'univers seraient au moins à plusieurs années-lumière, ou pourquoi pas à l'intérieur d'autres systèmes dimensionnels ! Mais nous n'y avons pas accès pour le moment. 

Et cela pourrait être un piège !

Parce que nous développons des autocertitudes quant à nos fonctionnements concernant notre civilisation. Nous ne pouvons nous mesurer et nous comparer qu'aux produits de nos propres réflexions et projections, et elles sont forcément anthropomorphiques.

Nous finissons par croire que ce que nous pensons est la vérité, puisque nous le pensons…

Nous pensons que les systèmes que nous avons installés sont justes, puisqu'ils existent et perdurent !

Mais nous pouvons être sur un mauvais chemin et ne pas nous en rendre compte. Nous pouvons aller à l'autodestruction le sourire aux lèvres… Voilà ce qui peut nous arriver.

Hormis les démarches spirituelles propres à chacun, que je respecte profondément, nous n'avons pas de guide, nous ne pouvons nous fier qu'à nous-mêmes. Les souffrances que nous nous infligeons sont sans fin, notre histoire illustre abondamment cette situation, les catastrophes en tout genre non plus ne nous sont pas épargnées, beaucoup de détresses en découlent. 

Nous vivons trop avec nos illusions… Attention, l'Humain n'est peut-être pas une fin en soi.

Par contre, une chose est certaine, nous avons besoin de l'autre, nous devons lui témoigner de l'intérêt, nous devons être solidaires, nous devons toujours chercher à vivre au mieux tous ensemble.

Notre vaisseau Terre file depuis quatre milliards d'années dans l'espace, il n'a pas toujours été habitable, mais maintenant, il nous offre le confort, et pour le conserver, il nous faut vivre au mieux avec l'ensemble de l'équipage. Là, est maintenant notre nécessaire vision pour le futur.  

Si nous voyons en l'autre un ennemi, c'est qu'à un moment donné, nous n'avons pas su lui parler ! Nous n'avons pas su communiquer avec lui ! Nous ne l'avons pas respecté ! Enfin, nous ne l'avons pas reconnu en tant que nous-même.

Bien entendu, en dernier recours, il nous faut nous protéger… Mais ce sera se protéger de nous-même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.