Jean Jacques DONY
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2022

Combien de Guerres encore… ?

De l’Antiquité à nos jours, elles sont innombrables !

Jean Jacques DONY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Combien de souffrances, d’enfants qui crient, de maman, de papa, de mamie, de papy, de frères et de sœurs… qui sont soudainement sidérés par cette inhumanité brutale, et violente que représente la guerre lorsqu’elle survient ?

La guerre est une anomalie gravissime pour le processus d’évolution de l’Humanité.

Combien de destructions, combien d’espoirs perdus… Combien d’appels à la vie… brisés ! Combien d’occasions d’évolution ratées pour l’Humanité ? Combien de poisons instillés dans les esprits humains…?

Après une guerre, on peut entendre :

« C’est la dernière, trop de souffrances, plus jamais ça… »

Et durant la paix qui suit… On oublie les bonnes résolutions, et par manque de sagesse, d'échanges, de partages, et de prévention, on prépare sans conscience la prochaine !

On a tellement pratiqué la guerre, que l’on a sans cesse perfectionné les moyens de la faire et donc de s’autodétruire, et l’on est devenu impuissant à imaginer un monde sans guerres.

Pardonnez ce constat qui peut sembler pessimiste !

Oui, bien sûr on a évolué, mais essentiellement sur le plan matériel, technologique, scientifique, et insuffisamment  sur celui de la prudence, de la réflexion systémique, de la créativité salvatrice... 

L’un des manques de discernement le plus flagrant concernant les guerres, mais tellement évident qu’il en est malheureusement trop souvent invisible, est le suivant :

Ceux qui provoquent les conflits d’aujourd’hui, ou y participent même indirectement, auront, c’est certain, leur propre descendance, ou la descendance de leurs proches, qui sera un jour ou l’autre, soumise aux affres d’une autre guerre décidée par un autre belligérant ! Car la roue tourne.

Et dans l'Humanité, rien n'est séparé.

Pourquoi ne comprenons-nous pas cela ?

Peut-être que si:

Ceux qui ont pour projet de déclencher une guerre avaient cette capacité d’intelligence projective, ils s’abstiendraient ! Cette remarque souligne le fait que les déclencheurs de guerres ont une incapacité humaniste… reste à déterminer pour chacun l’origine de celle-ci.

Les leçons n’ont jamais véritablement été tirées.

Certains défendent le fait que finalement les guerres sont inévitables, et qu’après tout elles font évoluer les sociétés sur le plan du progrès matériel.

Et d’autres, lors de chaque nouvelle génération, conscients de cette problématique, voudraient refaire le monde… C’est au fond rassurant... Mais insuffisant !

L’oubli rapide et temporel des souffrances endurées lors des guerres passées est évident, une ou deux générations suffisent pour oublier. Les humains vivent généralement avec l’image d’un passé dont le souvenir est rapidement imprécis.

80 ans après la fin de la dernière guerre mondiale, on constate la remise en cause de certains des faits se rapportant aux horreurs qui s’y sont déroulés !

Par exemple, la négation de l’existence des camps de concentration. J’ai 72 ans, et je peux témoigner factuellement du fait que mes parents, maintenant décédés, ont vécu et lutté avec leurs moyens contre cette guerre de 1939-1945 (entre 70 et 90 millions de morts, soit environ 2,5 % de la population mondiale de cette époque). Et qu’ils ont, entre autres, été profondément choqués lorsqu’ils ont vu de leurs propres yeux, à la fin de celle-ci, des « revenants » sur les quais de gares, ces derniers étaient les quelques survivants des camps de l’horreur… Ma mère me contait : « Les malheureux… Ils n’avaient plus que la peau sur les os… Certains ne pouvaient même plus marcher, leurs familles ne les reconnaissaient pas… On les transportait sur des civières ! » …

Elle me parlait aussi des files de réfugiés apeurés fuyant sur les routes et chemins du nord de la France. Bien souvent ils étaient à pied, avec leurs enfants, et ils cherchaient à rejoindre le sud, ou au moins l’ouest du Pays. Ils étaient parfois soumis aux bombardements de l’aviation ennemie ! comme l'est actuellement le peuple ukrainien cherchant à échapper à l’armée de l'envahisseur et aux destructions.

Qui se souvient encore de cela aujourd’hui ?

La prise de connaissance par l’histoire, et par la culture générale de l’historicité des faits de guerre, fixée sur des supports durables et accessibles à tous, est donc indispensable. Ce sont des fondamentaux incontournables pour la mémoire collective. Et indispensables pour permettre à l’humanité de réfléchir et d’évoluer.

Certains avancent que les guerres auraient contribué à l’évolution positive des grandes civilisations… Et qu’elles auraient donc une utilité !

Il faut savoir être novateur dans la pensée et l’analyse… Je ne serai jamais d’accord avec ce genre d’approche par trop répétée, simpliste et justificatrice de guerres. Si c’était le cas, ces grandes civilisations représentées par l’Inde, l’Égypte antique, la Perse, l’Empire romain, l’Empire ottoman, La Mongolie… Et d’autres…

N’auraient jamais dû produire d’autres guerres dans leur sillage ni d’autres souffrances… ni batailles, tortures, emprisonnement, crimes contre l’Humanité et destructions en tout genre !

Et depuis le temps, nous aurions pu vivre en paix. Sur le long terme. Notre civilisation aurait progressé.

Mais, allons-nous continuer à accepter longtemps ce constat d’incapacité mémoriel ? L’Humanité est-elle condamnée à vivre dans la violence et la souffrance ? Ne retirera-t-elle jamais de façon efficace les leçons de son passé ? Marchera-t-elle comme un aveugle vers sa destruction finale, continûment enchainée par un atavisme paralysant qui fait que les mêmes erreurs se répètent sans cesse ?

Essayons d’élever le débat, de prendre du recul, de la hauteur, et de réfléchir sur un ensemble…

Imaginons un immense vaisseau traversant l’espace infini depuis quelque 200 000 ans…

(Nous allons fixer cette durée, en considérant de manière plus ou moins arbitraire l’émergence de notre Humanité actuelle).

Ce vaisseau est aménagé de telle sorte que des formes de vies multiples s’y développent, et le font dans un environnement naturel, équilibré et autosuffisant. À un moment donné, une humanité émerge, se développe, et devient consciente.  Puis, par ses activités, elle appréhende de mieux en mieux son environnement, et augmente la connaissance qu’elle en a, progressivement et par palier. Cette connaissance s’étend, s’intègre à l’expérience, et est transmise de génération en génération… Par transmission orale, et par signes, peintures, écritures…

L’Humanité prend alors l’habitude de s’interroger sur son environnement, et bientôt, le vaisseau dans lequel elle se développe représente un mystère… L’objet d’une interrogation permanente…

Devenant de plus en plus agissante, elle s’imagine pouvoir s’approprier le vaisseau dans lequel elle vit, et également pouvoir disposer des autres formes de vie… les mettant à son profit et usage exclusif… Allant jusqu’à les exploiter à outrance, et aussi les détruire.

Cette humanité qui finit par oublier ce constat bien évident ; née dans, et par le vaisseau, elle en est constitutive, et il ne peut donc lui appartenir, c’est une impossibilité logique.

Elle n’en est qu’un des éléments… Pas le maître ni le propriétaire.

Mais inconsciente, elle met sa propre intelligence à la disposition exclusive de ses seuls intérêts… relatifs!

Du fait de cette mentalité de « propriétaire irresponsable », se développent des besoins irrépressibles, comme ceux, de posséder et de contrôler de plus en plus… Les rivalités puis les conflits surviennent, et enfin les guerres, toujours plus dévastatrices.

Cette Humanité ne réfléchit plus, devient incohérente… détruis l’environnement même du vaisseau qui pourtant a permis sa propre existence !

À quand l’annihilation ?

Mais après tout… Ce n’est qu’un vaisseau perdu dans l’espace !

Un épiphénomène… Dommage ! il y aurait pu y avoir une suite… Intelligente…

Par Exemple…

Une prise de conscience des voyageurs du vaisseau qui auraient pu se dire : « Cela ne va pas, nous nous détruisons… Essayons de comprendre ! Regardons ce qui s’est passé depuis le commencement.

Ils feraient une pause dans le déroulement de leur aventure, prendraient du recul et effectueraient une analyse globale et profonde de leur évolution depuis leur émergence sur le vaisseau. Établiraient le bilan historique de leurs actions, de leurs comportements, de leurs attitudes, de leurs systèmes de croyances… et des résultats obtenus à chaque étape de leur évolution.

Réalisant cette démarche avec tous les habitants du vaisseau, en prenant en considération la voix même du plus humble et du plus petit d’entre eux. Ceci, par la mise en œuvre et l'application d’une véritable démocratie ! Dans laquelle les responsables seraient naturellement « demandés » par la communauté, choisis pour leurs mérites et leur dévotion éprouvés dans le temps, ainsi que pour leur humanisme fédérateur.

Interrogeant également leur environnement, étudiant les répercussions déclenchées par leurs différentes attitudes passées et présentes sur le vaisseau. Et posant les bases d'un nouveau fonctionnement, d'un nouveau commencement, en gardant tous les acquis positifs, et en rejetant les erreurs les plus flagrantes comme les conflits destructeurs et les guerres.

Voilà qui serait un beau projet pour cette Humanité… Et peut-être une sauvegarde !

Car si elle veut aller dans les étoiles, elle doit élargir sa mémoire, se transformer radicalement, quitter ses « vieux habits… » Afin de se rendre « propre »… Et présentable, par respect pour elle-même, et pour l’Univers.

De façon à ne pas aller polluer les étoiles…

Cette Humanité ne doit pas exporter son attitude destructrice ni son comportement suicidaire…

(Comme très bien exposé dans le magnifique film du peuple des géants agressé sur sa planète par une compagnie minière terrestre)

Elle doit trouver un véritable sens à son existence

Car là où il y a du sens, il y a de la cohérence et de l’espoir… Et non plus de la détresse !

Et à mon avis, ce sens est très naturellement définissable…

Merci pour votre lecture

Très cordialement,

Jean Jacques DONY / 20 mars 2022

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_guerres

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne