Retour en Thaïlande

Après 16 mois d'absence j'ai entrepris un difficile retour en Asie.

Carnet de voyage

 

L’heure du départ est enfin arrivée. Chicago Jeudi 10 Juin à 11H50. En route vers Tokyo et de là correspondance vers Bangkok.

Aux Etats-Unis la vie est redevenue normale. Le port du masque à l’extérieur comme à l’intérieur n’est plus obligatoire pour les personnes vaccinées qui constituent du reste  une large majorité de la population parmi les adultes. Entre la vaccination et la primo infection le pays semble avoir atteint l’immunité. Les chiffres de contamination et de décès sont en chute libre.

A l’aéroport il faut encore porter le masque, comme dans l’avion. Mais l’ambiance est active. Les américains voyagent. C’était d’ailleurs déjà le cas en février lors de notre arrivée aux US après la période intermédiaire de deux semaines que nous avions  du passer au Mexique.

Le vol pour Tokyo est loin d’être plein. La cabine business qui constitue au moins la moitié de l’appareil est quasiment vide. Dans la cabine économique Jennifer et moi pouvons occuper chacun un rang de 3 sièges ce qui nous permettra de dormir. Elle est en effet vide aux deux tiers.

Le Japon a des règles de quarantaine stricte comme tous les pays d’Asie. Tous les passagers ont donc une bonne raison pour rentrer, aucun voyage d’agrément n’est envisageable. Nos compagnons sont soit des gens qui rentrent au Japon  soit des gens qui transitent comme nous vers un autre pays asiatique.

A l’arrivée à Tokyo, l’aéroport de Narita est vide. La plupart des restaurants sont fermés et les boutiques restées ouvertes sont désertes. Dans les couloirs très peu de passagers, la majorité des portes sont désactivées. Le personnel est très attentionné comme toujours au Japon, mais l’activité du terminal (international il est vrai) semble tourner à 10% de la capacité tout au plus.

 

Le vol pour Bangkok est assuré par un Boeing 777. Nous sommes 25 passagers  à bord.  L’avion apparait donc vide.

Pour pouvoir entreprendre ce voyage il nous a fallu remplir plusieurs formulaires, souscrire une assurance santé spéciale Covid, réserver 15 jours de quarantaine dans un hôtel éligible à ce programme, fournir un certificat de mariage pour partager la même chambre, communiquer nos billets d’avion et obtenir du consulat général de Thaïlande un certificat d’entrée. Nous avons également fourni notre certificat de vaccination qui n’est pas obligatoire dans le cas d’espèce puisque les mêmes règles s’appliquent à tous, vaccinés ou non. Un test PCR de moins de 72 heures est également exigé ainsi que le téléchargement d’une application sur le téléphone.

La Thaïlande envisage un programme spécifique pour les vaccinés qui pourraient entrer dans le pays par  certaines villes où la population locale serait vaccinée et où ils seraient soumis à une quarantaine plus souple. Le premier site envisagé est l’île de Phuket. Cependant les règles sont encore confuses alors qu’il était prévu de démarrer ces opérations le 1er Juillet.

L’idée sous jacente est qu’après quelques jours d’observation et un nouveau  test les visiteurs pourraient fréquenter la piscine, le restaurant de leur hôtel avec des règles adaptées…alors que les quarantaines actuelles sont strictes et sans aucune dérogation.

 

Vendredi 11 Juin 22H45 arrivée Bangkok. Nous descendons de l’avion, l’aéroport est vide, nous sommes le seul avion du moment. Les 25 passagers que nous sommes  sont accueillis par des dizaines d’employés masqués, porteur d’une combinaison en plastique, les cheveux couverts par une charlotte assortie, et gantés.

Nous passons par plusieurs barrières de contrôle successives. Prise de température, nous devons remettre le certificat d’entrée émis par le consulat, vérification  de tous les documents. A l’issue de cela nous sommes conduits à l’immigration et escortés pour passer la douane. Le hall des arrivées est vide en dehors des passagers arrivés avec nous et des employés de l’aéroport. Chaque passager est alors escorté vers un Van qui doit le conduire sur son lieu de quarantaine. Nous rejoignons notre voiture. Notre chauffeur est en combinaison, il désinfecte nos bagages avec un spray, retire sa combinaison et rejoins l’habitacle séparée par une cloison de plexi du compartiment passager.

Sur l’autoroute le trafic est moins dense que d’habitude, arrivés en ville c’est la même constatation. Nous verrons bien à notre sortie de quarantaine quelle est la situation.

Arrivés à l’hôtel nous ne passons pas par la réception mais sommes conduits au 4ème étage du parking où nous sommes accueillis par du personnel équipé comme à l’aéroport. Nous devons répondre à un questionnaire médical et télécharger de nouvelles applications pour commander la nourriture et communiquer notre température 2 fois par jour. Après avoir enlevé nos chaussures et enfilé des chaussons « propres » nous sommes conduits à notre chambre.

La quarantaine est de 15 jours. Nous devons communiquer par l’application notre température matin et soir. Nous serons testés 3 fois durant notre séjour. Les repas sont déposés à la porte. Les fenêtres doivent rester fermées. L’alcool est interdit. Nous n’avons aucune interaction avec qui que ce soit sauf lors des tests PCR. La chambre ne sera pas nettoyée. Il n’est pas prévu de promenade.

.

La chambre est propre. La nourriture est correcte, type Thaï Airways classe éco mais plus savoureuse.

 

Conclusion :

Contrairement au Mexique qui a sauvegardé une partie du tourisme en gardant des règles souples  (pas de quarantaine, pas de test à l’entrée, restos ouverts)  la Thaïlande a opté pour une politique très stricte même vis-à-vis des vaccinés.

Il est vrai que le bilan Covid est particulièrement faible dans le pays : à ce jour 204 595 cas et 1525 décès pour une  population comparable à la France.

Le retour des touristes ne semble pas d’actualité avant un moment.

Dans une dizaine de jours nous pourrons « enfin » circuler en ville et nous rendre compte de la situation que nous contemplons à ce jour depuis la fenêtre close…selon les consignes…

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.