Les contradictions de Mediapart

LES CONTRADICTIONS DE MEDIAPART OU POURQUOI MEDIAPART SE CHERCHE.

Lecteur quotidien de Mediapart (depuis peu, je salue les anciens de la première heure), je soutiens mordicus le travail des journalistes.

Un des articles qui vient de paraître en ligne "L'affaire Bettencourt bientôt sur vos écrans", en première page du site ces deux derniers jours, ne peut que nous interroger sur le fond et la logique éditoriale de Mediapart.

Le lien de l'article évoqué par ce billet : http://www.mediapart.fr/journal/france/140710/laffaire-bettencourt-bientot-sur-vos-ecrans

Mediapart : entre construction et déconstruction ?

Balancer les lecteurs entre les ébranlements produits par les enquêtes de fond, et le soutien de la création, de la production cinématographique,est-ce un enjeu éditorial ?

Les articles ayant trait à ces thématiques ont été associés en une sur la page principale du site Mediapart.

N’y a t’il pas mélange des genres ?

Ou confusion dans l’agencement, dans le traitement de l’information ?

Mediapart se situerait-il entre les révélations, pour certains, entre le démontage de systèmes troubles, et entre le désir de soutien de la création artistique ou cinématographique pour d’autres ? Est-ce la l'objectif avoué ou inavoué de Mediapart ?

J'imagine que cela peut étonner quelques lecteurs. Les deux ne sont pas antagonistes, cela va de soi. Eclectique, tout à l’honneur de Mediapart. C'est juste curieux. Curieux.

Cet article a été mis en ligne le 16 juillet, et il a donc tout de suite figuré en première page du site internet. Je ne connais pas le journaliste qui l'a rédigé, et je n'ai rien contre ce journaliste, je le précise, car mon billet n'est pas une attaque : c'est un billet d'interrogation.

Quel est le sens éditorial de l’article, "l'affaire Bettencourt bientôt sur vos écrans" ?

 

Si il y a bel et bien un sens : désir de soutien de la création artistique ? (Claude Chabrol, Xavier Beauvois, Michel Hazanavicius et Lucas Belvaux ne sont plus des débutants. Fausse piste donc). Renommée élargie dans un futur proche ? Faire parler de Mediapart ? Communiquer sur Mediapart ? C'est important.

Cet article à mon sens relève plus d'un article distrayant écrit sous le sceau du scoop. Information verte, de toute première fraîcheur, il faut bien le reconnaître.

Pourquoi pas ?

 

Décalage et mélange des genres ?

Pour vos lecteurs assidus, il y a un fossé entre le travail d'enquête, ce journalisme d'investigation sur les affaires politico financières (c'est ce que l’abonné vient en principe rechercher ici) et un autre type de journalisme qui dans le cadre de cet article, n'en serait pas vraiment.

Car cet article relève plus de la communication ou pire encore, d'un coup de publicité très en amont. De toute évidence, ce n’est pas le cas : je serai curieux de savoir comment cet article a été écrit. "L'affaire Bettencourt bientôt sur vos écrans" : est-ce un article de Mediapart rédigé suite à une communication faite par le milieu cinématographique et tout de suite relayée par un de ses journalistes, ou est-ce un pur travail de recherche de l’information ?

L'avenir de Mediapart

L’avenir de Mediapart ne repose t’il pas sur la qualité de ses journalistes d'investigation ?

Et non sur la qulaité des journalistes qui se nourissent de conjectures, et d'une très probable création cinématographique : ces derniers plongeraient tête baissée dans la communication ou le coup de pub ?

Certes, savoir que les réalisateurs de cinéma se penchent fortement sur le sujet et sur la question de produire une affaire, l'affaire Woerth-Bettencourt-Banier, un vaudeville de grande envergure, cela a un intérêt indéniable, celui de vulgariser davantage et dans un futur proche le sujet qui défraie toutes les chroniques actuelles.

Mais quel sens donner à un tel article présenté en pleine page sur un site comme Mediapart ?

On imagine que le futur film portera à l'écran, des écrans d’ordinateurs avec les pages internet de Mediapart.

Un écran dans l’écran. En cette période dense ou les écrans de fumée du gouvernement sont le pain quotidien de la presse, cela prête à sourire.

Ce regain de succès à venir, il faut s'en réjouir car pour l’essor et la renommée de Mediapart, ce n’est que justice !

On peut donc déjà imaginer les cinéastes tourner devant leurs ordinateurs. Sauvegardent-ils déjà des images Mediapartistes fraîches et authentiques, comme des captures d’écran mais sur pélicule (numérique ou non), pour ensuite les réutiliser au montage sur la production future ? L'article en question laisse présager de beaux jours pour Mediapart : une future star virtuelle du 7ème art.

 

A vos écrans, citoyens ! Webmasters de Mediapart, soignez la présentation, vous êtes filmés.

Mediapart, quelle identité ?

La force de Mediapart est celle de pouvoir travailler, avancer sur des sujets qui méritent que l'on s'y attarde.

Creuser l'actualité et ses sujets sensibles plutôt que de les aborder superficiellement en revue ou de passer à autre chose dès le lendemain. Frénésies de l’actualité et amnésie vertigineuse qui finiront pas user la presse généraliste, non ?

C’est en cela que Mediapart se distingue des médias les plus courants.

Dans le cas de l’article ici évoqué, la frontière apparaît ici imperceptible entre journalisme et communication. Et pourtant, voilà deux matières opposées, un antagonisme.

 

L'article "l'affaire Bettencourt bientôt sur vos écrans" surprend sur un site dont l'identité reconnue sprend racine dans les ramifications du journalisme d'investigation.

Confusion, maladresse, faute de présentation de l’information ?

Ou comment faire face à la difficulté de la mise en page ?

N'y a t'il pas mélange des genres ou confusion dans le traitement hiérarchique donné à l’information, lorsque sont associés au même niveau d’une page internet des articles dont l'intérêt se focalise sur les grandes affaires et un article à la recherche du scoop vraisemblable mais potentiel, un article en quête d'insolite ?

L’agencement de la page du site Mediapart est sans doute à moduler : les pages internet sont délicates à mettre en forme, c’est la difficulté récurrente de l’ensemble des sites et médias numériques (cf. par exemple l'ensemble des pages radiophoniques des différentes chaînes de Radio France qui ont connu en quelques années, de grandes modulations, des refontes complètes dans la mise en forme).

Mediapartement vôtre,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.