Jean Kestillonne
Profession libérale
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2010

Le silence d'or des gestionnaires de la fortune Bettencourt

Jean Kestillonne
Profession libérale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les deux hommes de confiance de Liliane Bettencourt : discrets, comme tout gestionnaire de fortune.

Pascal Castres Saint Martin (gestionnaire particulier de 1979 (?) à 2003) et n°2 de l'Oréal (gestionnaire de Thétys, puis de Clymène, société de gestion de fonds de Liliane Bettencourt créée en juin 2000).

Patrice de Maistre (gestionnaire particulier de 2004 à 2010)

Comment Pascal Castres Saint Martin, un des grands administrateurs financiers des ces trente dernières années (l'expansion de l'Oréal est loin d'être étrangère à ses nombreux talents : sa contribution a été considérable pour le développement international du groupe) qui a terminé sa carrière à l'Oréal comme Directeur Général Adjoint, et qui a géré la fortune de Liliane Bettencourt pendant des dizaines d'années, comment peut-il ignorer ce pour quoi les sommes importantes retirées en liquide (et dont il avait connaissance), étaient destinées ? Car le "fonctionnement Bettencourt" et les remises d'argent ne datent pas que de la dernière campagne présidentielle.

Patrice de Maistre est devenu gestionnaire en 2004. Quand Pascal Castres Saint Martin a senti le vent tourner en 2003, il s'est opposé aux vents contraires d'une gestion saine, il s'est opposé au versement d'une assurance-vie de plus de 200 millions d'euros en faveur de l'artiste François Marie Banier. Suite à cela, il a dû donner sa démission, jugeant que Liliane Bettencourt était manipulée.

"Ancien dirigeant de L'Oréal naguère chargé de gérer le patrimoine de Liliane Bettencourt, Pascal Castres Saint Martin a relaté aux enquêteurs comment il fut évincé après avoir tenté, en 2004, de s'opposer à la cession d'une des fameuses assurances-vie. « J'ai dit à M. Banier qu'il était complètement fou de vouloir se faire donner une somme pareille et qu'au décès de Mme Bettencourt il risquait un procès public pour captation d'héritage, et donc un scandale » , a-t-il déclaré. Constatant l' « emprise » exercée par le photographe sur la milliardaire, qui « cautionnait tout ce que disait M. Banier » , le même témoin dit avoir demandé à être relevé de ses responsabilités : « Je prenais le risque d'être complice des agissements de M. Banier en le cautionnant par mon silence. »

(Cf. article du Point du 17 décembre 2009. http://www.lepoint.fr/archives/article.php/405807 ).

2004 - 2010, voilà seulement 6 petites années que Patrice de Maistre gère la fortune Bettencourt, autant dire, rien en comparaison à la longue fidélité mutuelle (Bettencourt-Castres Saint Martin) due à l'excellent travail réalisé sur le long terme de Pierre-Pascal Castres Saint Martin.

Patrice de Maistre a tout de même eu un peu de temps pour être au courant de beaucoup de choses. Il en sait beaucoup même s'il a déjà démenti sa propre parole enregistrée pendant des mois sur bandes magnétiques (en particulier à propos des comptes suisses).

Pascal Castres Saint Martin a géré ces mêmes affaires sur une période très longue. Il était l'homme clé, un pilier pour l'entreprise l'Oréal, et sur un plan plus privé, l'homme de confiance du couple Bettencourt, le gestionnaire idéal pour leur fortune.

Les témoignages de Pierre Castres Saint Martin (qui utilise couramment deux de ses prénoms dans ses nombreuses activités, Pascal ou Pierre, il s'agit bien entendu du même personnage) sont d'autant plus intéressants qu'ils sont émis par un financier au parcours exemplaire. Son témoignage a du poids, il est très crédible, même s'il est certain qu'il ne dit pas tout.

Il aura été le prédécesseur de Patrice de Maistre, sur une période beaucoup plus longue. Si Patrice de Maistre a hérité dans la gestion déjà en place de situations "scabreuses", c'est que le talent du gestionnaire précédent, administrateur financier hors pair, spécialiste du droit (il a commencé sa carrière à l'Oréal en tant que directeur juridique) est un virtuose de bien des rouages, dont ceux de la fiscalité. Quand Patrice de Maistre reprend les rennes, une gestion rigoureuse est déjà en place. Pascal Castres Saint Martin a déjà opéré et fait ce qu'il fallait pour protéger la fortune, maximiser les profits, quitte à contourner la loi (jamais en aveugle, il y a toujours un calcul des risques pour cela) avec des montages financiers audacieux que seul un spécialiste du droit de haute volée pouvait réaliser, un pari gagnant-gagnant. Tous les moyens, les plus brillants soient-ils, sont bons pour protégér une des premières fortunes de France.

Le silence est d'or

Bien qu'aucun amalgame ne soit ni à faire, ni à envisager entre ses deux gestionnaires, nul doute que dans leurs témoignages clairs et concis, ils n'oublieront pas que le silence est d'or.

Quelques repères biographiques de Pierre-Pascal Castres Saint Martin


Administrateur financier, sorti major de sa promotion de HEC

Après 15 années passées dans le Groupe Indosuez (1962-1979), successivement fondé de pouvoirs et directeur adjoint.
De 1979 à 1999 il est chez L’Oréal : successivement directeur juridique, directeur financier et juridique, vice président en
charge de la direction générale de l’administration et des finances, directeur général adjoint. Il prend sa retraite en 1999.

Né le 12 avril 1936

SANOFI-SYNTHELABO, administrateur
ARC INTERNATIONAL, membre du conseil de surveillance
FIMALAC (S.A.), administrateur indépendant et membre du comité des rémunérations et des stock-options
GROUPE MARC DE LACHARRIÈRE (SCA), président du conseil de surveillance
http://www.afg.asso.fr/upload/3/Fichier760.pdf
SEB (S.A.), administrateur et président du comité de contrôle

Président de la Sicav Le Portefeuille Diversifié.
Vice-Président du Conseil de surveillance de la société GML.
Membre du Conseil de surveillance de S.G.D.I holding d’Arc-International.

En 1998, Mr. Pascal Castres St Martin (L’Oréal), a reçu la distinction du Jubilee du Premier Ministre Israélien, Mr Netanyahu. Cet honneur, l’Etat d’Israël le réserve aux personnes et aux organisations qui ont donné un vigoureux support à l’économie israélienne, par leurs investissements et leurs relations commerciales.


Pascal Castres Saint Martin served as Vice-President in charge of Administration and Finance and Deputy General Manager of L'Oréal. Mr. Martin joined L'Oréal in 1979. From 1962 to 1979, he held various management positions with Banque Générale Industrielle La Hénin (now renamed Banque Indosuez). In 1979, he joined L'Oréal as Legal Director. He subsequently held the positions of Chief Financial Officer and General Counsel, Vice-President responsible for General Management ... and Administration, and deputy Chief Executive Officer. He spent 15 years in the Indosuez Group. Mr. Martin serves as Chairman of the Supervisory Board of Groupe Marc de Lacharrière at Fimalac SA. He served as Chairman of the Mutual Fund, Le Portefeuille Diversifié. He has been an Independent Director of SEB S.A. since 2001. He has been Non-voting Director of Fimalac SA since June 26, 1998. He serves as Board member of Sanofi/Synthélabo and Member of the Supervisory Board of Arc International. He is a graduate of the HEC business school.


Mr. Pascal Castres Saint-Martin has been an Independent Member of the Board of Directors of Fimalac SA since February 13, 2007 and is also Chairman of the Company’s Selection, Nominating and Remuneration Committee. A graduate of Hautes Etudes Commerciales (HEC), he held several responsibilities at Banque Generale Industrielle la Henin (now Banque Indosuez) from 1962 until 1979. He then joined l’Oreal, where he worked successively as Director of Legal Affairs, Director of Finance, Vice President in charge of Administration and Deputy Managing Director. He was member of supervisory Board of J.G.D.I. He retired in 1999. Mr. Castres Saint-Martin is also Vice Chairman of the Supervisory Board of Groupe Marc de Lacharriere and Director of Le Portefeuille Diversifie and Seb.

Chevalier de la légion d'honneur

Par décret du Président de la République en date du 31 décembre 1998, pris sur le rapport du Premier ministre et des ministres et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d'honneur, vu les déclarations du conseil de l'ordre portant que les présentes promotions et nominations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, sont promus ou nommés, pour prendre rang à compter de la date de réception dans leur grade :

Ministère de l'économie,
des finances et de l'industrie

Au grade de chevalier

M. Castres Saint Martin (Pierre, Henri, Joseph),

directeur général adjoint d'un groupe industriel ;

38 ans d'activités professionnelles et de services militaires.

Un exemple de prise de risque calculée (au niveau de l'Oréal et non au niveau de la gestion privée de Liliane Bettencourt) qui aura fait couler un peu d'encre (The development of the parallel market in Russia was decided at the highest level of L'Oreal/PBI management in Paris, starting with Messrs Gilles Weil(1), Pascal Castres Saint-Martin(2) and Jean-Yves Frolet(3)).

Major Development in the Dispute Between L'Oreal (Division Parfums et Beaute International) and Its Former Exclusive Agent in Russia, Temtrade of Switzerland

Temtrade is Seeking the Revision of the Judgement That Dismissed Its

Claims in 2002 by Presenting to the Court New Evidence Proving Beyond

Any Doubt, in the Opinion of the Swiss Company,

the Direct Involvement of L'Oreal/PBI On the Grey Market in Russia

L'Oreal/PBI's Amazing Russian Businesses

GENEVA, Sept. 18, 2007 (GLOBE NEWSWIRE)

The direct sales by L'Oreal (Division Parfum et Beaute International) on the grey market of luxury cosmetics in Russia

at the end of the 1990s, in violation of its exclusivity contract with the Swiss company Temtrade,

has returned to haunt L'Oreal management at its highest level.

The Court of Appeal in Paris (5th Chamber Section A) has recently examined Temtrade's application

for the revision of the judgement made on 23rd October 2002

which had dismissed its claim for compensation

following the violation of its exclusivity contract with L'Oreal/PBI.

The application for revision is based on documents of which neither the Court nor Temtrade had any knowledge back in 2002 and which prove, according to Temtrade, the direct involvement of L'Oreal/PBI on the grey market in Russia.

Temtrade was represented by Mr Maurice Lantourne, L'Oreal/PBI by Mr Georges Jourde.

The decision of the Court is expected in mid-October.

Executive Summary

* According to Temtrade, the documents presented recently in Paris provide unquestionable evidence of the direct responsibility of

L'Oreal/PBI's top management in Paris and its Parmobel subsidiary in Dubai in the illegal sales of L'Oreal/PBI products to the Russian

parallel market, which are estimated at some 110m euros for the1994 - 1999 period.

* The development of the parallel market in Russia was decided at the highest level of L'Oreal/PBI management in Paris, starting with

Messrs Gilles Weil(1), Pascal Castres Saint-Martin(2) and Jean-Yves Frolet(3).

* In all likelihood, Sir Lindsay Owen-Jones, chairman and chief executive officer at the time, should have known about these illegal

sales as of the fourth quarter of 1997 as they started in 1995-1996 and were managed and controlled by some of his closest aides;

Temtrade has the evidence that he was fully informed on 18th January 1999 at the latest.

ArchivesFIMALAC

Le conseil d’administration du 4 juin 2002 a confié la direction générale de la Société à M. Marc LADREIT de LACHARRIERE, président du conseil d’administration, pour la durée restant à courir de son mandat d’administrateur.
Composition du conseil d’administration
Le conseil d’administration est composé de dix administrateurs :
- M. Marc LADREIT de LACHARRIERE, président-directeur général. Familier des Bettencourt, membre d'honneur du conseil d'administration de la fondation Bettencourt Schueller, désigné par Liliane Bettencourt et feu andré Bettencourt.

http://www.fondationbs.org/


- Mme Véronique MORALI, directeur général délégué
- M. Pascal CASTRES SAINT-MARTIN
- M. Georges CHARPAK
- M. David DAUTRESME
- M. Arnaud LAGARDERE
- M. Philippe LAGAYETTE
- M. Bernard MIRAT
- M. Bernard PIERRE
- Fimalac Participations, représentée par M. Pierre BLAYAU
La composition du conseil d’administration est conçue pour permettre au Groupe de bénéficier de l’expérience et de l’indépendance des personnes qui le composent.
La durée du mandat des administrateurs est de quatre ans.

M. Pascal CASTRES SAINT-MARTIN a perçu 14 912,50 € de jetons de présence en tant que membre du conseil d'administration de Fimalac en 2003.

http://www.prline.com/rootMRI/3794/docsMRI/Documentreference2003.pdf

Mandats et fonctions exercés par Pierre Pascal Castres Saint Martin en 2003
Président
- Le Portefeuille Diversifié
Président du conseil de surveillance
- Groupe Marc de Lacharrière
Administrateur
- Fimalac
- Sanofi Synthelabo
- Seb
Membre du conseil de surveillance
- Arc International
Président du comité de sélection, des nominations et des rémunérations de Fimalac

Composition du Conseil d'administration en 2008 (conseil d'administration du 25 novembre 2008)
M. Marc Ladreit de Lacharrière, PDG
Mme Véronique Morali (Présidente de Fimalac Développement et vice-présidente de Fitch Group)
M. Pascal Castres Saint Martin (administrateur et président du comité de sélection, des nominations et des rémunérations)
M. David Dautresme (administrateur et membre du comité d'audit, Senior Advisor de Lazard Frères)
M. Philippe Lagayette (Président du conseil d'administration de JP Morgan & Cie SA, ancien inspecteur général des finances, direction du Trésor au Ministère de l'Economie et des finances, ancien sous gouverneur de la Banque de France)
M. Jean-Charles Naouri (ancien inspecteur des finances, ministre des finances et du budget en 1984, PDG de Casino, Guichard-Perrachon)
M. Etienne Pflimlin (Président du Crédit Mutuel, trésorier du Comité exécutif de la fédération bancaire française)
M. Bernard Pierre (Président du conseil de surveillance de Frémapi, cousin germain de M. Marc Ladreit de Lacharrière, président directeur général)
Mandats et fonctions de Pierre Pascal Castres Saint Martin exercés au cours de l'exercice le 30 septembre 2008
Vice-président du conseil de surveillance :
-Groupe Marc de Lacharrière
Administrateur :
-Le Portefeuille Diversifié
-Seb
Autres mandats et fonction sexercés au cours des cinq dernières années (avant 2008)
Membre du conseil de surveillance :
-J.G.D.I
Autres archives


Pour les administrateurs de FIMALAC (années 2008 et 2009) :
les jetons de présence ont globalement augmenté ces 3 dernières années.

M. Marc Ladreit de Lacharrière
31 000 euros, jetons de présence versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
31 415 euros, jetons de présence versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009
Mme Véronique Morali
31 000 euros, jetons versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
31 415, jetons versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009
M. Pascal Castres Saint-Martin
30 333 euros, jetons de présence versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
29 311 euros, jetons de présence versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009
M. David Dautresme
27 333 euros, jetons de présence versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
29 311 euros, jetons de présence versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009
M. Philippe Lagayette
30 667 euros, jetons de présence versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
34 415 euros, jetons de présence versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009

M. Bernard Pierre (cousin germain de M. Marc Ladreit de Lacharrière, PDG)
30 333 euros, jetons de présence versés au cours de l'excerice le 30/09/2008
32 311 euros, jetons de présence versés au cours de l'exercice clos le 30/09/2009
etc...

Archives Sanofi Aventis

http://en.sanofi-aventis.com/binaries/Doc-Ref_2004_FR_tcm28-13652.pdf

Conseil d’administration de Sanofi Aventis pour l’année 2004

Pierre Castres Saint Martin a été administrateur de Sanofi Synthelabo jusqu’au 23 juin 2004 (avec 31 000 euros de jetons de présence au titre de l’exercice 2003).

Composition du conseil d’administration au 31 décembre 2004.

En 2004, le Conseil d’administration s’est réuni 12 fois avec un taux de présence de l’ensemble des administrateurs de 83%.

Jean-François Dehecq, PDG de Sanofi Aventis, administrateur d’Air France, Président et administrateur de Sanofi Synthelabo (France, Japon, Etats-Unis)

Jürgen Dormann, administrateur indépendant, président d’ABB Ltd (Suisse), administrateur d’Adecco (Suisse)

René Barbier de la Serre, administrateur indépendant, membre du conseil de surveillance de la compagnie financière Edmond de Rotschild Banque, membre du conseil de surveillance de la compagnie financière Saint Honoré, de Pinault Printemps Redoute et d’Euronext NV (Pays-Bas), administrateur de Calyon et de Schneider Electric, administrateur délégué d’Harwanne Compagnie de Participations Industrielles et financières SA (Suisse)

Jean-Marc Bruel, administrateur indépendant, Président de la fondation Villettte Entreprises et de Firmenich, administrateur de Rhodia, de l’institut Curie et de l’Ecole Centrale

Robert Castaigne, administrateur, directeur financier de Total SA, PDG de Total Chimie et de Total Nucléaire, administrateur d’Arkema, d’Elf Aquitaine, d’Hutchinson, de Total Gestion Filiales, de l’Omnium Insurance et Reinsurance Company Ltd (Bermudes), de Petrofina (Belgique), de Total Holdings UK et de Total Gabon

Thierry Desmarest, administrateur, PDG de Total SA et d’Elf Aquitaine, membre du conseil de surveillance d’AREVA et de l’Air Liquide

Lord Douro, administrateur indépendant, Président de Richemont Holdings UK(Royaume-Uni), Président de Framlington Group (Royaume-Uni), administrateur de la Compagnie financière Richemont AG (Suisse) et de GAM Worldwide (Royaume Uni)

Jean-René Fourtou, administrateur indépendant, PDG de Vivendi Universal, président du Conseil de surveillance de Canal +, Vice président du conseil de surveillance d’AXA, administrateur de Cap Gemini

Serge Kampf, adminitsrateur indépendant, président du conseil d’administration de Cap Gemini SA, Président de Cap Gemini Service, et de Cap Gemini Suisse, administrateur de Sogeti Transiciel, et de Cap Gemini North America Inc.

Igor Landau, administrateur, administrateur de Thomson, d’Essilor, du CCF et de l’INSEAD, membre du conseil de surveillance de la Dresdner Bank, d’Allianz et d’Adidas-Salomon

Hubert Markl, administrateur indépendant, professeur de biologie, retraité, membre du conseil de surveillance de BMW AG (Allemagne), de Münchener Rückversicherungs-Gesellschaft (Allemagne) et de Royal Dutch Schell (Pays-Bas)

Christian Muillez, administrateur, vice président en charge de la direction générale, de l’administration et des finances de l’Oréal, président et administrateur de Regefi, administrateur de DG 17 Invest et de l’Oréal USA Inc.

Lyndsay Owen-Jones, administrateur, PDG de l’Oréal, administrateur de BNP Paribas, vice-président et membre du conseil de surveillance de l’Air Liquide

Klaus Pohle, administrateur indépendant

Hermann Scholl, administrateur indépendant

Gérard Van Kemmell, administrateur indépendant, Président Europe Moyen-Orient Afrique de Novell

Bruno Weymuller, administrateur, directeur stratégie, Evaluation des risques de Total SA, administrateur d’Elf Aquitaine et de Technip-Coflexip

Salaire 2009 du PDG de Sanofi Aventis.

M. Jean-François Dehecq , PDG de Sanofi Aventis, Président du Conseil d’administration

Rémunération fixe(*) du 01-01-2009 au 31-12-2009 :1.300.000 €

Rémunération variable(**) du 01-01-2009 au 31-12-2009 :975.000 €

Avantages en nature(***) du 01-01-2009 au 31-12-2009 : 4.995 €

Total 2.279.995 €

* La rémunération fixe due au titre de l’année N est versée durant l’exercice N.

** La rémunération variable au titre de l’exercice N est fixée et versée en début d’exercice N+1.

*** Voiture de fonction

Sanofi Aventis, Fimalac et la Fondation Schueller Bettencourt sont 3 des principaux financeurs ("généreux donateurs") de la fondation Chirac (3 principaux financeurs ou mécènes parmi les 14 entreprises et fondations qui soutiennent la fondation Chirac).

En plus de sa fondation, Liliane Bettencourt est mécène à titre particulier de la fondation Chirac (elle appartient à la liste des 230 généreux donateurs).

http://www.fondationchirac.eu/partenaires/donateurs/

"L'héritière ne limite pas ses dons à la fondation. De nombreuses oeuvres bénéficient de ses largesses, comme celles que président Bernadette Chirac et Claude Pompidou...".

A lire, un article paru en 2000

http://www.lexpress.fr/informations/les-secrets-de-la-premiere-fortune-de-france_640526.html

Liliane Bettencourt et la presse

"Elle et son époux furent également, à plusieurs reprises, sollicités pour reprendre le quotidien Le Figaro. Par le propriétaire, Robert Hersant, mais aussi par les politiques - Georges Pompidou puis Valéry Giscard d'Estaing tentèrent de les convaincre. Le couple s'y est toujours refusé. André Bettencourt se contente, dans sa chère Normandie, de contrôler Le Courrier cauchois, le deuxième hebdomadaire régional français".

Le pied à terre au coeur de l'océan indien était déjà connu de la presse en 2000

"Lui et Liliane ne se refusent, en revanche, aucune escapade. L'immobilisme les barbe. Tous deux aiment voyager. De préférence dans les mers chaudes. A Noël, ce fut ainsi Agadir, puis les Caraïbes (Barbuda, Saint-Martin) et maintenant l'océan Indien".

Comment l'article rédigé en 2000 par Bruno Abescat (publié le 30/11/2000) pouvait titrer :

http://www.lexpress.fr/informations/les-secrets-de-la-premiere-fortune-de-france_640526.html

"Avec près de 127 milliards de francs" (soit environ plus de 19 milliards d'euros) , la propriétaire de L'Oréal est assurément la plus riche Française".

Car la presse actuelle (en 2010) évoque le fait que sa fortune s'élève à 17 milliards. Or, en 10 ans, les succès et bénéfices de l'Oréal ont été considérables ! Malgré sa fondation et les dons, comment sa fortune a t'elle pu fondre ? Qui a bénéficié de ses largesses ?

Cela relance la question de la gestion de Clymène qui fonctionne à perte...qui investit à perte...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat