Les mystères de la fonte gigantesque de la fortune de Liliane Bettencourt entre 2000 et 2010

En 2000, la fortune de L. Bettencourt était estimée à 127 milliards de francs (soit plus de 19,3 milliards d'euros) alors qu'en 2010, la presse l'estime à 17 milliards d'euros.

Entre 2000 et 2010, les succès de l'Oréal ont été gigantesques, la croissance de l'entreprise a été ininterrompue. Comment la fortune de Liliane Bettencourt a t'elle bien pu régresser ?

 

Selon son plus proche conseiller et gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre, dans une interview accordée au Figaro le 25 juin 2010 :

Quelle est sa fortune exacte aujourd'hui ?

"Elle est de l'ordre de 17 milliards d'euros. L'estimation globale dépend de la valeur de L'Oréal et s'y ajoutent des avoirs significatifs. Au travers du holding Téthys dont elle a l'usufruit à 100%, elle a reçu cette année une somme de l'ordre de 280 millions d'euros de dividendes de L'Oréal. Son patrimoine est composé de son hôtel particulier de Neuilly. Là encore, elle a donné la nue-propriété à sa fille il y a de nombreuses années. Elle est propriétaire de sa maison en Bretagne. Enfin, l'île d'Arros (aux Seychelles) a, à ma connaissance, été achetée en 1997 avant que je ne sois là et sans que je connaisse la structure de la société qui la détient. Elle n'en est que locataire".

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/06/25/01016-20100625ARTFIG00473-liliane-bettencourt-est-tout-sauf-une-vieille-dame-senile.php

Il reste incompréhensible que la fortune de Liliane Bettencourt ait régressé entre 2000 et 2010.

 

Concernant les exploits de l'Oréal, une étude a été réalisée entre 1997 et 2007 :

"En 10 ans, le dividende est passé de 0,24 Euros à 1,38 Euros par action, soit une progression totale de 475% et une augmentation annuelle de 19% (à ce rythme le dividende double environ tous les 3 ans et demi). Pour 2008 et 2009, la hausse du dividende prévue par les analystes est respectivement de 9% et de 13% ce qui constitue un ralentissement.

Cette progression demeure acceptable cependant, à noter qu'il est possible de maintenir l'augmentation historique du dividende en augmentant le taux de distribution.

Il s'agit donc d'une véritable valeur de rendement qui récompense l'actionnaire et qui progresse beaucoup plus vite que l'inflation.

L'OREAL est une excellente valeur de rendement, sur 10 ans le taux de rendement actuariel de l'action L'OREAL (en réinvestissant les dividendes) est de 11,26%.

Sur 20 ans, ce taux est de 19% : un achat de 38 actions à 389,51 Euros le 31/12/1987 pour un montant de 14.800 Euros a une valorisation de 522530 Euros le 31/12/2007 (multiplication par 35 !). N'est-ce pas de la création de valeur pour l'actionnaire ?

Le PER 2007 de l'action L'OREAL est de 20,2 ce qui est raisonnable pour une valeur de cette qualité".

Déontologie : l'auteur de l'article ne détient pas d'actions L'OREAL. Cf. http://www.bourse-investir.com/analyse-dividende.html

Même si les trois dernières années ont été plus compliquées avec la crise, l'Oréal ne s'est pas affaiblie :

"L'Oréal a bien traversé la crise et confirme sa position de leader mondial de la beauté".

Chiffre d'affaires 2009 : 17,5 milliards d'euros

http://www.daily-bourse.fr/l-oreal-resultats-annuels-2009-Feed-CN163193.php

http://www.latribune.fr/entreprises/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/20100215trib000476116/l-oreal-prevoit-en-2010-un-retour-a-la-croissance-de-ses-resultats.html

"Après une année 2009 qui aura vu les ventes du groupe reculer de 1,1% en données comparables et la rentabilité baisser à 14,8%, contre 15,5% un an plus tôt, Jean-Paul Agon a dit ne plus vouloir fixer d'objectif de croissance à deux chiffres du bénéfice par action. "Cela ne veut pas dire que nous n'en sommes pas capables, ni que nous ne le ferons pas. Mais nous ne voulons pas de cette contrainte", a-t-il expliqué, ajoutant que "ce genre d'obligation pouvait conduire à des erreurs stratégiques". Après plus de 20 ans de croissance à deux chiffres de son résultat net par action, L'Oréal avait dû renoncer à cet objectif en octobre 2008, en pleine crise financière".

 

Lire l'article de l'Express rédigé en 2000 par Bruno Abescat (publié le 30/11/2000) sur les secrets de Liliane Bettencourt :

http://www.lexpress.fr/informations/les-secrets-de-la-premiere-fortune-de-france_640526.html

Comment l'Express pouvait-il titrer le 30/11/2000 :

"Avec près de 127 milliards de francs" (soit environ plus de 19 milliards d'euros) , la propriétaire de L'Oréal est assurément la plus riche Française".

Car la presse actuelle (en 2010) évoque le fait que sa fortune s'élève à 17 milliards. Or, en 10 ans, les succès et bénéfices de l'Oréal ont été considérables ! Malgré sa fondation et les dons, comment sa fortune a t'elle pu fondre ? Qui a bénéficié de ses largesses ?

Cela relance la question de la gestion de Clymène qui fonctionne à perte...qui investit à perte...

 

Quelques liens d'amitié entre l'argent et la politique.

Sanofi Aventis, Fimalac et la Fondation Schueller Bettencourt sont 3 des principaux financeurs ("généreux donateurs") de la fondation Chirac (3 principaux financeurs ou mécènes parmi les 14 entreprises et fondations qui soutiennent la fondation Chirac).

En plus de sa fondation, Liliane Bettencourt est mécène à titre particulier de la fondation Chirac (elle appartient à la liste des 230 généreux donateurs). Ces liens ne sont pas nouveaux, déjà tissés de longue date avec Claude Pompidou puis avec Bernadette Chirac.

http://www.fondationchirac.eu/partenaires/donateurs/

"L'héritière ne limite pas ses dons à la fondation. De nombreuses oeuvres ont bénéficié de ses largesses, comme celles présidées par Claude Pompidou, puis pas Bernadette Chirac...".

Il faut rappeler qu'à l'initiative du sénateur Yann Gaillard la loi de finances pour 2003 avait prévu l'attribution à nombre de fondations, à

titre pérenne, d'une fraction du produit des successions en déshérence. L'année 2004 avait vu le développement du mécénat d'entreprise grâce aux dispositions de la loi du 1er août 2003 relative au développement du mécénat et aux fondations ; celle-ci permet aux sociétés de

déduire de leurs impôts 60 % des dons faits à l'ensemble des Fondations par des entreprises dans la limite de 5 %o de leur chiffre

d'affaires. Il a observé que cette disposition avait permis par exemple à la Fondation du Patrimoine de recevoir notamment le mécénat d'Hermès ainsi que le soutien de la Fondation Bettencourt-Schueller, du Crédit agricole, de la Fondation Véolia et la Fédération des parcs naturels régionaux.

 

Liliane Bettencourt et la presse ou pourquoi Le Figaro est encore plus susceptible d'avoir quelques partis pris.

 

"Elle et son époux furent également, à plusieurs reprises, sollicités pour reprendre le quotidien Le Figaro. Par le propriétaire, Robert Hersant, mais aussi par les politiques - Georges Pompidou puis Valéry Giscard d'Estaing tentèrent de les convaincre. Le couple s'y est toujours refusé. André Bettencourt se contente, dans sa chère Normandie, de contrôler Le Courrier cauchois, le deuxième hebdomadaire régional français".

 

Le pied à terre des Bettencourt au coeur de l'océan indien était déjà connu de la presse en l'an 2000.

 

"Lui et Liliane ne se refusent, en revanche, aucune escapade. L'immobilisme les barbe. Tous deux aiment voyager. De préférence dans les mers chaudes. A Noël, ce fut ainsi Agadir, puis les Caraïbes (Barbuda, Saint-Martin) et maintenant l'océan Indien". Autant dire, pour Barbuda, Saint Martin et les Seychelles, voilà quelques royaumes de paradis fiscaux. Quitte à voyager, autant voyager utile !

 

 

La croissance de l'Oréal

Selon les dernières estimations (juillet 2010).

L'Oréal, qui compte environ un milliard de clients dans le monde, compte doubler ce nombre d'ici à dix ans.

Evoquant d'importantes percées dans les nouveaux marchés, notamment en Chine, au Brésil, en Russie, en Inde et en Indonésie, l'OREAL profite du dynamisme de la croissance dans les pays émergents.

L'Oréal est depuis 2005 une multinationale présente dans 130 pays. Elle revendique sa place de numéro 1 dans l'industrie cosmétique.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.