Le vaudeville Socialiste

"On a évoqué ici ou là, la possibilité, voir la nécessité, de ne pas voter pour le candidat de gauche le mieux placé au deuxième tour des élections régionales. (..)

Il nous a semblé nécessaire d'en appeler au peuple de gauche"

Propos extraits de la lettre de Camba aux chefs du PCF et de EELV.


On croirait entendre le mari infidèle parler à sa femme. "Non, non, t'en vas pas!! Ça sera horrible si tu pars. Ça sera pire avec lui"

Le PS n'en est plus aux prémices en termes de trahison. Mais on constate malgré tout une constante évolution.

Il y a eu l'époque de la trahison un peu honteuse du temps de Mitterand. Comme des restes de préséance bourgeoise, "on va pas quand même la cocufier d'entrée de jeu la bobonne, hein?!"

Alors, on a attendu un an ou deux, histoire que l'honneur soit quelque peu sauf, avant de le jeter comme une vulgaire merde le "bon peuple de gauche". Le bourgeois parvenu n'avait plus besoin de sa marquise pour posséder le titre tant désiré.

Puis vint le PS du nouveau millénaire. A l'ère du cocufiage 2.0, c'est rapide, tout va plus vite. Il n'a pas fallu attendre 24h pour que le Hollande se jette dans les bras de son doux MEDEF. Genre de partie fine avec les amis Valls et Macron. 

Et maintenant cette lettre. Disons que cette fois, l'honneur on s'en tape. Le mari demande à sa bourgeoise de rentrer à la maison fissa, tête basse et de surcroît de na pas demander qui est cette dame dans la maison. Pas de question. "Ma mie, il s'agit de mon amie, rien de plus. Elle va habiter chez nous quelques temps, en tout bien tout honneur, cela va de soi." 

Le PS, c'est l'amour libre sans le consentement du partenaire. L'amour libre, l'esprit de 68, détourné par un vieux libidineux qui aurait trop fréquenté les Carltons et compagnie.

Cette lettre est finalement comme un aboutissement. Une petite musique sale et crasseuse demandant à l'autre de revenir au bercail sans broncher et en acceptant la trahison exposée au grand jours. Conclusion d'une moche relation, arrivée à un point où le partenaire trahi en vomi d'entendre cette pathétique demande d'excuse.

Personnellement, je ne risque pas de rentrer à la maison. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.