Jean Louis Bessis
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2019

Jean Louis Bessis
Abonné·e de Mediapart

Le buste du Bâtonnier antisémite Charpentier continue de trôner au Palais de Justice de Paris

Les récents propos racistes et antisémites qui ont circulé au sein du conseil de l’ordre des avocats parisiens font resurgir un épisode peu glorieux. Un épisode qui continue de hanter les couloirs du Palais de Justice, où trône encore l’effigie du Bâtonnier Charpentier. Jean-Louis Bessis, membre du Conseil National des Barreaux, ancien membre du Conseil de l’Ordre, professeur des Facultés de droit

Jean Louis Bessis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque jour apporte son lot de révélations sur les dérives au sein du conseil de l’ordre des avocats parisiens. Le  Parisien Libéré a révélé des messages échangés par un certain nombre de membres du Conseil de l’ordre.

On y découvre que des membres élus de l'Ordre s'adonnaient depuis un moment sur un groupe whatsapp à des plaisanteries racistes (« Donc, on a viré les Chinois et les Juifs ». « Pourquoi les Chinois ? ». « Parce que c'est le barreau de Paris ici. C'est pas la Gare de l'Est. ») et antisémites (« La suppression de l'allocation des confrères handicapés juifs ? On en est où ? »).

Qu’on y postait même des vidéos pornographiques.

A la lecture de ces messages, vous avez, comme moi, j’imagine, été pris de stupeur. Stupeur quand on découvre, dans ce même article, qu’un des participants justifie ces propos par « la nécessité de décompenser entre nous ». Ou encore de « décompresser ». Singulière manière de « décompresser » que de fouler aux pieds les principes de « d'honneur, de confraternité, de modération et de courtoisie », que de trahir le devoir de « délicatesse ».

Stupeur, aussi, en découvrant que ces propos n’ont pas été tenus par de « simples » avocats mais par des élus, qui ont justement pour mission de réguler le Barreau de Paris sur le plan disciplinaire et de promouvoir l’image de l’avocat.

Stupeur, enfin, quand l’un des participants à ces échanges banalise ces propos sous prétexte qu’il conviendrait de les prendre « au second degré ». « Second degré » ? L’éternelle et pitoyable excuse avancée par les auteurs de ce type de propos.

Destinés initialement à un petit cercle de notables parisiens, ces échanges sont désormais sur la place publique. A notre connaissance, la Bâtonnière, autorité de poursuite, n’a pas jugé bon de donner une suite quelconque à ces propos qui déshonorent la profession ; et s’expose à donner le sentiment de les « couvrir ».

Ces propos racistes et antisémites font resurgir un épisode peu glorieux. Un épisode qui continue de hanter les couloirs du Palais de Justice, où trône encore l’effigie du Bâtonnier Charpentier.

Ce bâtonnier Charpentier qui suggéra au régime de Vichy, en 1940, la radiation d’avocats juifs comme de ceux qui n’étaient pas nés de parents français.

Ce bâtonnier Charpentier qui orchestra les radiations. Qui, comme le relève Robert Badinter, distinguait « les « bons » avocats juifs et les autres », qui « apporta sa caution à la politique d’exclusion de Vichy, au mépris des principes élémentaires du droit ».

Ce bâtonnier Charpentier qui, à la Libération (suivi par le Conseil de l’ordre qu’il présidait), proposait de maintenir ces dispositions d’exclusion.

Qui faisait valoir encore, en 1949, « qu’avant la guerre, nous avions été envahis par des naturalisés de fraîche date, presque tous d’origine orientale, dont le langage, commenté par les petits journaux, nous couvrait de ridicule, et qui apportaient, dans la conduite des litiges, les procédés de leur bazar. À cet égard, la politique de Vichy se rencontrait avec nos intérêts professionnels ».

Son buste continue de « souiller le Palais », pour reprendre les termes du regretté Bruno Toussaint.

Une insulte aux avocats radiés ou déportés. Le rappel d’un passé que les instances ordinales parisiennes se refusent, avec constance, à purger.

Le moment est peut-être venu de desceller cette effigie. De vider cet abcès. Et de passer à autre chose.

Jean-Louis Bessis

Membre du Conseil National des Barreaux, ancien Membre du Conseil de l’Ordre, Professeur des Facultés de droit

Yves Ozanam : De Vichy à la Résistance : le bâtonnier Jacques Charpentier

Robert Badinter : Peut-on être avocat lorsqu'on est juif en 1940-1944

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop